Jeronimus T3 – Par Dabitch & Pendanx – Futuropolis

18 septembre 2010 0 commentaire
  • Le triptyque du Batavia se referme sur un massacre. Jean-Denis Pendanx et Christophe Dabitch concluent ce drame maritime par un sanglant huis clos, que seule l’épaisseur des couleurs rend supportable.

À la fin du précédent tome, nous avions laissé l’équipage et les passagers du Batavia échoués sur une côte australienne. En effet, le navire amiral de la Compagnie des Indes hollandaises n’avait pas résisté à une violente tempête de juillet 1629. Contraints à la survie, près de trois cents personnes doivent désormais s’organiser jusqu’à la venue hypothétique des secours. C’est ici que se noue l’intrigue de ce troisième et dernier volet. Le personnage de Jeronimus Cornelisz, déjà détestable dans les précédents volumes, va orchestrer un régime autoritaire d’élimination systématique de ses opposants. Dans cet oppressant milieu insulaire, on assiste à un retour aux instincts primaires : manger ou être mangé. Ou plus précisément : tuer ou être tué. Plus encore que dans les deux premiers albums, la technique de peinture épaisse de Pendanx joue un rôle primordial en mettant un peu de distance entre le lecteur et les contours horribles des meurtres perpétrés. On sentait que cette série historique de premier plan nous réservait un final percutant. On n’imaginait sans doute pas à quel point il serait cruel.

Jeronimus T3 – Par Dabitch & Pendanx – Futuropolis
Un extrait de "Jeronimus T3"
© Dabitch - Pendanx - Futuropolis

(par Morgan Di Salvia)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Découvrez la librairie de BD numérique ActuaBD avec Sequencity

Commander ce livre sur Amazon ou à la FNAC

Lire les chroniques des précédents albums : T1, T2

  Un commentaire ?