Newsletter ActuaBD

Pierrot-le-fou et le Gang des Tractions Avant

  • "A la vie, à la mort !", ce cri du cœur résume la vie violente et solidaire de l'association des criminels qui se firent connaître sous le nom du Gang des Tractions Avant. Une évocation très réussie, et qui dépasse le cadre de la chronique judiciaire pour plonger dans l'ambiance historique de l'époque : passionnant !

Qui ne connaît pas le nom de Pierrot-le-fou et de son mythique et terrible « Gang des Tractions Avant » ? Pourtant, derrière ces patronymes évocateurs, se dissimule une Histoire de la France souvent peu connue et malgré tout captivante. Passionné par le sujet, Rodolphe, le scénariste le plus pléthorique de la bande dessinée, a réuni une masse impressionnante de documents avant d’écrire son livre « La Légende de Pierrot le fou », paru aux éditions Michalon en 2015. Et c’est tout naturellement qu’il décida de l’adapter par la suite en bande dessinée.

La réussite de son scénario tient dans trois éléments fondamentaux : ses détails authentiques, la construction de son récit ponctuée de flash-backs, et le contexte historique qu’il donne de l’époque.

Pierrot-le-fou et le Gang des Tractions Avant
Première planche du T3 : cette fois-ci, la police est si sûre d’attraper le gang, qu’elle a envoyé le communiqué à la presse avant des les capturer...
Des couvertures très efficaces, qui plantent le décor tout en rappelant les affiches de films de l’époque

En effet, au-delà de cette cavalcade meurtrière et hallucinante d’audace, Rodolphe retrace le contexte d’une époque, via les différents membres du gang : la sinistrose d’avant-guerre, l’ambiance nauséabonde des pelotons disciplinaires militaires, la Gestapo française et le régime de terreur qu’elle imprimait pendant l’occupation, les exécutions d’officiers allemands pendant la guerre, les camps de concentration, les abus de la Résistance, la désorganisation sociale de l’après-guerre, surtout avec ces hommes de tous bords que la guerre avait habitués à la violence.

Aussi étonnant que cela puisse paraître, certains membres du Gang des Tractions Avant avaient eu leur heure de gloire, comme Joe Attia, ex-boxeur, résistant et qui a monté une organisation au sein du camp de Mathausen pour nourrir les prisonniers. Décoré de la légion d’honneur par De Gaulle en personne, Joe Attia est pourtant poussé par la désœuvrement à non seulement perpétrer des crimes, mais aussi à collaborer avec ceux qui l’avaient conduit au camp de concentration.

Rodolphe parvient malgré tout à éviter la glorification des malfrats : on se rapproche de leur personnalité (en particulier Joe Attia, le "meilleur des pires") sans aller jusqu’à l’identification. La police française n’a pourtant pas le beau rôle : ses nombreuses erreurs sont impitoyablement traquées par le scénariste, et même si l’on devine comment se termine le récit, il réside un vrai suspense dans l’interpellation des divers membres de l’équipe.

Enfin, en expert en la matière, Rodolphe a tenu à éviter le fil chronologique pour insuffler un dynamisme complémentaire au récit. Ainsi, il part de la mort de Pierrot-le-fou fin 1946, pour passer toute l’année en revue, ce qui lui permet dès lors de rebondir sur les événements précédents. Une construction un poil alambiquée, mais qui permet de tenir le lecteur en haleine, tout en garantissant dans chaque album son lot de séquences psychologiques, de moments historiques, d’attaques et de passes d’armes avec la Police.

Une bonne part de la réussite de la série en revient également à Gaël Séjourné : son dessin parvient à retranscrire le contexte de l’époque, sans se perdre dans trop de détails afin de conserver le focus sur les personnages et l’action rythmée du scénario. Il a d’ailleurs su trouver un physique identifiable pour chaque malfaiteur tout en collant à leurs photos d’identité judiciaire, reproduites dans les pages de garde très évocatrices.

Séjourné a pourtant dû tenir un rythme de production haletant, afin de réaliser les cent soixante planches pour que les trois albums paraissent en moins de 14 mois. Un tempo nécessaire compte tenu du découpage du récit, mais qui n’a pas empêché le dessinateur de réaliser quelques très belles planches, permettant de se plonger dans l’authenticité de l’époque. Une évocation réussie également grâce aux couleurs de Jean Verney, dans des teintes de l’époque.

Si le démarrage d’"A la vie, à la mort !" nécessite un petit effort, le lecteur est donc rapidement récompensé par l’investissement des auteurs. Une excellente chronique criminelle et historique, et qui motive à une relecture après la conclusion finale, histoire de profiter doublement des nombreux détails captivants rassemblés dans l’intrigue.

(par Charles-Louis Detournay)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Acheter les albums d’A la vie, à la mort ! par Rodolphe, Sejourné, Verney (Soleil) :
- le tome 1 Pierrot-le-fou sur BD Fugue, FNAC, Amazon
- le tome 2 Le Gang des Tractions Avant sur BD Fugue, FNAC, Amazon
- le tome 3 Morts ou vifs sur BD Fugue, FNAC, Amazon

Tous les visuels présentés sont issus du tome 3 (Morts ou vifs) et sont : © Éditions Soleil, 2018 – Rodolphe, Séjourné

 
Newsletter ActuaBD