Corto Maltese à Cherbourg

  • Le célèbre marin d’Hugo Pratt fait escale à Cherbourg le temps d’une exposition « Périples secrets », qui comprendra un grand nombre d’originaux du dessinateur vénitien. Après Bilal, Schuiten, Juillard et Loustal, Cherbourg-Octeville continue à célébrer les grands noms du 9ème art, cette fois, c’est l’immense Hugo Pratt qui est l’invité de la biennale.

On se souvient de la magnifique rétrospective Loustal l’année dernière.
Cette fois, c’est l’auteur de Corto Maltese qui est l’invité du musée de Cherbourg-Octeville.

Corto Maltese à Cherbourg
L’affiche de l’exposition de Cherbourg
DR.

Pratt est un auteur capital de la bande dessinée contemporaine. Ce bourlingueur avait notamment vécu en Argentine. Il y avait rencontré Alberto Breccia à l’école panaméricaine de bande dessinée de Buenos Aires. L’Argentin avait comme lui bien regardé les maîtres américains du noir et du blanc : Milton Caniff, Noel Sickles, Alex Toth… Mais il dessinait con fuoco (avec feu). Pratt ne l’a jamais oublié qui laissait son trait se déployer dans la contemplation sans jamais s’y perdre, même quand il se confinait à l’abstraction. C’était un art parfaitement maîtrisé. Lorsque j’avais été le voir au milieu des années soixante-dix dans son petit appartement de l’Ile Saint-Louis à Paris, il m’avait montré des originaux. C’étaient les bandes d’un nouveau Corto. Je regardais cette ligne précise, ample et apaisée, pensant que c’était là les dessins définitifs. Pratt me détrompa : ce n’étaient que des brouillons. Ils étaient pourtant déjà parfaits.

La force des aquarelles de Pratt
(c) Casterman / Cong SA

Lors de l’exposition De Superman au Chat du rabbin, on avait mis des aquarelles de Joann Sfar à quelques mètres d’originaux que Pratt avait exécutés pour Corto Maltese à Venise dans une technique semblable. Le chatoiement des couleurs et la liberté du geste, l’audace et le contrôle… La filiation était évidente, on voyait qui avait bien regardé l’autre.

Ceci pour dire que si l’on est amoureux du graphisme, on a tout à apprendre d’une exposition telle que « Périples secrets » qui réunit sur 400 m² une centaine d’esquisses, de recherches graphiques, d’impressions, ou de sérigraphies sur métal et des tirages numériques. La grise Mer du Nord aura, pour un temps, la grâce de Venise par la simple présence d’un fabuleux conteur.

(par Didier Pasamonik (L’Agence BD))

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Du 4/4/2009 au 19/9/2009

MUSÉE THOMAS-HENRY
Centre Culturel
rue Vastel
50100 Cherbourg
Téléphone : 02 33 23 39 30

Le site du musée

 
Participez à la discussion
3 Messages :
  • Respect pour Hugo Pratt, SVP !
    16 février 2009 22:49, par François Pincemi

    Merci pour cet excellent article qui permet de rendre hommage au formidable Hugo Pratt. Je dois reconnaitre qu’il m’ est arrivé d’arpenter les travées des festivals, conventions, marchés de la BD, vétu comme son personnage fétiche : casquette style Eddy Barclay, manteau de marin bleu à boutons dorés, pantalon bien moulant (la classe pour ces dames !!°). Je ne vais pas jusqu’à me mettre une boucle d’or dans l’oreille, mais mon regard velouté en biais (assorti d’une exhalaison de volutes argentées, du temps où c’était politiquement toléré de fumer) m’a permis de faire des ravages en ces temps passés.
    Ahh, nostalgie....

    Répondre à ce message

    • Répondu le 17 février 2009 à  11:19 :

      Pincemi pourrait il arrêter de parler de ses femmes pendant une semaine ?? possible ou pas ? car, c’est actuBD et non pas actua-la vie sequesuelle de Pincemi !!!!!!!!!!!!!!!!

      Répondre à ce message

  • Corto Maltese à Cherbourg
    24 mars 2009 14:51, par François

    Pour information, le site officiel d’Hugo Pratt a mis en ligne un site internet dédié à l’expo :
    http://www.periplessecrets.fr

    Voir en ligne : Site officiel Expo Hugo Pratt Périples Secrets à Cherbourg

    Répondre à ce message