Mécahumanimal, Bilal hybride les Arts et Métiers

10 juin 2013 0 commentaire
  • Quand un créateur visuel de la dimension d'Enki Bilal s'empare d'un musée dédié à la technologie, il résulte une installation monstre qui marquera les mémoires. Si vous n'avez qu'une exposition à visiter ces temps-ci, ce devrait être Mécahumanimal !

"Mécahumanimal, ce terme m’est apparu comme une évidence, j’espère qu’il entrera bientôt dans le dictionnaire !"... Pince sans rire, Enki Bilal adresse une nouvelle boutade aux premiers visiteurs de l’exposition qu’il a conçue pour le Musée des Arts et Métiers de Paris.

Mécahumanimal, Bilal hybride les Arts et Métiers
Intrigant, ce robot nettoyeur de la pyramide du Louvre est rebaptisé : "{sangsue dessous de mise en ordre}".
Photo ©L Mélikian

À priori, la fusion entre l’univers de l’artiste et l’institution deux fois centenaire peut surprendre. En présentant des inventions comme le Pendule de Foucault qui a permis de démontrer les théories de Galilée ou l’Avion 3, première machine volante plus lourde que l’air conçue par Clément Ader, le musée a pour objet de "diffuser la culture scientifique et technique, et conserver et accroître le patrimoine national illustrant le progrès des sciences et des techniques".

Le fusain et les couleurs déchaînés de Bilal s’accordent-ils avec la rigueur technologique ? On imagine le lieu plus en adéquation avec le style précis d’un François Schuiten qui, par ailleurs, a réalisé le décor de la station de métro Arts et Métiers (ligne 11) à proximité du musée. C’est oublier que l’auteur de la Femme-Piège et du Sommeil du monstre n’a de cesse d’explorer l’avenir de l’homme, cet animal doué d’une technologie qui pourrait provoquer sa perte…

Ainsi, on visite une installation visuelle, sonore, tactile et parfois même olfactive, loin d’une banale superposition de pièces du musée et de planches de l’artiste. Ici, à l’image de la scène inaugurale d’Animal’z où un homme se fond dans le corps d’un dauphin, les frontières entre l’homme, l’animal, la machine, l’art et la technologie s’estompent. "Que ce soit une bonne ou une mauvaise nouvelle, l’hybridation c’est ce qui nous attend, prophétie Enki Bilal. C’est forcément une étape en cours…"

Déstabilisante, la traversée de Mécahumaninal s’effectue sous le regard de "Drones furtifs des sables" collés aux parois dans une carapace de crustacé. Composée d’originaux présenté sans souci de chronologie, une rétrospective bilalienne se mêle aux pièces de la collection du musée que l’artiste a rebaptisées à sa guise. Un turboréacteur Atar de la Snecma devient porte le nom d’"hibernateur pénitentiaire satellite". Entre ici Nikopol !

Hommage à Clément Ader. L’ingénieur s’était inspiré des chauves-souris pour ses machines volantes
Photo ©L Mélikian

"Cette exposition ne se prend pas au sérieux mais elle aborde des sujets extrêmement sérieux", avertit Bilal. Plus loin la reconstitution de la salle de bain de Jill Bioskop dans la Femme-Piège propose un ironique jeu de miroir et d’hologramme !

Enfin, clou de l’exposition, le script-walker que Jill Bioskop utilise dans la Femme-Piège pour transmettre des messages dans le passé est reconstitué par une imprimante 3D et présenté en éclaté de manière interactive. Pour le coup, la récente exposition les Fantômes du Louvre présentée il y a tout juste six mois, prend la dimension d’amusante anecdote.

Mais de la même manière, malgré le poids de l’institution qui l’accueille, le Prix de la ville d’Angoulême 1987 n’a rien perdu de son regard critique, ni de son humour savant. Au musée des Arts et métiers, il reste sept mois pour s’en rendre compte.

Quelques œuvres marquantes de Bilal en relief pour initier les non-voyants. C’est aussi ça la technologie…
Photo ©L Mélikian

Autre version de la bête humaine ?
Photo ©L Mélikian

(par Laurent Melikian)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Découvrez la librairie de BD numérique ActuaBD avec Sequencity

Mécahumanimal, jusqu’au 5 janvier 2014

Le site de l"exposition

Commander le catalogue sur Amazon ou à la FNAC

  Un commentaire ?