Charlie Hebdo à la conquête de l’Allemagne

30 novembre 2016 4 commentaires
  • Le 1er décembre prochain, Charlie Hebdo lance une version allemande de son journal à 200.000 exemplaires. C’est la première fois depuis le XIXe siècle qu’un journal de caricature s’exporte hors de France. Conséquence du massacre de la rédaction de Charlie en 2015 , l’humour « bête et méchant » serait-il devenu universel ?

La Une est dessinée par Riss, le nouveau timonier du journal laissé pour mort lors du massacre du 7 janvier 2015. Elle représente Angela Merkel en train de lire l’hebdomadaire du mercredi assise sur des chiottes.

Pourquoi l’Allemagne ? Parce qu’il y a là-bas une vraie curiosité pour Charlie, pour cet humour si « typiquement français » que nos voisins d’outre-Rhin sollicitent déjà avec Astérix. Sans doute l’éditeur avait-il eu un retour plus positif en Allemagne des ventes du « Charlie Hebdo des survivants » publié en 16 langues.

Le sommaire est quasiment le même qu’en France, mais il va se créer des contenus spécifiques et la rédaction espère que des dessinateurs allemands se joindront à l’équipe d’un journal tiré à 200.000 exemplaires.

Charlie Hebdo à la conquête de l'Allemagne

Est-ce là une incongruité ? Pas vraiment. L’Allemagne a été longtemps une terre fertile pour les journaux satiriques. On se souvient des sublimes Kladderadatsch, Simplicissimus, Der Whare Jacob, Die Pleite, creusets des avant-gardes graphiques, mais aussi de Der Stürmer, l’organe satirique des nazis de triste mémoire. C’est précisément en raison de cette dernière publication que l’outrance parut longtemps suspecte aux Allemands dans l’après-guerre. Cependant, dans une période récente, des publications comme Pardon ou Titanic entretinrent la veine satirique.

Cela faisait longtemps aussi que le dessin satirique n’avait pas autant traversé les frontières. Jadis, les dessins du Whare Jacob étaient publiés en France, en République tchèque, en Espagne ou en Italie. L’Assiette au beurre a vu ses dessins publiés dans toute l’Europe, sans doute parce que son propriétaire Samuel-Sigismond Schwarz était un Autrichien-Hongrois immigré en France, comme son brillant successeur Paul Winkler, créateur d’Opera Mundi.

Les malheurs de Charlie Hebdo, avait-on pu lire, étaient dûs à la mondialisation et aux réseaux sociaux qui mettaient leurs caricatures à la disposition d’un public non averti et sorties de leur contexte.

Cette nouvelle donne positive ce reproche : Charlie Hebdo est plus que jamais l’avant-garde de la défense d’un humour corrosif, transgressif et politique dans le sens qu’il s’attaque aux puissants, aux religions notamment.

Saluons en tout cas cette initiative révolutionnaire. Espérons que quelques exemplaires soient diffusés en France car ce numéro est historique.

(par Didier Pasamonik (L’Agence BD))

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

 
Participez à la discussion
4 Messages :
  • Et un personnage politique qui lit le journal sur le pot. C’est tellement révolutionnaire, original et désopilant que les allemands vont tous pisser de rire ! C’est ni méchant, ni bête, juste convenu.
    Il y a quelque chose de naïvement chrétien à vouloir ressuscité les morts.

    Répondre à ce message

    • Répondu par JP le 1er décembre 2016 à  21:03 :

      ..c’est du lourd et c’est lourd..!!! .pas un trés bon début à mon avis..!

      Répondre à ce message

    • Répondu le 1er décembre 2016 à  21:25 :

      Justement, l’humour pipi-caca marche très fort en Allemagne, chacun ses spécificités.

      Répondre à ce message

      • Répondu le 2 décembre 2016 à  12:50 :

        Les Allemands sont totalement décomplexés vis à vis de la nudité, mais aussi de la scatologie, plus que fréquente dans leurs publications et DVD pornos.

        Répondre à ce message