Catherine Meurisse, personnalité BD de l’année 2016

31 décembre 2016 3 commentaires
  • Dans une liste d’une douzaine de noms cités, c’est une dessinatrice, Catherine Meurisse, qui remporte cette année les suffrages de notre rédaction pour désigner LA PERSONNALITE DE LA BD qui aura le plus marqué cette année.
Catherine Meurisse, personnalité BD de l'année 2016
La Légèreté de Catherine Meurisse (Dargaud)

Après le tollé suscité par le dernier festival d’Angoulême, il fallait qu’ActuaBD désigne une femme comme « personnalité de l’année 2016 ». Ce n’est pas la première fois. Cette distinction qui se remet le 31 décembre de chaque année avait déjà distingué Fanny Rodwell en 2011 et si la parité n’est pas généreusement respectée dans les lauréats – une société, un groupe et même un héros de BD peuvent être distingués – il nous semble que les élus ont été jusqu’ici légitimes, jugez-en :

2015 : Charlie Hebdo
2014 : Marcel Gotlib
2013 : Spirou
2012 : Albert Uderzo
2011 : Fanny Rodwell
2010 : Jean Van Hamme

ActuaBD compte une trentaine de contributeurs et deux contributrices qui viennent combler chaque année votre soif d’informations et qui sont le mieux renseignés sur le petit monde de la bande dessinée. Au départ, la liste des nominés titrait dans tous les sens. Des auteurs Zidrou, Wilfried Lupano, Jean-Claude Mézières, Riad Sattouf, Yves Bigerel, dit Balak, Jul, un personnage : Lucky Luke, un éditeur : Olivier Sulpice (Bamboo) et même un organisateur de festival, Franck Bondoux, salué pour sa résistance face à l’adversité ont été évoqués…

Mais c’est finalement Catherine Meurisse qui l’emporte.

Une autrice de premier plan

« Avec « Scènes de la vie hormonale » et « La Légèreté » (Ed. Dargaud) Catherine, qui a échappé au massacre de Charlie Hebdo (où ses amis et mentors ont été tués, dit Didier Pasamonik, avance face à la barbarie la fantaisie, l’humour et l’art comme antidote à la gravité ambiante qui a fait suite aux attentats. Tout esprit de résistance repose sur la résilience de chacun. Catherine Meurisse est une autrice de premier plan (on pense à Bretécher) qui a marqué l’année et qui marquera son époque. »

Scènes de la vie hormonale de Catherine Meurisse (Dargaud)

«  Elle a réussi à se sublimer par le dessin, l’immersion totale dans la beauté de l’art (le fameux syndrome de Stendhal) pour surmonter le deuil de son journal et de ses amis perdus, ajoute Morgan di Salvia. Elle a sorti deux albums gracieux, drôles, élégants, qu’elle a défendus avec une classe folle. »

Frédéric Hojlo n’est pas en reste : «  J’ajouterais la subtilité de ses interventions publiques à l’indéniable qualité des livres qu’elle a publiés cette année. Elle représente en outre deux choses qui, à titre personnel, me tiennent à cœur : elle réalise une sorte de trait d’union entre l’art dit « académique » et la bande dessinée (et cela ne date pas de "La Légèreté") ; et elle représente à mon sens un « post-féminisme » qui est la vraie modernité (une féminité assumée mais qui n’est qu’une des facettes de son identité et qui ne sert pas de prétexte, à l’instar de ce que l’on peut trouver chez une Claire Bretécher ou une Florence Cestac). »

Scènes de la vie hormonale par Catherine Meurisse (Dargaud)

Patrice Gentilhomme conclut en affirmant que « "La Légèreté" restera comme un album incontournable de cette année 2016 (à mon humble avis, supérieur à celui de Luz sans doute trop à vif, trop dans l’urgence). Avec "La Vie hormonale", elle revisite avec brio l’humour BD au féminin en digne héritière d’une Bretécher ou d’une Cestac. Enfin ceux qui ont la chance de la rencontrer ont pu constater que c’était une... femme ! (Voir la polémique pour la sélection d’Angoulême). Pour toutes ces raisons (et bien d’autres !) c’est le choix de la belle Catherine qui s’impose ! »

Catherine Meurisse a reçu le Prix Jacques Lob (Prix du scénario) au dernier festival de Blois.
Photo : Patrice Gentilhomme

(par Didier Pasamonik (L’Agence BD))

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

 
Participez à la discussion
3 Messages :
  • Au moins on ne peut pas vous retirer ça,vous avez de l’humour sur Actuabd.

    Bonne année !

    Répondre à ce message

  • Catherine Meurisse, personnalité BD de l’année 2016
    3 janvier 09:53, par kyle william

    L’article est élogieux et Catherine Meurisse le mérite, mais pourquoi dire en avant-propos qu’"Après le tollé suscité par le dernier festival d’Angoulême, il fallait qu’ActuaBD désigne une femme comme « personnalité de l’année 2016 " ? Doit-elle sa récompense à son grand talent ou à un acte de discrimination positive ? Et pourquoi plus bas l’appeler "la belle Catherine" ? Qu’est-ce que le physique a à voir là-dedans ?

    Répondre à ce message

    • Répondu par Frédéric HOJLO le 3 janvier à  11:48 :

      Cher lecteur,

      Les débats que nous avons eus n’ont à aucun moment fait apparaître l’argument de la discrimination positive. Il s’agit simplement ici de rappeler que les femmes ont encore parfois du mal à s’imposer dans le milieu de la bande dessinée.

      Par ailleurs, il faut lire l’adjectif "belle" dans son acception large : il existe " de belles âmes". Ce qui n’enlève sans doute rien au physique de Catherine Meurisse, mais dont il n’est pas vraiment question dans son oeuvre.

      Merci quoi qu’il en soit pour vos questions, qui poussent à la réflexion.

      Cordialement,

      Répondre à ce message