Actualité

La rentrée Casterman 2015 : des grandes signatures et... de la finesse !

Par Charles-Louis Detournay le 31 août 2015                      Lien  
Pas de doute, l'événement de la rentrée sera le nouveau et très attendu Corto Maltese, mais il n'éclipse pas pour autant un programme riche et qui se veut implacable !

Dix-huit mois après sa prise de fonction, la rentrée 2014 s’était révélée décisive pour Benoît Mouchart. En quatorze semaines, le nouveau directeur éditorial de Casterman avait aligné quatorze sorties marquantes signées notamment Tardi, Bilal, Schuiten, Geluck et quelqeus autres, sans oublier le retour fracassant de Tintin sur la table des nouveautés.

La rentrée Casterman 2015 : des grandes signatures et... de la finesse !
Enfin, après quelques mois d’attente, le nouveau tome de LastMan vient de paraître ce 26 août !

La rentrée 2015 se révèle tout aussi efficace. Elle marque en effet la reprise de Corto Maltese attendue pour le 30 septembre après un teasing maîtrisé qui a duré tout l’été. À l’exception notable de François Schuiten, occupé par l’ouverture du musée Train World à Bruxelles, presque tous les grands noms de Casterman ont répondu présent cette année pour aligner une rentrée imparable :

 Après le coffret réunissant deux petits volume qui avait connu un très bon accueil de la part du public, Geluck nous revient avec un nouveau Chat qui se déclinera cette fois en trois petits albums : Les Desseins du Chat qui concentre sur le félin philosophe, Le Scrabble du dimanche dans lequel l’auteur s’auto-parodie, et Prêchi-Prêchat qui regroupe des strips en trois cases.

 Tardi sera également présent, non pas avec le journal de guerre de son père, mais avec les travaux qu’il a réalisés pour le film Un Monde truqué qui sort fin 2015.

 Une nouvelle adaptation de Léo Malet (avec les personnages créés par Tardi) qui permet à Nestor Burma de signer son retour, une seconde fois sous le pinceau talentueux de Nicolas Barral : Micmac au Boul’Mich.

 Après le succès des albums autour de Tintin en 2014 et plus particulièrement le doublé de La Malédiction de Rascar Capac, Casterman ne pouvait que renforcer son partenariat avec Moulinsart. Ils lancent donc Le Feuilleton intégral qui devrait reprendre les versions originelles des aventures du reporter à la houppe parues dans le Journal Tintin. Cette série, prévue en douze volumes, débute avec Objectif Lune. De plus, profitant comme Schuiten de l’inauguration du Train World à Bruxelles, un autre album retrace les liens entre le train, Tintin et Hergé.

 Pas moins de quatre nouvelles aventures des héros de Jacques Martin paraitront en deux semaines : Alix, Alix Senator, Lefranc et Jhen.

Laurent Astier, Xavier Dorison et Fabien Nury roulent des mécaniques

Un tirage limité à 4000 exemplaires et en noir et blanc sera proposé le 23 septembre.

La Seconde Guerre mondiale sera également au cœur de l’actualité de Casterman. Outre les suites d’Airborne 44, Amours Fragiles et la Guerre des Lulus, le choc arrivera le 23 septembre avec Comment faire fortune en juin 40.

Le tandem de scénaristes réputés Nury-Dorison déjà très convaincant sur W.E.S.T. s’est reformé pour livrer un road-movie détonnant sur les routes de France. Le pitch est aussi simple qu’efficace : alors que les Allemands vont entrer dans Paris, un dernier fourgon d’or doit quitter la banque de France. Ce qui va attirer tous les envieux, mafieux, voleurs et agents-doubles qui pullulent en cette période troublée.

Laissant volontairement la guerre et les événements de la débâcle française en toile de fond, les deux scénaristes se sont surtout consacrés à leurs personnages. Ils parviennent à nous les rendre attachants, d’autant plus que chacun révèle plusieurs facettes intéressantes de leur personnalité face aux déboires qui les accablent. Après une introduction progressive, le récit atteint rapidement son rythme de croisière, soutenu par des rebondissements qui évitent les temps morts. Cet album de 108 pages se lit d’une traite, proposant du grand spectacle : un vrai cinéma de papier !

Quant au dessin de Laurent Astier, il parvient à donner vie des personnages qui ne sont pas caricaturaux tout en restant très expressifs. Dans une ligne qui rappellera celle de Sylvain Vallée aux lecteurs d’Il était une fois en France, il cadre au plus près de ses héros pour emporter le lecteur dans cette succession de rebondissements.

L’ensemble permet à Casterman de proposer l’un des albums grands publics clés de rentrée ! Outre la version au format standard, Casterman publie simultanément une édition en noir et blanc au tirage plus limité.

Comment faire fortune en juin 40 - Laurent Astier, Xavier Dorison et Fabien Nury - Casterman

Nungesser : le poète romantique qui ne pouvait atterrir

Nungesseur
© Fred Bernard & Aseyn - Casterman, 2015.

Casterman prolonge ses séries (Le Teckel (prépublié tout l’été dans Libération), Universal War Two, Les Chevaliers d’Émeraude, et donne aussi une suite au Transperceneige).

Mais n’oublions pas que ce qui fait la spécificité de Casterman depuis les années 1970, ce sont les romans graphiques. Pointons la superbe évocation du destin Nungesser réalisée par Fred Bernard & Aseyn, un superbe album grand format de cent cinquante pages.

Cet as de la Première Guerre mondiale demeure pourtant un des aviateurs les moins connus du grand public. Même la bande dessinée ne s’y était presque pas intéressé : il figure seulement au cinquième tome d’Histoires de Pilotes : Charles Nungesser – L’Ange de fer paru chez Idées+ (2013) et dans une remarquable Histoire vraie de l’Oncle Paul réalisée en 1954 par Francisco Hidalgo & Octave Joly et publiée dans le recueil Chasseurs de tombeau chez Dupuis.

Emilie, l’amante passionnée de Nungesser nous raconte la vie de son héros meurtri dans sa chair, mais pas dans son âme
Nungesser - Par Fred Bernard & Aseyn - Casterman

Casse-cou, exalté, romantique, sa carrière au cinéma, et sa tragique et mystérieuse disparition aux commandes de L’Oiseau blanc qui allait franchir l’Atlantique peu avec Lindberg : la vie de Nungesser méritait une évocation à la hauteur du personnage. Même si le récit est ultra-documenté, Fred Bernard a choisi de laisser de côté le ton froid de la chronologie pour imaginer que le grand amour de l’aviateur décrive ses différentes péripéties, de la naissance à sa disparition. Et ce pari est gagnant ! Même si l’on eut préféré obtenir plus de détails sur cette voiture prise aux Allemands sur laquelle, dit-on, il peint pour la première fois son fameux blason, ou sur une explication de texte de celui-ci, l’ensemble ne manque pas de détails, et ne comporte que de peu de temps morts.

Le dessin léger comme l’air d’Aseyn rivalise tantôt de détails, tantôt d’évocations, pour transcrire au mieux la vie épique de cet aviateur passionné par la vie. Si le graphisme des premières pages est parfois hésitant, la suite montre un dessinateur qui maîtrise son outil. Certaines planches auraient gagné à renforcer leur contraste, mais cela ne nuit finalement pas à la lecture, laissant au contraire le lecteur interpréter à sa guise ces soupçons de mystère ou de poésie...

Que l’on soit passionné d’aviation ou captivé par le destin d’hommes qui brûlaient leur vie comme si chaque jour était le dernier, cet album de Nungesser qui sort le 9 septembre sera certainement un des incontournables de la rentrée de Casterman.

On achèvera ce rapide tour d’horizon, avec le début du second cycle de Lastman, la grande réussite critique et publique de Balak, Sanlaville & Vivès, qui est déjà dans les bacs. Mais nous vous en reparlerons prochainement !

(par Charles-Louis Detournay)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

🛒 Acheter


Code EAN :

Commander :
 Corto Maltese T13 Sous le Soleil de Minuit - Par Pellejero & Diaz Canales d’après Hugo Pratt chez Amazon ou à la FNAC
 Nungesser de Fred Bernard & Aseyn chez Amazon ou à la FNAC
 Comment faire fortune en juin 40 par Laurent Astier, Xavier Dorison et Fabien Nury chez Amazon ou à la FNAC
 Comment faire fortune en juin 40 en noir et blanc par Laurent Astier, Xavier Dorison et Fabien Nury chez Amazon ou à la FNAC
 LastMan T7 de Balak, Sanlaville & Vivès chez Amazon ou à la FNAC

Casterman
 
Participez à la discussion
5 Messages :
  • Votre rapide tour d’horizon ne mentionne pas "Amours fragiles" tome 7 par l’excellent duo, Beuriot et Richelle.
    Une oeuvre majeure et absolument incontournable de ces dernières années.

    Répondre à ce message

    • Répondu par Charles-Louis Detournay le 31 août 2015 à  11:06 :

      Bonjour Philippe,

      Il n’est effectivement pas possible d’évoquer en quelques lignes toutes les (bonnes) séries qui paraissent dans les prochaines semaines.
      Je pense pourtant avoir signalé la sortie du T7 d’Amours Fragiles en début du paragraphe de Comment faire fortune en juin 40, même si ce n’est effectivement qu’une mention.

      Nous aurons l’occasion de parler de cette sortie prochainement.
      A très bientôt

      Ch.

      Répondre à ce message

  • L’évènement majeur de cette rentrée Casterman restera toutefois "Le Feuilleton intégral qui devrait reprendre les versions originelles des aventures du reporter à la houppe parues dans le Journal Tintin. Cette série, prévue en douze volumes, débute avec Objectif Lune."

    En effet, Monsieur Hergé n’était pas avare en inspiration, même s’il n’était pas aussi seul que l’on a bien voulu le dire pudiquement devant sa table à dessin. Donc quand il publiait en avant-première les nouvelles aventures de son jeune repoter en culottes courtes,c’était sans vraiment compter le nombre de pages réalisées et prévues qui devait s’aligner sur les normes de pagination d’un album Casterman à dos toilé.

    Il existe donc des dizaines de cases que seuls les lecteurs du journal Tintin ont pu lire, avant la mise à la trappe du passage en album. Je me suis amusé à en faire un décompte précis pour On a marché et Objectif Lune, cela devait au total représenter plus d’une dizaine de pages.... Bien évidemment, ces cases supprimées ne sont pas essentielles à l’intrigue qui en ressort épurée, amincie, ressérée. Mais il s’agit de la version intégrale telle qu’elle fut conçue par Hergé pour la parution hebdomadaire dans le journal Tintin.

    Répondre à ce message

    • Répondu par Didier Pasamonik (L’Agence BD) le 31 août 2015 à  12:12 :

      Tintin en culottes courtes ? Seulement dans Tintin au Congo, non ?

      Répondre à ce message

      • Répondu par Oncle Francois le 1er septembre 2015 à  12:25 :

        hehe !°) On voit qu’il y en a quand même un qui suit, normal avec toute cette érudition et cette culture BD, l’ami des 7 à 77 ans porte en effet des culottes de golf, même s’il n’y joue jamais !! Cela était à la mode dans es années trente, il aura fallu bien du temps pour qu’il se mette au jean !

        Répondre à ce message

CONTENUS SPONSORISÉS  
PAR Charles-Louis Detournay  
A LIRE AUSSI  
Actualité  
Derniers commentaires  
Abonnement ne pouvait pas être enregistré. Essayez à nouveau.
Abonnement newsletter confirmé.

Newsletter ActuaBD