Yuko : Extraits de littérature japonaise - Par Ryoichi Ikegami - Delcourt/Tonkam

10 février 2017 0 commentaire
  • Avec cette anthologie luxueuse et ambitieuse Ryoichi Ikegami nous revient en France après une longue absence et nous propose une troublante plongée dans les jeux de désir et de possession. Intense, sensuel et fascinant !

Ryoichi Ikegami, fameux dessinateur des séries Crying Freeman et Sanctuary, scénarisées respectivement par Kazuo Koike et Buronson, n’avait plus été publié en France depuis 2010 et l’arrêt de Lord, scénarisé par Buronson, dont Pika a édité uniquement les dix premiers tomes sur les vingt-deux que comporte la série.

Pour ce retour les éditions Delcourt / Tonkam ont choisi de mettre à l’honneur le travail personnel de Ryoichi Ikegami et ses nombreuses publications d’histoires courtes pour lesquelles il est son propre scénariste.

Ces histoires se révèlent être aussi bien des récréations que des exutoires pour le mangaka qui y délivre ses obsessions et ses fascinations personnelles autour du désir, se rattachant dans la forme et dans la démarche à une certaine tradition de la littérature japonaise qui semble le passionner.

Yuko : Extraits de littérature japonaise - Par Ryoichi Ikegami - Delcourt/Tonkam
© 2010 Ryoichi Ikegami / SHOGAKUKAN

Notons qu’un premier recueil de ce type, aujourd’hui épuisé, avait déjà été publié en 1999 par Tonkam : Nouvelles de la littérature japonaise. Il proposait huit adaptations de nouvelles classiques de la littérature japonaise.

Ce nouveau volume, Yuko - Extraits de littérature japonaise, s’avère comme le précédent une traduction d’un recueil japonais édité au pays du Soleil levant en 2010. Cependant contrairement à ce que son titre le laisserait supposer, sur les douze histoires proposées seules trois sont en réalité des adaptations d’écrits littéraires (et déjà proposés dans la précédente édition) : les neuf autres sont des histoires originales de Ryoichi Ikegami, inédites en France.

Écrites entre 1991 et 1999, elles comptent donc trois adaptations qui sont : Un Amour de Tôjûrô de Kan Kikuchi, Le Donjon de Kyoka Izumi et L’Enfer de Ryunosuke Akutagawa, des œuvres appartenant à l’ère Taisho, de 1912 à 1926, époque de modernisation de la littérature japonaise.

© 2010 Ryoichi Ikegami / SHOGAKUKAN

La thématique principale de Yuko s’articule autour de deux axes : le désir d’une part, sous la forme d’un amour tourmenté le plus souvent, même si l’art s’invite dans certaines histoires, et la morale d’autre part, avec des personnages qui, poussés par leur désir, se retrouvent généralement au-delà de ce qui est socialement acceptable.

En effet les personnages et les situations de Ryoichi Ikegami explorent des zones troubles et peu glorieuses de l’être humain, comme dans la première histoire dans laquelle un homme endetté "vend" sa femme comme modèle à un artiste pervers, ou celle de ce bon mari et père de famille irrésistiblement attiré par une collègue de travail qui l’entraîne dans des jeux sexuels forts dangereux.

Cependant ces histoires, malsaines et parfois, admettons-le, tordues, tirent essentiellement leur force du trait puissant et incomparable de Ryoichi Ikegami, et en particulier ses visages capable de nous plonger dans les méandres de l’âme humaine, qu’elle soit habitée par la frustration, la colère, l’envie, la jalousie, la lâcheté, la peur, le dégoût ou toute autre émotion, qu’elle soit simple ou complexe.

D’une beauté formelle impressionnante, capable de sublimer aussi bien des séquences crues qu’un érotisme japonais amateur de bondage, Ryoichi Ikegami questionne la nature humaine dans son obsession de posséder ou de fuir l’autre, sans pourtant juger, approuver ou condamner laissant, selon la tradition du genre, ce soin au lecteur.

© 2010 Ryoichi Ikegami / SHOGAKUKAN

Le résultat s’avère indéniablement fascinant, et cela en dépit du fait que les histoires se révèlent assez inégales entre elles, mais leur hétérogénéité assurera certainement à chacun d’y trouver une situation ou une émotion qui l’interrogera sur lui-même.

L’édition proposée par Delcourt / Tonkam se révèle son côté luxueuse et prend la forme d’un pavé de 150 x 210, 448 pages, broché, avec couverture cartonnée, se concluant par une courte interview de Ryoichi Ikegami à propos de ces histoires.

Enfin, signalons qu’au Japon un second tome fait suite à cette première anthologie, proposant des histoires plus anciennes.

Une anthologie remarquable d’un mangaka tout aussi exceptionnel, mais à ne pas mettre entre toutes les mains en raison de son caractère sensuel et de ses thèmes déviants.

© 2010 Ryoichi Ikegami / SHOGAKUKAN

(par Guillaume Boutet)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Commander cet album:
BDfugue FNAC Amazon

Yuko : Extraits de littérature japonaise. Par Ryoichi Ikegami. Traduction Patrick Honoré. Delcourt/Tonkam, collection "Seinen". Sortie le 4 janvier 2017. 448 pages. 19,99 euros.

Commander ce livre chez Amazon ou à la FNAC

  Un commentaire ?