Newsletter ActuaBD

Best 13 of Golgo 13 : Le choix des lecteurs et de l’auteur - Par Takao Saito - Glénat

  • A l'heure où Japan Expo bat son plein, nous nous devions de rendre hommage à une série culte au Japon : Golgo 13. Les pro- et les anti-mangas pourraient se réconcilier sur cette série qui étonne par ses qualités scénaristiques et graphiques dans un format hors norme. Lecteurs et auteur s'opposent et se complètent pour nous offrir les 26 meilleurs récits sur les 170 existants. Indispensable !!!

Best 13 of Golgo 13 : Le choix des lecteurs et de l'auteur - Par Takao Saito - Glénat

Cherchez-vous à éliminer un ennemi ? A détruire une œuvre d’art surprotégée ? Lorsqu’une tâche est jugée impossible à accomplir, on fait appel à Duke Togo ; Nom de code : Golgo 13. Profession : tueur à gages. Froid et impassible, n’éprouvant aucun remord et prêt à accepter tous les contrats, il vient à bout de toutes les missions qu’on lui confie, moyennant une somme d’argent colossale. Magnats du crime ou de la pègre, politiciens, industriels... Tous les "puissants" font appel un jour ou l’autre à ses services.

Héros d’une série fleuve de près de 30 000 planches, la mine patibulaire de Golgo 13 et son regard de lynx sont connus dans tout le Japon et au-delà. L’intrigue se déroulant généralement d’elle-même dans un nombre de pages variable tout en multipliant les procédés narratifs (mise en abyme, flash-back, ellipse, etc), il était donc compliqué d’éditer plus de 170 récits tout en conservant l’aura quasi mystique que cette publication régulière a créée au Japon en plus de 30 ans !

Glénat a donc choisi de donner la parole à l’auteur, et de suivre l’avis des fans de cet anti-héros glacial en réunissant les 13 meilleurs récits selon ses deux sources les plus importantes. En ressorte donc deux épais recueils de 1250 pages en moyenne. Sans que la distinction soit flagrante, on peut remarquer que les histoires choisies par son créateur reflètent plus d’un aspect technique ou dévoilant un pan de sa psychologie, alors que le public électeur s’est concentré sur des moments d’actions ou des adversaires plus particuliers.

Quoiqu’il en soit, on peut, selon Takao Saito, classer les aventures de ce tueur à gages en dix thèmes : poursuite par un rival, recherche d’un trésor, vengeance, sauveur d’un opprimé, origines de Duke Togo, tirs impossibles, femmes, évasion, nature et technologie avancée. Chacun des deux tomes reprend ces diverses possibilités. On notera que même si les histoires ont été publiées entre 1969 et 1996, elles gardent toutes un esprit d’innovation et un réalisme qui fait honneur aux différents scénaristes (parmi lesquels, au début, le célèbre Kazuo Koïke), dont l’auteur lui-même.

Effectivement, chaque nouvelle est à la fois un reportage historique sur une période et un endroit donné du globe, tout en ménageant très habilement suspense haletant et description psychologique des personnages mis en scène, sans uniquement se centrer sur le personnage emblématique du mercenaire. Les récits se suivent donc sans lasser aucunement, chacun apportant d’ailleurs sa pierre à l’édifice mystérieux qu’est ce fameux Golgo 13. De plus, les diverses interviews de lecteurs emblématiques et de l’auteur permettent de mieux comprendre le manga et le phénomène qu’il a provoqué.

Si vous êtes un opposé à la culture du manga, farouche défenseur de la BD européenne (ou américaine), ces deux volumes vous ouvriront une porte que vous n’auriez peut-être jamais cru pousser, tandis que les fans de mangas seront comblés de pouvoir se plonger dans des histoires décrivant tant le milieu asiatique qu’occidental, la technologie que l’histoire, tant le sentiment que la froideur du tueur.

Si vous vous demandiez ce que vous pourriez emporter dans vos valises pour vous détendre pendant ces vacances, ne cherchez plus ! Même si chacun de ces volumes fait presque 2 kg, vous ne regretterez peut-être qu’une chose à cet excédent de bagages : ne pas avoir pris les deux !

D’ailleurs, M Glénat, nous ferez-vous le plaisir d’éditer un troisième tome ?

(par Charles-Louis Detournay)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

- Commander le choix des lecteurs
- Commander le choix de l’auteur sur Internet

Les illustrations sont © Takao Saito - Glénat.

 
Participez à la discussion
2 Messages :
  • La pleine page est elle un exemple de l’intérieur ?
    6 juillet 2008 00:10, par François Pincemi

    Y a t-il vraiment des onomatopées en français (sans doute traduites à partir de la version américaine), et d’autres en japonais ?

    Répondre à ce message

    • Répondu par Charles-Louis Detournay le 6 juillet 2008 à  08:50 :

      Une question bien pertinente ! En parcourant les récits, je n’ai effectivement observé que des onomatopées japonaises traduites en français. La page présentée ne devait être qu’une épreuve de l’éditeur, car elle ne représente la transposition francophone. Je l’ai remplacée par deux nouveaux exemples.
      Merci de votre remarque.

      Répondre à ce message

Newsletter ActuaBD