dBD n° 120 : retour de la ligne Clerc

13 février 2018 0 commentaire
  • Pour ce début d’année, dBD a choisi de célébrer l’un des principaux acteurs des années {Métal Hurlant}.

Recruté par Jean-Pierre Dionnet dès le lancement du magazine mythique, Serge Clerc est devenu rapidement l’un des piliers de la revue. Son graphisme personnel totalement en phase avec l’esthétique rock new age de ces années 1980 où tout semblait possible a contribué au succès du jeune provincial. Ambiance rock, trait résolument clair et moderne et atmosphère polar tendance désabusée constituent l’univers des histoires de cet auteur souvent imité mais rarement égalé.

Chroniqueur décalé des années 1980, Serge Clerc a vite imposé sa marque bien au-delà du cercle des bédéphiles branchés. Le colossal travail de rééditions mené par l’éditeur Dupuis permet de retrouver progressivement l’essentiel de l’œuvre du dessinateur espion, patronyme longtemps attribué par ses compères de Métal. Après Intégrale Rock (trop vite épuisé), Intégrale Science Fiction, l’occasion nous est offerte de retrouver le beau pli d’pantalon, la pin-up parfaite et la "ligne simple" dans une compilation où l’humour déjanté et les ambiances "polar et cocktail" poursuivent leur incroyable travail de séduction.

Comme à son habitude, le magazine revient sur l’actualité de ce début d’année et plusieurs belles rencontres. Le scénariste Rodolphe, Frédéric Bézian ou Didier tronchet font partie des têtes d’affiche de ce numéro de février. Tandis que le chanteur Miossec rend hommage aux BD de son enfance tout en révélant une belle connaissance du sujet sans retenue ni complaisance.

Autre bel hommage que celui de Pierre Christin pour son ancienne complice. Le scénariste retient le style de la dessinatrice, nous pourrions aussi parler de ligne claire tant sur le plan graphique qu’éditorial. Deux pages pour saluer avec brio et élégance le départ d’Annie Goetzinger. S’il n’y avait qu’une raison d’acheter la revue, celle-ci suffirait !

(par Patrice Gentilhomme)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

dBD n°120, en vente partout, 8,90 €

  Un commentaire ?