"Cafard" d’Halfdan Pisket (Presque Lune) : une suite tendue au "Déserteur"

14 février 2018 0 commentaire
  • Presque Lune éditions publie le deuxième tome de la trilogie d'Halfdan Pisket, dessinateur danois qui a entrepris de raconter la vie, plutôt mouvementée, de son père. Celui-ci, venu des confins de la Turquie où il a vu mourir ceux qu'il aimait le plus, se réfugie clandestinement au Danemark, où il trouve aussi bien l'amour que la violence. Un récit en noir et blanc d'une rare intensité.
"Cafard" d'Halfdan Pisket (Presque Lune) : une suite tendue au "Déserteur"
Déserteur © Halfdan Pisket / Presque Lune éditions 2017

Paru il y a un an, Déserteur (Presque Lune éditions, 2017), le premier tome de la trilogie d’Halfdan Pisket, était déjà marquant. Le deuxième volume l’est peut-être plus davantage. La violence y est encore plus prégnante et l’ambiance presque étouffante. S’il reste difficile d’entrer dans un tel récit, qui n’incite pas à l’optimisme, le (petit) effort est très largement récompensé par une lecture prenante et troublante.

Halfdan Pisket poursuit le récit de la vie de son père. Celui-ci, après une jeunesse tragique en Turquie, décide de gagner l’Europe où il espère trouver sa place, avoir un peu plus de liberté et vivre sans craindre de discriminations liées à ses origines en partie arméniennes. S’il quitte assez facilement la Turquie, dans les années 1970, il parvient avec peine à gagner sa vie, trouver une stabilité et éviter les ennuis. Tout semble aller de mal en pis pour lui, dans ce Danemark où l’on ne veut pas vraiment de lui.

Cafard © Halfdan Pisket / Presque Lune éditions 2018

Conséquence de la fatalité, des difficultés politiques et sociales ou d’une somme de mauvais choix ? Il y a probablement un peu de tout cela dans le destin du père d’Halfdan Pisket. Entre la difficulté à survivre dans la clandestinité, les échecs amoureux et un caractère pour le moins tempétueux, il se retrouve entraîné dans une spirale négative qui semble ne jamais vouloir se terminer. L’absence de papiers en règle l’empêche de trouver un emploi stable, le racisme et l’exclusion n’arrangent pas les choses et ses crises d’épilepsie ne sont apaisées que par la marijuana, qu’il ne peut se procurer qu’illégalement.

Malgré tout, il survit, ce qui lui vaut ce surnom de "cafard", attribué par l’un de ses co-détenus lors d’un séjour en prison. Mais cette survie se fait dans la violence, au prix de moult entorses à la légalité et à ce qui est, pour beaucoup, la moralité. Jusqu’où est-il capable d’aller pour obtenir ce qu’il souhaite ? Sait-il d’ailleurs ce qu’il souhaite vraiment ? Cela peut évoluer. Retrouver celle qu’il aime, oublier son passé, soigner son épilepsie, vivre dignement... Les objectifs ne manquent pas mais changent au grès des aléas, des rencontres et de la maturité.

Nous retrouvons dans Cafard toutes les qualités de Déserteur : un récit à la première personne très intense, la diversité des thèmes - personnels et sociaux - abordés, un dessin et une composition renforçant l’aspect sombre, chaotique et parfois oppressant de l’histoire. Mais tout ceci paraît dans ce deuxième volume encore plus effrayant, plus dur. Comme une chute qui s’accélère.

Halfdan Pisket, qui a étudié à l’Académie royale danoise des Beaux-Arts, fait preuve d’une grande maîtrise de la construction narrative. La cohérence de l’ensemble s’oppose au rythme presque saccadé du phrasé ainsi que du découpage. Son noir et blanc très contrasté met en avant son trait fin et mouvant. Il faudra cependant attendre encore un an pour lire la fin de cette trilogie, pour laquelle le dessinateur a été plusieurs fois récompensé au Danemark et où une édition intégrale a été éditée l’an passé.

Cafard © Halfdan Pisket / Presque Lune éditions 2018

Voir en ligne : Le site de l’auteur

(par Frédéric HOJLO)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Commander cet album:
BDfugue FNAC Amazon

Cafard - Par Halfdan Pisket - Presque Lune éditions - titre original : Kakerlak (2015) - traduit du danois par Jean-Baptiste Coursaud - 21 x 29,5 cm - 142 pages en noir & blanc - couverture cartonnée, dos toilé - parution le 8 février 2018 - commander ce livre chez Amazon ou à la FNAC.

Consulter le site de l’auteur et feuilleter quelques pages de son livre.

Lire également sur ActuaBD : "Déserteur", un sombre et oppressant récit d’Halfdan Pisket.

  Un commentaire ?