Valérian écluse chez Francisque

23 novembre 2011 18 commentaires
  • Valérian et Laureline dessinés par Larcenet ? Ce doit être un hoax proféré par quelque ivrogne gardien d’éléphants roses… Pourquoi pas "Lone Sloane" par Bastien Vivès, tant qu’on y est ? Hé bien, si, c’est vrai ! Dargaud a osé confier la série de SF culte de Christin et Mézières à l’auteur du "Combat ordinaire".

Devant l’album de Valérian par Larcenet : L’Armure du Jakolass, l’amateur de BD reste interdit. Que peut-il bien en ressortir ?

Comment le scénario cérébral de Pierre Christin, aux développements (surtout ces dernières années) quasiment philosophiques va-t-il être interprété par un humoriste expert en vinasseries et autres brèves de comptoir (racistes pour rire, forcément) ?

Comment le trait élégant du pinceau de Mézières va-t-il se retrouver traduit par la ligne cradingue du dessinateur de Chez Francisque ? L’effet de surprise a été savamment entretenu, à coup d’oukases et de crises de nerfs

L’amateur de Larcenet ne sera pas déçu. Le punk des pâturages nous réussit un brillant numéro de comédie humaine, où la loufoquerie n’a d’égale que l’insondable bêtise des protagonistes, en même temps qu’il nous déconstruit les stéréotypes de la série originale, ce qui lui évite l’accusation de fan service.

L’amateur de Valérian et Laureline, en revanche, n’y retrouvera pas les courbes sensuelles de l’héroïne dans son élégante combinaison d’astronaute façon Courrèges, ni le charmant minois un peu empoté de Valérian.

Avec la permission des créateurs, Dargaud nous offre ici une déclinaison comparable à la série « Spirou par… » chez Dupuis qui réinvente des œuvres classiques avec des créateurs au trait plus contemporain.

Contrairement à ce que Bravo avait réussi à faire avec le groom, nous ne sommes pas dans le ré-enchantement du mythe de Valérian. Nous sommes dans une bonne blague de comptoir bien grasse que l’on peut conclure d’un rot.

Cela va plaire, pour sûr.

Valérian écluse chez Francisque
« Valérian : L’Armure de Jakolass » de Manu Larcenet : pas vraiment du Mézières et Christin...
(C) Dargaud

(par Didier Pasamonik (L’Agence BD))

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Commander « Valérian : L’Armure de Jakolass » de Manu Larcenet sur Amazon ou à la FNAC

 
Participez à la discussion
18 Messages :
  • Valérian écluse chez Francisque
    23 novembre 2011 10:30, par Jet

    et ça plait beaucoup en effet. une reprise qu’on aimera ou pas mais qui a pour elle l’audace nécessaire à la liberté créative, espace d’éclosion d’un humour bien senti.
    jamais Valerian n’a eu autant de consistance !

    moi je vous le dis, "si j’ai pas mon gamme 5 d’alcool dans le sang avant midi ça me donne des gaz !"

    on n’aurait pas renié un mot sur le dessin remarquable qui fait honneur aux ambiances de la séries, plongé dans une mise en couleurs sombre et mystérieuse, et parsemé de "happy few" se déclinant en jeu de piste = les auteurs invités à faire un dessin, s’ils sont crédités en remerciement, encore faut-il les pister lors d’une indispensable relecture.

    moi j’ai bien aimé, j’ai bien ri, et en plus je me suis bien amusé.

    Répondre à ce message

  • Valérian écluse chez Francisque
    23 novembre 2011 10:55

    Bonjour,

    Voici mon point de vue et ce n’est que mon point de vue :

    1) J’ai lu là l’album le plus drôle de Larcenet. Je me suis bidonné jusqu’au bout. C’est subjectif bien entendu.

    2) Le scénario, sous un vernis de gags stupides et zygomatiques, développe les personnalités de Valérian, Laureline et Monsieur Albert de manière différente au style de Pierre Christin. C’est indéniable. Mais ce développement n’en est pas moins intéressant. Là est l’art du genre. Pierre Christin tend parfois, comme il est souligné dans l’article, vers la philosophie, du moins vers la caricature politique et sociale, alors que Larcenet use d’un autre genre. Chacun son style, chacun son plaisir de prendre la plume (et de lire bien entendu). Voici un Valérian moins politique et sociale qu’à l’habitude de la série mythique, mais voici un Valérian qui propose une réflexion sur l’humain tout aussi intéressante. Manu Larcenet serait peut-être très amusé de lire la pirouette que je vous propose entre la philosophie de Pierre Christin et ce qui pourrait être la philosophie d’un Manu Larcenet : les dernières planches ne pourraient-elles pas se paraphraser en “Cela est bien dit, répondit Candide, mais il faut cultiver notre jardin”.

    3) Après le scénario, permettez moi un regard sur le dessin, l’article, intéressant, omet de citer Jeff Pourquié. Manu Larcenet nous propose ici, encore, une nouvelle facette de son savoir faire. Époque Fluide Glacial, époque première des Rêveurs (qui peut-être annonçait l’actuel Blast), époque Combat ordinaire et plus généralement Poisson Pilote (le mariage entre l’humour bête et drôle et l’introspection ?) et enfin époque Blast. À présent ce Valérian, qui je crois chronologiquement a été réalisé avant les Blast, en savez-vous plus ?, qui nous propose un dessin héritier de toutes ces facettes mais beaucoup plus épuré, avec un gris optique très clair. Que de blancs entre les lignes, voir les planches originales doit être intéressant. Qu’en pense-t-il lui même ? Et là, Jeff Pourquié, pré-cité, coloriste de l’album, s’engouffre dans ces blancs et transforme l’ensemble de manière incroyable. Un dessin à deux têtes il me semble. Rien à voir là avec le dessin de Jean-Claude Mézières, certes, mais encore une recherche narrative à travers une nouvelle évolution du dessin de Manu Larcenet. Et Jean-Claude Mézières n’a-t-il pas définitivement influencé tous les dessinateurs et dessinatrices contemporains dans la réflexion sur le découpage, la narration (jusqu’à ceux et celles qui ont fait œuvre, passionnante, de s’en détacher, et d’ailleurs d’où proviennent la plupart des auteurs que l’on a associé au nom de Manu Larcenet à ses débuts) pour dire qu’on peut voir son héritage dans la plupart des œuvres de bandes dessinées d’aujourd’hui.

    Bonne journée.

    Cordialement.

    A.

    Répondre à ce message

    • Répondu le 25 novembre 2011 à  09:06 :

      Sur Facebook, Sergio Salma n’est pas content

      Répondre à ce message

      • Répondu le 27 novembre 2011 à  19:48 :

        Sur Facebook, Sergio Salma n’est pas content

        Et alors ? A propos de quoi ? Si on n’est pas sur Facebook on peut pas le lire, alors vous en dîtes trop ou pas assez, c’est comme vous écriviez "et Machin m’a envoyé un mail...".

        Répondre à ce message

  • Valérian écluse chez Francisque
    23 novembre 2011 13:58

    Il me semble que "Chez Francisque" est écrit par Lindingre.

    Répondre à ce message

    • Répondu par Didier Pasamonik (L’Agence BD) le 23 novembre 2011 à  15:59 :

      Et dessiné par qui ?

      Répondre à ce message

  • Le Valérian pochtron de Larcenet
    23 novembre 2011 17:20, par JF

    Larcenet c’est vraiment la bd beauf par excellence, c’est d’ailleurs pour ça que ça marche. En revanche l’image qu’a Larcenet dans la presse qui se veut intello laisse penser que les journalistes bâclent la lecture (si ils lisent encore).

    Répondre à ce message

    • Répondu par narvaal le 23 novembre 2011 à  17:37 :

      Hein ?!
      Avez-vous lu "Blast", "le combat ordinaire" ou "presque" pour affirmer cela ?
      Si c’est le cas, il va falloir que je révise ma définition du mot "beauf", ça voudrait dire que je vis dans l’erreur depuis de nombreuses années...

      Répondre à ce message

      • Répondu par joel le 24 novembre 2011 à  07:58 :

        je dirais plutôt bobo, enfin moi j’aime pas ce que fait ce grand producteur de dessin.

        Répondre à ce message

    • Répondu par PPV le 24 novembre 2011 à  10:45 :

      faudra que je revoie ma définition de beauf, alors ! D’accord que Lindingre fait de la BD de beauf, d’accord que toutes les publications chez Fluide (y compris celle de Larcenet) sont de la BD de beauf, par contre je m’insurge contre la généralisation en ce qui concerne l’oeuvre de Larcenet : Blast, Le Combat Ordinaire, ce sont des ovnis, des chefs d’oeuvre, des bijoux qu’aucun beauf ne peut apprécier ni peut-être comprendre. Vous imaginez, vous, un gros moustachu en survet’ blanc, la chaine en or au cou et 50 Cents ou Orelsan à fond dans son iPod lisant Blast ? Moi non. Sur la reprise de Valerian, je trouve cela grotesque, gluant, insultant pour l’oeuvre de Mezières. Un fameux pétage de plomb chez Dargaud.

      Répondre à ce message

      • Répondu par vincent cuvellier le 24 novembre 2011 à  23:01 :

        coucou, c’est drole comme on peut défendre un dessinateur victime d’idées reçues par d’autres idées reçues : orelsant est très très loin d’être beauf... c’est nerveux, racé, intelligent, et pour tout dire, plutot fortiche...

        Répondre à ce message

    • Répondu par Jet le 24 novembre 2011 à  11:59 :

      ah ben moi je veux bien être le beauf de service alors, tant que je prend mon pied comme ça.
      si ça me permet d’éviter de virer crétin cérébral à la peine pour trouver du simple plaisir dans ce qu’il lit, ça me va...

      Répondre à ce message

  • Valérian écluse chez Francisque
    23 novembre 2011 17:31, par Jodo

    De toute façon lorsqu’un auteur reprend une série avec son style , son dessin , qui peut se rapprocher de l’auteur original de la série , ça ne plait souvent pas et au final la pirouette est p-e moins intéressante.
    Larcenet dessinant un Valérian , ça suffit déjà à le dire , pour que cela en vaille le coup d’oeil ! Voilà une vraie décision originale , un risque , un choix judicieux du point de vue de l’éditeur ! peu importe le résultat et les critiques ! Donner le feu vert à un auteur en marge de cette série , c’est bien .

    Répondre à ce message

  • Valérian écluse chez Francisque
    26 novembre 2011 10:40

    La BD de Larcenet est pas mal, même si le dessin est toujours aussi faible, tellement faible qu’il est incapable de dessiner Valérian ; heureusement il s’en tire par une pirouette scénaristique ingénieuse. Ce procédé ne peut servir qu’une fois, je dis cela au cas où Sfar, Trondheim and Co auraient l’envie de réaliser un one-shot de cette série.
    Espérons que cette série de one-shot continue avec d’autres scénaristes et d’autres dessinateurs franco-belges ou étrangers et dans tous les styles : de l’hyperréalisme au style dépouillé en passant par le rétro ou le high-tech. Cette série a un univers tellement vaste que TOUT est possible. Voici une liste de scénaristes : Alcante, Arleston, José-Louis Bocquet, Luc Brunschwig, Thierry Cailleteau, Eric Corbeyran, Patrick Cothias, Xavier Dorison, Jean Dufaux, Fred Duval, Warren Ellis, Jean Léturgie, Richard Marazano, Matz, Jean-David Morvan, Fabien Nury, Daniel Pecqueur, Vincent Ravalec, François Rivière, Rodolphe, Yves Sente, Thierry Smolderen, Tome, Fabien Vehlmann, Pierre Veys, Yann, Zidrou et Lewis Trondheim. Quant aux dessinateurs : Aleski, Philippe Aymond, Denis Bajram, Baron Brumaire, Dominique Bertail, Philippe Berthet, Fred Blanchard, Blutch, Matthieu Bonhomme, Emile Bravo, Didier Conrad, Goef Darrow, Athur de Pins, Enrique Fernandez, Frank Pé, Philippe Gauckler, Moebius, Juanjo Guarnido, Lidwine, Régis Loisel, Ralph Meyer, Fabrice Neaud, Fabrice Parme, Jean-Michel Ponzio, Paul Pope, Thierry Robin, Christian Rossi, David Sala, Olivier Schwartz, Benoît Springer, Stan & Vince, Fabrice Tarrin, Olivier Vatine, Yoann et Reno qui vient de réalier un superbe Aquablue.

    Répondre à ce message

    • Répondu par f*Parme le 26 novembre 2011 à  15:01 :

      Au secours, rayez-moi de cette liste toute de suite ! Vous allez donner de mauvaises idées à des éditeurs et des scénaristes ! J’ai déjà testé avec Spirou et je ne tomberai pas dans ce piège deux fois.
      f*

      Répondre à ce message

      • Répondu par Oncle Francois le 26 novembre 2011 à  20:38 :

        Pourquoi est ce un piège si c’est un hors-série, qui permet un changement de ton salutaire ? Spirou est bourré de contraintes psychologiques(il ne fume pas, ne boit pas, ne drague pas, mais contre il adore porter un costume de groom d’hotel 4 étoiles !!) et artistiques (j’ai l’impression qu’il vaut mieux savoir imiter Franquin ou Janry, sinon les fans sectaires crient au scandale). Personnellement, je trouve les hors-série de Spirou bien plus intéressants que la série principale.

        Si l’on veut s’amuser en tant qu’auteur, et réussir à divertir le lecteur, il faut garder les personnages principaux, mais en les sortant de leur contexte habituel. Dans cet ordre d’idées, le Spirou que vous avez dessiné sur une histoire de Trondheim y parvenait tout à fait. C’était une lecture rafraichissante pleine de rythme, un peu dans le style burlesque à la Marx Brothers, avec un style léger et aérien. Et Trondheim y avait glissé quelques bons gags. Pourquoi pas ? J’ai essayé de défendre cet album sur actuabd lors de sa parution, car j’apprécie ce qui est nouveau ET respectueux du passé. La continuation stérile à l’identique (ou plutôt dégénéré ou dégénérescent) donne les Bob et Bobette des studios Vandersteen, excellent auteur à ses débuts.

        Maintenant, je comprends que vous n’ayez pas envie de reprendre Valérian, la MOTIVATION est essentielle ! Cordialement

        Répondre à ce message

        • Répondu par f*Parme le 27 novembre 2011 à  11:20 :

          Un piège pour moi. Ce n’est pas comme ça qu’il fallait que je fasse mon Spirou, mais je suis d’accord avec vous, cette série "Le Spirou de..." est la meilleure issue pour le groom.

          f*

          Répondre à ce message

  • Valérian écluse chez Francisque
    26 novembre 2011 15:44, par Erik A.

    Pas de débat, le clin d’œil, pourquoi pas, dans un hors série Pilote d’antan, pour le fun ?

    Mais si tu as grandi avec Valérian dans les années 60 et 70, et que tu as aimé, t’iras pas dépenser le prix d’un album pour cette mer... euh, pour ça, de toute façon. Couru d’avance.

    Répondre à ce message