Bédéka n°7 met en vedette les sales gosses de la BD

9 septembre 2004 0 commentaire
  • Dans un "spécial rentrée", Bédéka surfe sur la vague Titeuf pour nous proposer, en plus de cinquante chroniques sur les nouvelles parutions BD, un dossier sur les "sales mômes et petits garnements".

Lorsque 2000 albums de bande dessinée paraissent chaque année, c’est bien d’avoir un guide et Bédéka a décidé de jouer ce rôle. L’essentiel de chaque numéro est donc un ensemble de chroniques permettant d’effectuer un choix parmi les innombrables nouveautés qui noient libraires, journalistes... et lecteurs.

Mais ce mensuel nous offre également dossiers et entretiens. Nouvel album de Titeuf oblige, son jeune millionnaire de papa y est interviewé, avec son traditionnel recul sur son succès et un franc-parler qui fait plaisir (Question : "Titeuf est parfois cité comme le symbole d’une génération, qu’en pensez-vous ?". Réponse : "Je ne sais pas si on peut parler de symbole d’une génération. C’est quand même des trucs de journalistes, ça !"). Un entretien accompagné d’un dossier plutôt décousu sur les "sales gosses de la bande dessinée"... et, bien sûr, de la chronique de "Nadia se marie".

Au sommaire de ce numéro, qui est accompagné d’un ex-libris du "Marquis d’Anaon", on trouve encore un entretien avec ce passionnant créateur qu’est Andréas, un dossier sur les conséquences du succès des mangas sur la BD franco-belge, et la réédition, dans la rubrique "Rétro-BD", d’un récit de Doc Savedge", pastiche des super-héros signé Coucho.

(par Patrick Albray)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Ce journal peut être commandé chez
PressedeFrance

  Un commentaire ?