Alan Moore déclare arrêter la bande dessinée

  • Dans un entretien au Gardian, Alan Moore qui vient d'achever "Jérusalem", son dernier roman qui lui a pris dix ans d'écriture, un million de mots et 3,6 millions de signes (à paraître en France chez Inculte en août 2017), a déclaré qu'à part quelques travaux en cours, il arrêtait la BD, pour se consacrer au cinéma et au roman.
Alan Moore déclare arrêter la bande dessinée
Jerusalem, son dernier roman paraîtra en France en 2017 aux éditions Inculte.

Il faut dire que le magicien de Northampton, 62 ans, ne s’est jamais arrëté et qu’il a donné au passage quelques chefs-d’œuvre au 9e art. De plus, son arrêt n’est pas brutal : "Il me reste encore 250 pages à écrire", déclare-t-il au quotidien britannique The Gardian : quelques pages de ses histoires sur la vie imaginaire de H.P. Lovecraft, Cinema Purgatorio avec Kevin O’ Neil avec qui il fera un second livre, un dernier Ligue des Gentlemen extraordinaires, quelques bricoles, et puis stop.

Le prochain travail en commun de Alan Moore & Kevin O’ Neill
© Alan Moore / Kevin O’ Neill

La raison ? "Je suis tombé dans la facilité dit-il. J’ en ai fait assez pour le médium. Je lui ai donné tout ce que je pouvais donner..." Il a peur de se décevoir, et son public par la même occasion. Il a envie de faire "des choses qu’il ne sait pas faire", comme un film, par exemple.

Il ne regrette en rien sa carrière passée au service du 9e art : "C’est un formidable moyen d’expression" dit-il. Mais il déplore quand même un peu ce que ce genre est devenu. On connaît sa thèse : la création de Batman à la fin des années 1930 était une idée révolutionnaire, mais c’est devenu aujourd’hui en tout et pour tout un produit de consommation qui ne l’intéresse plus guère. Comment lui donner tort ?

L’intègre, le généreux Alan Moore a d’autant plus raison qu’il n’a jamais failli dans sa carrière exemplaire, offrant une production éclectique, intelligente, l’une des plus érudites et des plus fertiles de sa génération. Qu’importe qu’il arrête, il nous reste tellement à lire, et à comprendre !

Il devrait finir un dernier volume de La Ligue des Gentlemen extraordinaires.
© Alan Moore, Kevin O’ Neill, Panini Comics
L’hommage-fascination d’Alan Moore pour H.-P. Lovecraft NeoNomicon par Alan Moore et Jacen Burrows - Ed. Urban Comics / Indies
© Alan Moore / Urban Comics

(par Didier Pasamonik (L’Agence BD))

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

 
Participez à la discussion
1 Message :
  • Alan Moore déclare arrêter la bande dessinée:la vraie raison !
    29 juin 2017 12:41, par La plume occulte

    Tout compte fait c’est assez incroyable,quand on y pense.

    Alan Moore s’exprime et on en apprend plus sur la raison qui le fait quitter le monde de la BD !

    Il avait fait auparavant remarquer quand on l’interrogeait sur son incontournable mini-série Watchmen ,propos qui prennent encore plus de sens dorénavant,qu’il voulait montrer avec cette histoire ce que seul la narration BD pouvait faire.Donc,ce dont les comics sont capables mais que ni le cinéma,ni la littérature ne peuvent faire :"Avec Watchmen je voulais me servir des comics pour faire passer des messages.La BD n’est ni du cinéma,ni de la littérature,ni une galerie d’art.C’est quelque chose de différent,avec son langage propre." Sacré Alan,toujours à mettre les pieds dans le plat,à contre-courant du discours ambiant,clivant,et pas forcément désintéressé !

    Pour les soupçonneux qui doutent vilainement de la véracité de ces dires,une interview à lire religieusement dans la nouvelle édition,toujours en vente,du mag "Les comics pour les débutants"  ;la première version,c’est logique,disait exactement la même chose :http://img.bd-sanctuary.com/cs/big/les-comics-pour-les-debutants-magazine-volume-1-kiosque-2016-259477.jpg .

    Il part,oui,mais alors pourquoi,hein ?

    Ça repart pour une couche,qui complète douloureusement les paroles précédentes : « La bande dessinée s’est embourgeoisée. » dit-il sans ambages au journal Le Point,comme une droite à la face des gentrifieurs,en retour de leur goût pour l’exclusivité et leur sens du commerce alternatif,qu’ils prétendent équitable ,« Maintenant, on parle de roman graphique – une invention d’un département du marketing quelconque. La raison pour laquelle j’aimais les bandes dessinées est qu’elles parlaient à tout le monde, par-delà les classes sociales. Elles ne fournissent plus cette fonction désormais. » - Ça c’est pour les dents des donneurs de prix qui tirent toujours sur le même fil:le tout bio à bonne hauteur,façon culture intensive qui a tout de la culture hors-sol.Après ça on s’étonnera que le public ,qui a du goût et des papilles expertes,n’en déplaise,se tire ailleurs tandis que les auteurs crient famine !- « Kevin et moi nous allons faire un volume supplémentaire de La Ligue des gentlemen extraordinaires, nous en discutons en ce moment même. Et après cela, j’en aurai terminé avec la bande dessinée. » Triste conclusion,merci qui ?
    Ces propos sont à lire ici : http://www.lepoint.fr/pop-culture/bandes-dessinees/alan-moore-jure-qu-il-ne-fera-plus-qu-une-seule-bd-avant-d-arreter-21-06-2017-2137050_2922.php#section-commentaires

    Bigre,voilà le gourou de Northampton,qui a inventé sa propre religion,quand même,soudain transformé en quasi prophète et voyant,extra-lucide ! Rien à faire:Alan Moore c’est le plus grand.

    Franchement,ça fait tout drôle,oui,Plume Occulte et Alan Moore même combat,quelle consécration,pour Alan Moore bien sûr !

    Allez,on chausse le masque de Guy Fawke célébré par Moore dans V pour Vendetta,devenu symbole de mouvements protestataires et on lance comme un seul, un tonitruant :

    Vive la BD libre !

    Répondre à ce message