Pour le 80e album de Lucky Luke, Jul et Achdé s’offrent la Liberté

2 novembre 2018 2 commentaires
  • Eh oui, ce symbole même de l’Amérique, cette fameuse Statue de la Liberté est française ! On la savait sculptée par Frédéric Auguste Bartholdi et conçue avec le concours des ateliers Eiffel, mais on ignorait qu’elle avait été escortée par le cow-boy chanceux lui-même !

Avec son air décontracté et son sourire en coin, il ressemble incroyablement au personnage qu’il scénarise, d’autant qu’il tire des vannes plus vite que son ombre. Jul, lauréat à 12 ans du Concours Scolaire de la Caisse d’Épargne à Angoulême, a fait une bien belle carrière depuis. Comme quoi ça sert parfois à quelque chose les médailles en chocolat.

Decroly, École alsacienne puis Normale Sup, Jul est l’un des auteurs de BD les plus blindés de diplômes de la profession, avec Jean Van Hamme bien entendu... Sa spécialité, c’est l’histoire et… le chinois mandarin qu’il parle couramment. C’est lui qui aurait glissé à Ségolène Royal sur la muraille de Chine la fameuse sentence : « Qui vient sur la Grande Muraille conquiert la bravitude… » Tout le monde en rit encore, même lui, mais il n’en est pas très fier... Cela ne l’a pas empêché d’accompagner Emmanuel Macron au même endroit et de remettre au président chinois Xi Jinping un exemplaire de La Planète des sages dans sa version mandarine. On ne sait pas si cela a déridé Winnie…

Dans son dernier Silex in the City, Jul dessine « l’homme de Cro-Macron » tirant Brigitte par les cheveux. Coup de fil de l’épouse du président : il pense qu’il va se faire remonter les bretelles... Que nenni : elle s’en fout complètement et l’invite à déjeuner pour lui dire qu’elle adore Lucky Luke. Ça tombe bien, le dernier vient de paraître...

Pour le 80e album de Lucky Luke, Jul et Achdé s'offrent la Liberté
Une tournée américaine pour la Flamme de la Liberté.
Photo : DR

Le nouveau scénario de Jul pour Lucky Luke ne déroge pas au canon de Morris et de René Goscinny : il s’appuie sur un fait historique réel pour élaborer une histoire émaillée d’anecdotes savoureuses et de jeux de mots improbables, offrant une double lecture qui convient aussi bien aux enfants qu’aux parents.

« Nous nous sommes rendus compte que l’histoire du Far-West est une des plus merveilleuses et des plus truculentes qui soient, prophétisait déjà René Goscinny en 1970. Dans une période de 80 ans, cette région des États-Unis a été le rendez-vous de tous les cinglés de la terre. En piochant dans l’histoire, on peut aller loin. Lucky Luke existe depuis 25 ans et nous n’avons fait qu’effleurer le sujet… » [1] Effectivement, la mine d’or de Dick Digger produit encore des pépites 71 ans après sa création, et le filon n’est pas près de s’épuiser.

« Lucky Luke : un cow-boy à Paris » écrit par Jul et dessiné par Achdé.
© Éditions Lucky Production.

Un vent de Liberté

Cette fois, nous sommes en 1875, le peuple français a décidé d’offrir, par souscription, aux États-Unis une statue de « La Liberté éclairant le monde », symbole maçonnique et passablement anticlérical, pour célébrer le centenaire de l’indépendance des États-Unis. Aux Américains de financer le socle.

Pour ce faire, le sculpteur Bartholdi fait une tournée dans les différents états américains pour y récolter des fonds. Un voyage pas évident dans l’Ouest sauvage. Dans cet album, il y rencontre Lucky Luke faisant une livraison de Dalton au pénitencier du coin. Notre chanceux cow-boy va accompagner la célèbre statue de Paris au moment de son achèvement, jusqu’à son inauguration à New York. Ça le change de Sarah Bernhard et du Grand Duc… La Liberté en toge fut inaugurée à New York en 1886, trônant depuis à l’entrée du Port de Manhattan.

Si ce 80e album ne révolutionne pas la série, il vaut surtout pour la qualité de l’anecdote, les séquences où apparaît la statue émergeant des constructions haussmanniennes de la Plaine Monceau figurent parmi les mieux dessinées par Achdé car elles s’appuient sur une documentation aussi précise que pittoresque, restituée avec fidélité, comme dans du Hergé. On y voit notamment cette image célèbre de la statue émergeant des ateliers Gaget dans le 17e arrondissement de Paris.

Étrange coïncidence

L’ouvrage paraît aujourd’hui le 2 novembre, soit trois jours avant la date-anniversaire de la disparition de René Goscinny, le 5 novembre 1977, un samedi, à l’âge de 51 ans. C’est en faisant un examen chez un cardiologue, lors d’un test de routine, qu’il s’écroule sur son vélo : crise cardiaque foudroyante… On le transporte d’urgence à la clinique Monceau, au 21 de la rue de Chazelles, dans le XVIIe arrondissement de Paris. Il devait y rendre son dernier souffle…

Or, fait troublant, c’est là, précisément à cet endroit, que se situait, en 1884, la fonderie Gaget et Gauthier où furent montées, les 300 pièces de cuivre de la Statue de la Liberté imaginée par Bartholdi. Étrange n’est-il pas ?

La Statue de la Liberté émergeant de la rue de Vauzelles.
Photo : DR

Le fondeur Gaget sut tirer parti de l’affaire : il eut l’idée de vendre des reproductions miniatures de la statue d’une hauteur de 20cm, signée de son nom sur le socle. Les Américains n’arrivant pas à prononcer son patronyme, ils le baptisèrent « Gadget ». Ce vocable serait, selon certains linguistes, à l’origine du mot...

Si Jul était au courant de cette étymologie, il semblait ignorer en revanche l’incroyable lien secret qui existait entre René Goscinny et la Statue de la Liberté que le scénariste prodigieux n’avait sans doute pas manqué de visiter lorsqu’il habitait Brooklyn. Il l’aurait sans doute utilisée un jour ou l’autre...

Esprit de Goscinny es-tu là ? Oui et apparemment encore pour longtemps.

« Lucky Luke : un cow-boy à Paris » écrit par Jul et dessiné par Achdé.
© Éditions Lucky Production.

(par Didier Pasamonik (L’Agence BD))

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Commander cet album:
BDfugue FNAC Amazon

Lire l’interview d’Achdé et de Jul par Charles-Louis Detournay

Didier Pasamonik et Jul converseront ce vendredi matin à 11 heures sur France Inter invités par La Bande Originale menée par la journaliste Leïla Kaddour-Boudadi et l’humoriste Daniel Morin, avec la participation, d’Albert Algoud, Tanguy Pastureau et Guillermo Guiz.

« Lucky Luke : un cow-boy à Paris » écrit par Jul et dessiné par Achdé. Éditions Lucky Production.

Commander cet ouvrage chez Amazon ou FNAC

[1Interview de René Goscinny par Daniel H. Pasche. La Tribune de Genève, 4 avril 1970.

 
Participez à la discussion
2 Messages :