Aquaman Rebirth T1 - Par Dan Abnett & Collectif - Urban Comics

30 janvier 2018 0 commentaire
  • De retour dans la nouvelle collection « DC Rebirth », Aquaman continue d’œuvrer pour la paix entre l'Atlantide et la surface. Un album très politique et conspirationniste qui n’oublie pas pour autant de dégager une belle part à l’action. Un excellent équilibre pour un début convaincant.

Dans la lignée du retour de Green Lantern en librairie, c’est un peu la même histoire éditoriale que se joue ici avec Aquaman, avec le nom de « Johns » en refondateur, à la différence près que l’historique se révèle ici moins ancien.

En effet lors du lancement de « The New 52 » en 2011 Geoff Johns se charge de redéfinir le personnage et l’univers d’Aquaman. De la même façon qu’il l’avait fait avec Green Lantern, le célèbre timonier de DC Comics ménage l’ancien et le moderne, donnant un coup de « jeune » à Aquaman sans pour autant rompre avec ses éléments classiques.

Une fois sa mission accomplie, Geoff Johns avait passé la main à Jeff Parker... et Urban Comics avait stoppé la publication du titre au tome suivant. C’était en 2015. Nous retrouvons donc Aquaman grâce à l’arrivée de « DC Rebirth » et les lecteurs de la période précédente ne seront pas dépaysés.

Aquaman Rebirth T1 - Par Dan Abnett & Collectif - Urban Comics
© DC Comics / Urban Comics

Le premier épisode qui présente les personnages et le contexte géopolitique s’inscrit en effet dans la ligne directe de ce qu’avait installé Johns : Aquaman apparaît comme un personnage mal-aimé, parfois moqué car « parlant aux poissons », tiraillé entre deux mondes qui ne l’apprécient que très modérément, reconnaissant son titre de super-héros et celui de souverain d’Atlantide, mais guère plus.

Ce premier album [1] couvre une douzaine d’épisodes et deux grands arcs narratifs. Aquaman, alias Arthur Curry, secondé par sa compagne Mera de Xebel, a ouvert une ambassade au Massachusetts, travaillant plus que jamais au rapprochement entre sa nation et le reste du monde.

Un projet victime malheureusement d’un acte terroriste, qui associé à une défiance envers l’Atlantide et à un manque flagrant de considération de la gouvernance des États-Unis envers Arthur provoque un incident diplomatique qui manque de peu de dégénérer en acte de guerre !

© DC Comics / Urban Comics

Parallèlement à ce premier temps Black Manta, l’un des ennemis jurés d’Aquaman, se fait recruter par une organisation criminelle clandestine, N.E.M.O., qui fait ses affaires avec la mer, et qui œuvre dans l’ombre pour attiser le conflit entre les États-Unis et l’Atlantide.

Dans la seconde partie N.E.M.O. continue d’alimenter en incidents la relation entre les deux États et Arthur continue quant à lui de se battre pour empêcher une guerre, alors que la défiance entre les deux peuples n’a jamais été aussi élevée et explosive.

Le scénario de Dan Abnett, sans être forcément très complexe, se révèle néanmoins dense et sans temps mort : Arthur et Mera passent d’une crise à une autre, jouant tour à tour des muscles et de la diplomatie !

© DC Comics / Urban Comics

Le résultat est convaincant, les personnages bien campés, le plus souvent dans l’action même si la situation leur échappe. Outre l’excellent trio principal constitué d’Aquaman, de Mera et de Black Manta, le récit offre quelques bons personnages secondaires comme Tula, l’officier régente de l’Atlantide ou encore Joanna Stubbs, de la Royal Navy.

Quant au graphisme les différents artistes proposent un univers coloré et percutant qui collent parfaitement aux aventures d’Aquaman. Et les moments de bravoure « décoiffent » comme il se doit, rappelant à travers un épisode emblématique que le couple royal d’Atlantide n’a rien à envier à Superman !

Bref un excellent titre de lancement et d’entrée dans l’univers d’Aquaman, accessible et bien équilibré entre action et politique, qui doit une partie de sa réussite à son couple vedette, Aquaman et Mera, moderne et attachant.

© DC Comics / Urban Comics

(par Guillaume Boutet)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Aquaman Rebirth T1. Scénario : Dan Abnett. Dessin : Brad Walker & Collectif. Traduction Edmond Tourriol. Urban Comics, collection "DC Rebirth". Sortie le 12 janvier 2018. 296 pages. 22,50 euros.

Commander cet album chez Amazon ou à la FNAC

Aquaman "The New 52" sur ActuaBD :
- Lire la chronique du tome 1 de la série
- Lire la chronique du tome 3 de la Justice League
- Lire la chronique du tome 3 de la série
- Lire la chronique du tome 4 de la série
- Lire la chronique du tome 5 de la série

[1Les épisodes contenus dans Aquaman Rebirth T1 : Inondation sont :
- Aquaman Rebirth #1 (juin 2016),
- Aquaman #1-11 (juin 2016 à novembre 2016).

  Un commentaire ?