Blogs BD et webcomics francophones au Canada : portrait d’une réalité

6 août 2010 5 commentaires
  • Depuis 2007, les Joe Shuster Awards, seuls prix canadiens récompensant à la fois la BD anglophone et francophone, décernent un prix au créateur du meilleur « webcomic ou bande dessinée web ». Pourtant, en trois ans, la BD francophone n’a remporté qu’une maigre nomination dans cette catégorie (celle de {[Troglodytes->http://troglos.blogspot.com/]} par Paul Bordeleau, en 2007). Du côté des cérémonies québécoises, ni les prix Bédéis Causa, ni les prix Bédélys ne remettent de prix distinguant les créations web. Un tel constat laisse croire – à tort – qu’il n’existe pas de blogs BD ni de webcomics francophones au Canada. Cependant…

L’absence presque totale de sites francophones retenus par les Shuster Awards est un phénomène curieux pour deux raisons : tout d’abord parce que l’organisation à but non-lucratif qui s’occupe des prix, la Canadian Comic Book Creator Awards Association, fait appel à un jury de spécialistes issus des deux communautés linguistiques [1] qui, pour ce qui est des autres catégories, soulignent aussi bien l’excellence de la BD francophone que de la BD anglophone, comme en témoignent les nombreux prix remportés en 2010 par les artistes québécois. Ensuite, parce qu’il existe de très bonnes bandes dessinées web francophones crées au Canada. Ainsi, si nous ne doutons pas de la qualité des webcomics anglophones retenus par les jurés, l’absence presque totale d’œuvres francophones n’en reste pas moins surprenante.

Le Québec, en tant que plus grande communauté francophone du Canada, reste bien sûr la principale pépinière du web. Parmi les blogueurs québécois les plus dynamiques, le nom de Zviane en est un à retenir. En plus de son blog La plus jolie fin du monde, la première partie ayant été publiée chez Mécanique générale en 2007 (La plus jolie fin du monde) et la suite aux éditions Graphigne.com en 2009 (Le quart de millimètre), Zviane dessine une chronique BD pour le site web d’Espace Musique, la chaîne musicale de la radio de Radio-Canada depuis 2008. Enfin, depuis 2009, Zviane et Irisune autre jeune blogueuse québécoise – publient également L’ostie d’chat, un « blog-feuilleton » à quatre mains relatant les mésaventures professionnelles et sentimentales de deux amis dans la vingtaine.

Blogs BD et webcomics francophones au Canada : portrait d'une réalité
Le webcomic d’Espace Musique, dessiné par Zviane
© Radio-Canada, Zviane (illustrations), Marie-Sandrine Auger (texte), Gabrielle Labelle-Robert recherche).

Mon petit nombril, blog où Pascal Colpron détaille avec humour son quotidien de père de famille, n’est pas à négliger non plus. La même chose pourrait être dite de Life in a Panel, blog où Michel Hellman (L’Ours) partage sa passion pour le Nunavik et la culture inuit. Ce blog se démarque également par des expérimentations graphiques (contraintes et collages) dont les résultats s’avèrent surprenants. Enfin, le blog BD reste un endroit clé pour découvrir les artisans de l’underground montréalais et du fanzinat québécois, comme nous le démontrent les sites de Vincent Giard (Aencre) ou de Luc Bossé (BD de cul).

Un extrait du blog Life in a Panel par l’Ours
© Michel Hellman / L’Ours

Du côté de l’Ontario français, Michèle Laframboise, la romancière jeunesse et auteure de BD de Misssauga, qui a déjà publié plusieurs webcomics en anglais (The Japanese Brush, publié en français aux éditions du Vermillon sous le titre de La plume japonaise ; The General’s Garden, publié en français aux éditions Fichtre sous le titre du Potager du général) anime un blog francophone intitulé Savante folle. Ce blog, s’il reste entrecoupé de commentaires ou de billets textes, nous offre tout de même une composante BD digne d’intérêt, en plus de servir de vitrine du web francophone hors-Québec.

Du côté des webcomics, Asymptote, le strip humoristique de Simon Banville, est sans doute l’une des BD web québécoises les mieux connues. Les personnages colorés de l’auteur (une ribambelle d’oiseaux aux caractéristiques anthropomorphiques), ainsi que le ton à la fois mordant et léger de l’œuvre, ont assuré le succès d’Asymptote ; non seulement la série a-t-elle fait l’objet d’un recueil publié aux Éditions du Renouveau Québécois (2006) mais celle-ci est reprise dans nombre de périodiques (Journal de Montréal en 2008-2009, journaux indépendants, journaux étudiants et bulletins professionnels). Dans un tout autre registre, VAAR, le site d’Adeline Lamarre, nous propose une série de récits de SF et de fantasy (Mandragora, Chimeris, Evagruss) dans un style surréel et envoûtant.

Asymptote, le webcomic de Simon Banville
© Simon Banville

Bref, loin de se limiter à l’échantillon retenu dans cet article, la blogosphère québécoise et franco-canadienne mérite d’être découverte. Non seulement celle-ci témoigne-t-elle de la diversité esthétique et thématique de la BD web mais elle permet de découvrir les différentes communautés de lecteurs qui s’y rattachent. Les créations web francophones existent ; il ne leur reste plus qu’à être remarquées.

(par Marianne St-Jacques)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

En médaillon : l’album de la série Faüne (La Pastèque) par Paul Bordeleau, le seul auteur francophone à avoir été nominé dans la catégorie bande dessinée web aux Shuster Awards, en 2007.

Quelques sites à visiter :

Zviane - La plus jolie fin du monde

Zviane - Espace Musique

Iris - Monsieur le blog

Iris et Zviane - L’ostie d’chat

Pascal Colpron - Mon petit nombril

Michel Hellman / l’Ours - Life in a Panel

Vincent Giard - Aencre

Luc Bossé - BD de cul

Michèle Laframboise - Savante folle

Simon Banville - Asymptote

Adeline Lamarre - VAAR

[1À l’exception l’année 2007, où le lauréat avait été décerné par vote populaire.

 
Participez à la discussion
5 Messages :