« Cent Pour Cent », l’exposition événement d’Angoulême 2010, honorée par la Nuit du Livre

11 mars 2010 0 commentaire
  • C’était l’événement culturel d’Angoulême 2010 : L’exposition « Cent pour Cent » proposait, au CIBDI, 100 originaux issus du trésor du Musée de la Bande Dessinée graphiquement commentés par plus d’une centaine d’auteurs contemporains de tous les horizons : Europe, Amérique, Japon, Chine… Le catalogue a reçu le Prix Spécial du Jury hier soir à la Nuit du Livre, tandis que le CIBDI annonce la venue de l’Exposition à Bilbao puis à Paris.

Nous vous l’avions copieusement annoncé dans nos colonnes avant la dernière édition du Festival d’Angoulême : L’ambitieuse exposition « Cent Pour Cent » produite par le Musée et le Centre International de la Bande Dessinée et de l’Image (CIBDI) a été l’événement culturel majeur de la dernière édition du Festival. Le temps nous a manqué pour vous en donner le compte-rendu, mais la récompense reçue hier soir par le Catalogue de cette exposition de la part du jury de la Nuit du Livre, une coédition entre le CIBDI et Paris Bibliothèques, nous en donne l’occasion, notamment parce que Marie-Brigitte Metteau, responsable de l’édition de Paris-Bibliothèques, a annoncé la venue prochaine de l’exposition à Paris, à la suite de Bilbao.

« Cent Pour Cent », l'exposition événement d'Angoulême 2010, honorée par la Nuit du Livre
Hier soir, à la Maison de la Chimie, autour de Gilles Ciment : Marie-Brigitte Metteau (Paris-Bibliothèques), Florence Cestac, Edmond Baudoin, Lorenzo Mattotti, Loustal, André Juillard, Moebius, Etienne Robial et Lécroart.
Photo : D. Pasamonik (L’Agence BD)

Célébration de la bande dessinée

« Cent pour Cent », c’était LA bonne idée pour lancer le Musée de la BD d’Angoulême inauguré, souvenez-vous, en juin 2009. D’abord parce qu’elle montre l’exceptionnelle collection d’originaux du Musée dont les 8000 planches vont de Cham, auteur du premier album de BD français, et Christophe, l’auteur de La Famille Fenouillard et du Sapeur Camember, à Edmond François Calvo, l’auteur de La Bête est morte, Alain Saint-Ogan, Uderzo & Goscinny, Forest, Gotlib, Moebius, Tardi, Bilal, Joann Sfar etc., aux Américains Elzie C. Segar, le créateur de Popeye, Milton Caniff, le créateur de Terry & The Pirates, George Herriman (Krazy Kat), Charles M. Schulz (The Peanuts), Will Eisner, Jules Feiffer, Jack Kirby (créateur de Fantastic Four, X-Men, Hulk…, Robert Crumb, etc., en passant par les Italiens Pratt, Crepax, Battaglia ou Jacovitti, les Belges Hergé, Franquin, Cuvelier, Macherot, Schuiten, les Argentins Copi, Alberto Breccia, le Chinois He Youzhi, l’Espagnol Ruben Pellejero et on en passe, et des plus importants.

Inauguration à Angoulême : Plus de 100 faces à faces
Photo : D. Pasamonik (L’Agence BD)

Une leçon de lecture

Ils sont cent en face, une centaine d’auteurs contemporains, français, américains, japonais, chinois, coréens, italiens, espagnols, argentins… qui ont produit une œuvre en hommage aux maîtres. Le choix des auteurs ne marche pas forcément par filiation, ou par « généalogie » comme le suggérait hier le directeur du CIBDI, Gilles Ciment, mais le plus souvent par confrontation de styles et de techniques très opposés. Ainsi, Jean-Claude Götting aborde-t-il Moebius ou François Avril, Enki Bilal. le Coréen Kang Do-Ha revisite-t-il Astérix, André Juillard, le Idyl de Jeff Jones, Pascal Rabaté, le E.O. Plauen de Vater & Sohn. L’exercice est ébouriffant car non seulement il permet de « jauger » la qualité du patrimoine mondial de la bande dessinée, d’analyser son évolution tant en terme de narration que de technique graphique ou d’univers visuel, mais aussi d’étudier la palette infinie des techniques, de la sage plume maîtrisant la Ligne Claire de Alain Saint-Ogan, au pinceau furieux d’un Jean-Claude Forest, à la gouache brûlante de Lorenzo Mattotti (par ailleurs l’auteur de la couverture de l’ouvrage).

Arzack de Moebius réinterprêté par Prado
Photo : Nicolas Depraeter

Un voyage unique à travers le média de la bande dessinée et surtout l’occasion, outre de découvrir un patrimoine unique dont la connaissance est indispensable à toute bonne culture générale de la BD, une véritable école de la beauté et du goût dont la qualité et la diversité ne lassent jamais.

Un livre-événement qui garde la trace d’une exposition-événement qui méritait d’être célébré, comme hier soir à la Maison de la Chimie à Paris. L’instant était d’ailleurs assez exceptionnel, car Gilles Ciment était venu chercher son prix entouré d’une impressionnante brochette de prestigieuses signatures de la BD : Moebius, Mattotti, Cestac, Baudoin, Loustal, Juillard, Lécroart… Rien de moins !

(par Didier Pasamonik (L’Agence BD))

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Découvrez la librairie de BD numérique ActuaBD avec Sequencity

L’exposition « Cent pour Cent » est encore visible au Musée d’Angoulême jusqu’au 28 mars 2010. Elle ira ensuite au printemps au Musée Alhondigha de Bilbao (printemps 2010) et viendra à Paris à la Bibliothèque Forney du 21 septembre 2010 au 8 janvier 2011.

  Un commentaire ?