Bakuon Retto, T18 - Par Tsutomu Takahashi - Kana

3 septembre 2013 1 commentaire
  • Si vous éprouvez de l'intérêt pour les bécanes ainsi que pour les gang de motards, {Bakkuon Retto} risque fort de vous enthousiasmer.

Au début des années 1980, dans les quartiers résidentiels de Tokyo, plusieurs clans se regroupent et organisent des rassemblements de motards. C’est ainsi que Takashi, jeune lycéen rejoint ses nouveaux amis, les membres des Zéros. Véritable révélation pour lui, il intègre rapidement la bande et acquiert sa première moto une Honda Hawk qu’un des membres des Zéros lui fournit.

Avec Bakuon Retto s’incarne cette jeunesse pleine de vitalité pour laquelle tout semble possible ! Un profond sentiment de réconfort émane de la dimension humaine du manga, réaliste à souhait, sans exagération de la part de l’auteur. À la charnière de la fin de l’adolescence et de l’entrée dans le monde adulte, Takashi, le héros de l’histoire, découvre soudainement une autre vision de la vie véhiculée par les bosozoku, ces rassemblements de motards, véritables têtes brûlées vivant en marge de la société.

Tsutomu Takahashi nous plonge dans un récit envoûtant proposant de véritables enjeux et de vrais sujets : acceptation ou rejet de jeunes appartenant à un clan, ressenti éprouvé face aux liens de subordination structurant le gang et les modes d’intégration propres à cette dernière.

L’auteur du remarquable Sidooh (au 19e siècle au Japon, deux jeunes frères orphelins affrontent des guerriers de tout horizon) déploie toute l’étendue de son talent grâce à un trait d’une extrême finesse. La série est servie par un dessin fort sombre, s’acclimatant fort bien avec l’ambiance dégagée.

Le mangaka questionne le sens profond de l’existence et la difficulté à devoir se conformer au moule imposé par la société. Ses protagonistes, attachants, dégagent une soif de liberté et d’une ambition hors normes. S’écartant des mœurs traditionnels d’une vie bien rangée, ils se marginalisent peu à peu, cherchant leurs propres repères là où ils se sentent le plus valorisés. Ils défilent à toute allure sur leurs pétaradantes machines !

Bakkuon Retto s’achève avec ce dix-huitième tome, de quoi découvrir ou redécouvrir cette série riche en adrénaline.

Bakuon Retto, T18 - Par Tsutomu Takahashi - Kana
©Tsutomu Takahashi/Kana

(par Marc Vandermeer)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Commander Bakuon Retto T1 sur Amazon ou à la FNAC
- Le T18 sur Amazon ou à la FNAC
- Commander Sidooh sur Amazon ou à la FNAC

 
Participez à la discussion
1 Message :
  • Bakuon Retto, T18 - Par Tsutomu Takahashi - Kana
    7 septembre 2013 15:24, par cielo

    J’apprécie beaucoup le travail de Tsutomu Takahashi depuis mes découvertes de Sidooh et Blue Heaven. Tout comme j’aurai apprécié ce qu’il nous aura livré sur Bakuon Retto, un titre très différent de ce à quoi il a bien pu nous habituer. Bien que l’on reste dans une ambiance sans concession où le moindre dérapage s’avère avoir de lourdes conséquences.
    Il est d’ailleurs intéressant de comprendre à la lecture des commentaires de l’auteur sur les rabats de couverture, qu’une certaine part de vérité se cache dans cette histoire, reflétant un certain pan de sa propre jeunesse. Il serait en cela très intéressant de recevoir plus d’informations de la part de l’artiste, concernant les étapes de création du manga et distinguant la délimitation entre réalité et fiction au sein de son oeuvre.

    Répondre à ce message