Birthright T. 1 - Par Joshua Wiliamson, Andreï Bressan et Adriano Lucas - Delcourt.

9 décembre 2015 0
  • Subtil et d'une rare originalité, Birthright trouble par sa mise en scène efficace. Lorsque la Fantasy rencontre le polar, le résultat s'enrichit d'une sacré dose d'adrénaline!

Un père de famille qui joue au ballon avec son fils cadet dans les bois. Sa femme au téléphone qui lui annonce les préparatifs d’anniversaire de leur fils, accompagné de leur fils aîné. Une famille simple, joyeuse, prête à passer un agréable moment. Et puis, subitement, le drame ! Aaron recherche son fils Mickey dans les bois, mais ne retrouve que la balle... toujours au téléphone, son épouse entend les cris stridents de son mari, désemparé. Mickey reste introuvable...

Une année plus tard, les liens si forts sont littéralement brisés. Aaron, méconnaissable, s’adonne à l’alcool, dès le déjeuner. Brennan, pleure son frère disparu, et sa mère refait sa vie, n’adressant qu’à Aaron un formulaire de divorce. Contre toute attente, la police tient une piste, fiable d’après ses dires. Ils ont découvert un homme, à la carrure imposante, traînant dans ces mêmes bois où Mickey a disparu un an plus tôt. L’inconnu délire, il s’apparente au gamin en question, arraché à sa famille, et offert à ses bois regorgeant de mystères. Lui et Mickey possèdent tous deux les mêmes empreintes digitales, et ses proches semblent encore plus désabusés que lorsque leur fils avait disparu... Tous, sauf son père qui le reconnait d’entrée de jeu !

Birthright, c’est en quelque sorte la rencontre entre Hero Quest et le Seigneur des anneaux, deux univers bien similaires. Par contre, là où ce premier tome surprend, c’est dans le parallélisme avec notre monde contemporain.

L’univers de la Fantasy rejoint le polar, une fois n’est pas coutume ! Très vite, le lecteur se sent happé par cette intrigue peu commune et troublante en raison des événements qui s’y déroulent : cette disparition d’enfant, le traumatisme des parents, la séparation de ceux-ci presque téléphonée, puis le retour du soit dit garçon disparu... avec une trentaine d’année de plus, méconnaissable, tout droit sortit d’un monde démoniaque.

Joshua Williamson s’est déjà illustré avec une multitude d’éditeurs (DC Comics, Marvel, Dark Horse...) et a rédigé des scripts pour les plus grands héros : Batman, Superman, Star Wars ou encore les Tortues Ninja. Il est également scénariste de Ghosted et de Captain Midnight.

Les auteurs calibrent efficacement ce qu’il désirent transmettre : une forme d’énergie nouvelle, toute fraîche, pourvue d’une originalité à contre-courant. Lorsqu’on lit Birthright, on progresse en no man’s land, on atterrit sur une zone désaffectée, très loin des sentiers habituels que l’on a tendance à pouvoir lire ou comprendre.

Pour ce premier volume, l’ambiance foudroyante prédomine par rapport à la qualité des protagonistes, un peu faiblarde il faut bien le dire. Ce n’est pas trop grave en soi, la mise en scène suffit à elle seule. On s’interroge, on se questionne sur le déroulement des événements. Trop tôt pour se faire une idée bien ancrée : il faudra patienter et suivre la suite des hostilités afin de savoir si Birthright est un réel coup de poing, s’il frappe à l’estomac ou dans le vide.

Quoi qu’il en soit, ce premier opus séduit, s’adressant aux curieux avides de sensations inédites.

Birthright T. 1 - Par Joshua Wiliamson, Andreï Bressan et Adriano Lucas - Delcourt.
©Andrei Bressan / Delcourt
Dans un premier temps, l’enquête policière ne mène rien et pointe presque du doigt le père comme seul responsable.

(par Marc Vandermeer)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

- Birthright T1. Scénariste : Joshua Williamson. Dessinateur : Andrei Bressan. Éditeur : Delcourt. 144 pages. Sortie le 25 novembre 2015.

- Commander cet ouvrage sur Amazon ou à la FNAC

- Lire la chronique Ghosted T2

  Un commentaire ?