Bloodborne T1 - Par Ales Kot & Piotr Kowalski - Urban Comics

27 octobre 2018 0 commentaire
  • Offrant une ambiance époustouflante, {Bloodborne} s'inspire de la littérature fantastique du XIXe siècle du décor de l'Angleterre victorienne. Plongez dans les abîmes de cette adaptation BD du jeu vidéo à succès du studio FromSoftware, où désespoir et fantasmes s'entremêlent à l'envi.

Un chasseur anonyme se retrouve à affronter sans relâche des créatures abominables. Mais, contrairement aux apparences, ce sont d’anciens humains et animaux infectés qui l’affrontent. Fous de rage, ils exterminent quiconque sur leur passage.

Dans ce dédale apocalyptique, notre chasseur, dont le sexe demeure lui aussi mystérieux, en raison de son apparence androgyne, ne trouve son apaisement qu’au travers de multiples de victoires. Mouvant tel un ressort désarticulé, chacun des mouvements du personnage fait mouche, trucidant ses ennemis dans une démonstration des plus académiques. Mourir, renaître, combattre... mais pourquoi ?, dans quel but concret au-delà de la victoire ? Assouvir sa propre soif de sang ou mettre un terme définitif au fléau qui ronge une cité menacée ?

Dernière création en date du studio de jeux vidéo FromSoftware, dans la lignée de Dark Souls, Bloodborne, sorti en 2015 sur PS4, voit ici son adaptation sous la forme de comics aux accents gothiques. En effet, la quasi-totalité des planches se déroulent dans la pénombre, ce qui accentue le côté terrifiant de ce titre.

Cette ambiance parachute le lecteur dans un univers où chaque nouvelle planche dévoile son lot d’événements à l’imagination débridée. Une trame de Ales Kot faite sur mesure mais qui ne prétend pas au chef-d’œuvre visuel pour autant : avec son trait bien trop lisse et stéréotypé, ses protagonistes trop figés, les scènes manquent de profondeur. Mais une fois précipité dans ce chaos abyssal, on se laisse entraîner dans ces entrailles putrides sur les pas d’un héros sans état d’âme.

À défaut de dessiner les humains de façon virtuose, les créatures des ténèbres en revanche méritent le détour : chimères atrophiées, méduses à têtes multiples,... chaque bestiole horrifique séduira les inconditionnels du genre. Et que dire de cet arrière-champ à la fois mélancolique et charmant, cette faune desséchée et ces décors pittoresques à la beauté noirâtre. Piotr Kowalski, déjà à l’œuvre sur The Witcher, également issu d’un jeu vidéo et repris chez Urban Comics, force le respect per son évolution vers un trait plus mature, davantage attractif. &Enfin, saluons la magnifique illustration de couverture est réalisée par Jeff Stokely, l’auteur de Six-Gun Gorilla.

Ce premier volume, plus que prometteur, annonce une suite de haut calibre.

Bloodborne T1 - Par Ales Kot & Piotr Kowalski - Urban Comics
©Piotr Kowalski / Urban Comics
Un chasseur sans nom au cœur de l’enfer sur Terre.

(par Marc Vandermeer)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Commander cet album:
BDfugue FNAC Amazon

Bloodborne T1. Scénario : Ales Kot. Dessin : Piotr Kowalski. Éditeur : Urban Comics. Collection Urban Games. 112 pages. Sortie : le 26 octobre 2018. Prix : 14,50 euros.

- Lire la chronique The Witcher : La Malédiction des corbeaux - Par Paul Tobin & Piotr Kowalski - Urban Comics
- Lire la chronique Badlands, T1 : L’Enfant-Hibou - Par Corbeyran, Kowalski & Folny - Soleil
- Lire la chronique Suicide Squad T3 - Par Adam Glass & Ales Kot - Urban Comics

  Un commentaire ?