À la découverte de la Ligne Ware

  • Avec Chris Ware, nous sommes au-delà d'une simple bande dessinée, de la définition de la bande dessinée elle-même. Prodigieux, son dernier ouvrage relève autant de l'expérience de lecture que de l'initiation narrative et graphique.

Vous qui, benoîtement, vous enfoncez dans des habitudes confortables, que ce soit en termes de lecture, de définition et d’objet en ce qui concerne la bande dessinée, attendez-vous à être un peu surpris. Si le travail de Chris Ware est certes sémantiquement une "bande dessinée" au sens propre du terme, c’est à dire qu’il correspond à une histoire racontée par une suite de dessins, il en est autrement dans la façon dont il est structuré, présenté, proposé à être consommé.

Jusqu’ici, la bande dessinée offrait des supports imprimés (journaux, albums...) ou numériques. Chacun ont permis bon nombre d’approches expérimentales, de Gustave Doré à Winsor McCay, de George Herriman à Scott McCloud. Mais aucune n’avait, comme Chris Ware ici, autant mis ses lecteurs littéralement en boîte.

À la découverte de la Ligne Ware
"Building Stories" par Chris Ware - Editions Delcourt
© Delcourt

Buildings porte bien son nom : il s’agit de constructions. De maisons où habitent les personnages : projections et plans, perspectives cavalières, reconstitutions spatiales...Des histoires qui figurent dans cette boîte, lesquelles sont publiées sur divers supports et formats différents, quatorze en tout : carton, petits strips, faux journal, parodie de livre de premier âge pour les enfants, bandelettes... Chacun raconte une histoire qui s’emboîtent aux autres dans un projet commun et prédéfini, comme les pièces énigmatiques d’un puzzle, de moins en moins raccord à fur et à mesure que le récit progresse.

Les séquences temporelles s’organisent en histoires-gigognes qui jouent avec le passé et le présent. Il n’est pas jusqu’aux personnages qui ne doivent se construire, en dépit des accidents de la vie. On suit l’héroïne, handicapée portant prothèse, et Phil, son mari qui, tous les jours, rentre tard à cause d’un travail à l’avenir précaire. Ils ont une fille, Lucy, qui trouve que les garçons devraient s’intéresser un peu moins à l’amour et un peu plus à la vie...

Ils doivent construire leur vie dans cette banlieue de Chicago où plane le souvenir de l’architecte Frank Lloyd Wright, de l’écrivain Hemingway et d’Obama devenu président sans que les Américains ne voient la crise se réduire, leurs conditions de vie s’améliorer.

"Building Stories" par Chris Ware - Editions Delcourt
© Delcourt

Construire et déconstruire sont les maîtres-mot de cet ouvrage à la structure extrêmement sophistiquée, tout en rappels, en effets de miroir, en chevauchements, dans cette Ligne Claire qui relève davantage de George McManus et de Joost Swarte que d’Hergé et dont la perfection formelle sécrète une poétique intranquille.

Dans sa dédicace, l’auteur remercie sa maman Clara Louise Ware de lui avoir conseillé de sortir de la maison de temps en temps : "...ou tu finiras par perdre ta source de pollinisation" disait-elle. C’est exactement cela Building Stories : une œuvre-fleur épanouie que le lecteur peut butiner indéfiniment.

Chris Ware a décroché pas moins de quatre Eisner Awards à la dernière sélection de San Diego. Il est à nouveau sélectionné à Angoulême où il avait réussi en 2003 à remporter le Prix du meilleur album et le Prix ACBD de la critique. On ne serait pas étonné qu’il reconduise cet exploit cette année-ci.

Pas moins de quatorze objets composent cette "bande dessinée"
© Delcourt

(par Didier Pasamonik (L’Agence BD))

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Album recommandé par ActuaBD dans l’émision d’Ali Rebeibi "Pop Fiction" sur sur France Inter
Pop Fiction # 14

- Commander cet album chez Amazon ou à la FNAC

 
Participez à la discussion
6 Messages :
  • À la découverte de la Ligne Ware
    29 novembre 2014 18:00, par LC

    On peut aussi trouver le travail de Chris Ware froidement artificiel, cavalièrement vide, esthétiquement douteux et intellectuellement médiocre.

    Répondre à ce message

    • Répondu par Eleve Chaprot le 29 novembre 2014 à  19:04 :

      Mais tout à fait mon cher LC, l’on peut. Et vous en êtes la preuve.

      Répondre à ce message

    • Répondu le 30 novembre 2014 à  01:36 :

      Ca peut être aussi un effet de mode,un engouement passager . On aime sur le moment et puis ça passe.

      Répondre à ce message

    • Répondu le 30 novembre 2014 à  10:49 :

      Oui. On peut aussi faire preuve d’un peu de discernement.

      Répondre à ce message

  • À la découverte de la Ligne Ware
    3 décembre 2014 02:01, par Zébra

    Il y en a qui se font un devoir d’exploser les cases, et d’autres comme Chris Ware qui se proposent au contraire de s’y enfermer à double-tour.

    Répondre à ce message

    • Répondu le 3 décembre 2014 à  09:32 :

      on vit tous dans des cases mentales bien hermétiques comme celles-là. Du moment qu’on en perde pas une, ça va.
      Il a raison de dire merci à sa maman.

      Répondre à ce message