American Gods T1 - Par Neil Gaiman, Craig Russel et Scott Hampton - Urban Comics

14 décembre 2018 0 commentaire
  • Nouvelle adaptation d'un récit de Neil Gaiman, cette série nous propose de suivre l'itinéraire d'un individu que le destin, sous la forme de divinités en sursis, a décidé de poursuivre de manière acharnée. Un road-movie mythologique où les divinités descendent clairement de leur piédestal.
American Gods T1 - Par Neil Gaiman, Craig Russel et Scott Hampton - Urban Comics
Ombre songe à ce qu’il fera, dans quelques jours, en sortant de prison...
© Neil Gaiman / Dark Horse

Pendant quatre longues années Ombre s’est tenu tranquille. Il a ainsi évité tous les pièges et écueils de la prison, purgeant sa peine sans faire d’histoire, pressé qu’il était de retrouver, à sa sortie, qu’il espérait la plus précoce possible, son épouse. Sa réinsertion devait parfaitement se dérouler : un travail l’attendait dans la salle de gym de son meilleur ami, et un billet d’avion devait lui permettre de rejoindre ses proches au plus vite.

Mais voilà, le destin en a voulu autrement. Et de manière sacrément ironique. Ombre se trouve libéré deux plus tôt. Pour assister à l’enterrement de sa femme. Morte dans un accident de voiture. Avec son meilleur ami. À qui elle faisait une fellation. Mais ça, il ne l’apprendra qu’à l’issue d’un trajet rocambolesque, d’avions déroutés et de rencontres improbables avec des individus qui en savent plus qu’ils ne le devraient et qui paraissent, d’une étrange façon, immémoriaux.

American Gods déploie un motif cher à Neil Gaiman, celui du divin, abordé depuis une perspective existentielle. Dans ce récit, les dieux vivent parmi nous, issus des croyances, des superstitions et du folklore. Leur puissance proportionnelle à leur popularité, à l’adoration dont ils font l’objet à la mémoire que les humains possèdent encore d’eux.

Ombre s’engage sur un chemin où il croise des être surnaturels
© Neil Gaiman / Dark Horse
... Mais la réalité qui l’attend s’avère plus banale et sordide à la fois
© Neil Gaiman / Dark Horse

Le mythologique baigne donc le récit, mais avec des divinités loin d’être irréprochables, qui jurent, manipulent, trompent et n’hésitent pas à se salir les mains et à user de violence pour parvenir à leurs fins. Sur ce canevas se dessine le périple d’Ombre, sous la forme d’un road-movie traversant l’Amérique - le pays et sa société - doublé d’une quête d’identité.

Adapté d’un roman de 2001, American Gods s’est vu décliné sous deux formats en 2017 : une série télé d’une part, une bande dessinée d’autre part. Cette dernière réalisée sur un script de P. Craig Russel, avec Scott Hampton au dessin et à la couleur. Et le travail de ce dernier convient idéalement à son objet, oscillant entre une base réaliste et un onirisme affleurant constamment et perçant de manière soudaine à travers des formes et réalisations aussi fascinantes que dérangeantes.

Urban Graphic, la collection "prestige" d’Urban Comics, s’enrichit là d’un titre de choix qui offre à son lecteur une vision inattendue des dieux américains saisis au cours de leur processus de décadence. Une évidente métaphore sociétale ?

Un héros aux rêves hantés par des divinités oubliées
© Neil Gaiman / Dark Horse

(par Aurélien Pigeat)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Commander cet album:
BDfugue FNAC Amazon

American Gods T1. D’après le roman de Neil Gaiman. Par Craig Russel (script) et Scott Hampton (dessin et couleur). Traduction Michel Pagel. Urban Comics, collection Urban Graphic. Sortie le 26 octobre 2018. 272 pages. 22,50 euros.

  Un commentaire ?