Le Divan de la BD : une psychanalyse truculente

16 septembre 2009 5 commentaires
  • Cet été est paru chez Joker un superbe pastiche de la bande dessinée : dix grands personnages se sont allongés sur le divan d'un psychanalyste pour évoquer leur questionnement intérieur, en lien avec leurs aventures. Entre dérision et réelle analyse, un véritable outil d'amusement et de compréhension pour les fans de BD.

Bien entendu, cela fait longtemps que des pastiches mettent en scène des héros de bande dessinée, que cela soit réalisé par d’autres dessinateurs ou parfois par les propres auteurs eux-mêmes. Mais l’originalité de cet album est d’évoquer la psychologie d’une galerie de personnages bien connus : Corto Maltese, Blueberry, Rahan, les Bidochons, le grand Schtroumpf, Gaston, Blake & Mortimer, Boule et Bill, Joe Dalton et le Chat. [1]

L’auteur, Jean-Pierre Dirick, n’en est pas à son coup d’essai, car il a déjà réalisé quatre albums de bande dessinée sur la psychanalyse, en mettant en scène le Docteur Psy qui écoute et conseille les grands noms de la France, ses stars et des célébrités de la télévision. Se basant sur de véritables analyses de ces héros de papier réalisées par plusieurs psychanalystes et psychologues, Dirick s’est amusé à nous livrer les secrets imaginés de tous ces personnages qui ont fait rêver des générations d’amateurs du 9e art. Car, selon lui, les grands héros de BD ont, eux aussi, un inconscient, une histoire, et des motivations qui éclairent leurs actes, leur façon d’être, leurs aventures…

<i>Le Divan de la BD</i> : une psychanalyse truculente

Bien entendu, ces saynètes ont des paginations et des contenus divers, avec un humour variable. Certaines scènes sont résolument éclairantes sur le parcours d’un héros de papier (on peut alors se plonger en souvenirs dans tous les agréables moments qu’on a passé à le suivre), tandis que d’autres sont simplement drôles, voire plus anecdotiquement faibles. Tout ceci étant dépendant du bagage et l’humour propre au lecteur.

Chacun des chapitres est introduit par une réelle notion psychologique, ce qui permet de mieux appréhender le parcours du praticien, et de ne pas trop se formaliser sur certaines explications afin d’aller au contact avec les albums de la personnalité interrogée. Point d’orgue final de chaque séquence : le paiement du psy se fait avec des objets en lien avec le personnage ou le traitement à subir.

Impossible de faire un résumé complet du livre, car ce serait passer à côté des truculents dialogues entre les personnages et leur faire-valoir médical, mais voici quelques pistes qui vous permettront de vous une idée globale du recueil :

- Les Bidochons nous font un superbe numéro de duettistes, pour évoquer une thérapie de couple, où chacun exige sa place, sans pour autant pouvoir exister sans l’autre. Les problèmes de stérilité de Robert seraient la cause de la mésentente perpétuelle du couple.

- Gaston Lagaffe aurait développé une stratégie de l’échec pour qu’on s’intéresse à lui, et se serait vengé d’un beau-père intrusif en tentant d’empêcher à tout prix la signature de quelques obscurs contrats !
- La séance de Rahan est aussi drôle qu’émouvante car le fils des âges farouches utilise habilement l’ensemble de ses accessoires bien connus (couteau et collier) pour représenter sa solitude, et le difficile choix qu’il doit faire, car il s’est entiché d’une femme !

- Entre deux colères, Joe Dalton avoue le besoin de tuer ses trois frères pour exister enfin pour lui, mais le docteur évoque le couple inversé composé par Ma Dalton et Lucky Luke.

- Arrivé dans un nuage de poussière, Blueberry déballe sa vie aventureuse et personnelle, l’occasion de rire et de se souvenir de ces grands moments de bande dessinée : ce choix contraint pour le Nord, ce nom très fleur bleue, ce rejet paternel et le besoin de se trouver une famille chez les Indiens.

Quand Bill vieillit, et qu’il se prend pour Peanuts

- Un des plus beaux moments est sans doute l’arrivée en noir et blanc de Corto Maltese. Icone du romantisme, on a déjà noirci bien des pages pour donner une explication au caractère du marin, mais notre psychologue doit faire face à une question bien ancrée aux aventures du héros de Pratt : il ne parvient plus à faire la distinction entre ses rêves et la réalité !

- On aborde aussi l’évacuation d’agressivité de Philip Mortimer, la schizophrénie du Chat qui voudrait vivre sans Geluck, le traumatisme du Grand Schtroumpf écrasé par l’autorité envers ses petits hommes bleus, ainsi que Boule et Bill qui refusent de vieillir !

Lorsqu’on surfe sur le site de l’auteur, on se rend compte qu’une séance devait initialement être consacrée à Tuntun. Mais l’éditeur a sans doute dû se dire qu’il serait risqué de heurter de plein fouet l’ineffable société Moulinsart. Ceci donne encore une fois la différence de sentiments qu’il peut y avoir entre certains héros et les autres...

Une parodie pour perdre son pantalon !

Vous l’aurez bien compris, le but est de se moquer gentiment de ces personnages de papier qui nous ont fait (et continuent à nous faire) vivre de prodigieux moments. Si on peut donc le conseiller à tous les amoureux du neuvième art, il est formellement à proscrire à toute personne allergique au deuxième degré. Ou alors, elle devra consulter...

(par Charles-Louis Detournay)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Découvrez la librairie de BD numérique ActuaBD avec Sequencity

Commander ce livre chez Amazon ou à la FNAC

Lire les exemples de planches pour chaque personnage, sur le site de l’auteur

[1Pour des raisons bien évidentes, ce ne sont pas ces noms qui ont été utilisés dans l’album (Lt Bleuberry, Labaffe, Mortamer, etc.), mais par lisibilité, nous ferons d’emblée le parallèle vers, ce que nous supposons être, leur modèle de papier.

 
Participez à la discussion
5 Messages :
  • Le Divan de la BD : une psychanalyse truculente
    16 septembre 2009 23:24, par Moynot

    Au moins une partie, sinon la totalité de cet ouvrage, dont les qualités ne me paraissent pas aussi évidentes qu’à vous, était déjà paru aux éditions Pictoris il y a quelques années. La nécessité de son exhumation est une chose dont on peut discuter…

    Répondre à ce message

    • Répondu par Charles-Louis Detournay le 17 septembre 2009 à  07:51 :

      Bonjour Emmanuel,

      Vous avez parfaitement raison. En ôtant les planches de Tuntun, on retrouvera dans cette nouvelle version les séances de Corto, Blueberry, Le chat et Rahan.

      Quand à l’intérêt de l’album, je trouve pertinent de se pencher ainsi sur de grandes figures de papier : cela permet de faire un lien psychologique entre des aventures divertissantes, et leurs raisons inconscientes (même si ce lien est parfois tiré par les cheveux). En extrapolant, cela permet de replacer le contexte Psy dans notre vie de tous les jours. Je suis loin d’aller à mes quatre séances hebdomadaire, mais je ne réfute pas non plus en bloc toutes les explications ’scientifiques’ que ces docteurs font du comportement humain.

      Bref, un album qui porte un autre regard et qui peut amuser et divertir d’une différente manière. Bien sûr, on pourra aussi tirer sur l’auteur, en disant qu’il se fait du beurre sur le dos de plus grands que lui. Mais il y en pour tous les goûts.

      C’est bien entendu mon avis, subjectif et donc critiquable, par définition :-)

      Répondre à ce message

      • Répondu le 17 septembre 2009 à  14:48 :

        C’est surtout le moyen de vendre facilement ses bouquins sur le dos des héros des autres déjà connu, comme, en son temps, les calamiteux "pastiches" de Brunel.

        Répondre à ce message

        • Répondu par Oncle Francois : amateur de divan mixte ! le 22 septembre 2009 à  22:18 :

          Je ne suis pas d’accord avec vous : il ne s’agit pas de pastiches (ou pastis, je ne sais plus ;Arf arf arf !° Humour), mais plutot d’un auteur sympa qui a imaginé des histoires où des personnages connus vont consulter le psychiatre (ou psych-grosmot-iste, je ne sais pas !!). Assez amusant si l’on s’interesse à la psychologie et à la science du divan ou du canapé, que l’on peut pratiquer de diverses façons si j’ose dire.

          Répondre à ce message

  • Le Divan de la BD : une psychanalyse truculente
    22 septembre 2009 14:07, par Medora

    Quelle opinion réductrice que de penser que l’auteur de ces pastiches fait du plagiat !
    Ce sont les caricatures et les pastiches qui bousculent et font avancer les choses !
    Cet album est un véritable travail d’analyse sur ces personnages et ce n’était pas facile d’en faire des séances crédibles et sérieuses tout en les rendant agréables et amusantes à lire !
    Ce Divan de la BD est pour moi l’album le plus innovant et parmi les plus réussis de la rentrée.
    J’attends avec impatience le passage d’autres héros sur ce Divan !Pourquoi pas Astérix par exemple ?

    Répondre à ce message