"Couleurs de l’incendie" : le petit bijou de Pierre Lemaître et Christian de Metter

18 janvier 2020 0 commentaire
  • Alors que paraît en librairie le troisième et ultime tome des "Enfants du désastre" (Albin Michel), les éditions Rue de Sèvres ont choisi de publier la seconde partie de la saga imaginée par Pierre Lemaître.

On se souvient du formidable succès du Prix Goncourt 2013, Au revoir là-haut, déjà mis en images par Christian de Metter, succès en librairie mais aussi au cinéma et en bande dessinée !

Dans ce nouvel album, le duo poursuit l’adaptation de cette trilogie ayant pour cadre la première moitié du vingtième siècle à travers l’itinéraire des membres de la famille Péricourt. L’action du premier volume avait pour toile de fond la guerre des tranchées et notamment les trafics autour des sépultures et des monuments aux morts. Après le fils Edouard, "gueule cassée" de 1914-18, c’est désormais Madeleine, sa sœur, qui est au cœur de ce second récit.

"Couleurs de l'incendie" : le petit bijou de Pierre Lemaître et Christian de Metter
Les relations troubles entre Gustave, le fondé de pouvoir, et Madeleine précipiteront le déclin de l’héritière.

Ce nouveau chapitre s’ouvre sur les obsèques de Marcel Péricourt, le père, banquier très influent dont Madeleine se retrouve l’unique l’héritière de l’empire financier. Lorsque son fils Paul fait une tentative de suicide en se jetant par la fenêtre au cours de la cérémonie, le destin de la jeune femme bascule. Si le jeune garçon survit à sa chute, il en conserve de graves séquelles.

Cet incident va servir de point de départ au terrible engrenage dont Madeleine sera le jouet : une entreprise marquée par les manipulations de son entourage qui intrigue pour la dépouiller de sa fortune. Après cette descente aux enfers, elle trouve néanmoins les ressources pour prendre sa revanche sur ceux qui l’ont spoliée et découvre les véritables raisons du geste de son fils.

Toute l’histoire a pour toile de fond une France qui voit monter les premières flammes de l’incendie qui ravagera l’Europe : nous ne sommes qu’en 1927 mais la crise financière, la corruption des élites et la montée du fascisme préparent le terrain pour des événements encore plus tragiques.

La défenestration de Paul, première séquence de l’histoire établit un lien dramatique et graphique avec la fin du premier tome.

Avec ce nouvel album de 170 pages, Christian de Metter poursuit fidèlement l’adaptation du roman, sans rien céder de son style graphique et narratif toujours aussi personnel qu’expressif.

Dans un registre sombre et pesant, le dessinateur parvient à restituer de manière crédible et puissante le climat de l’époque. La tragédie qui vient se perçoit autant dans le portrait des personnages que dans l’ambiance générale, manifestée notamment par le choix des teintes.

La tonalité et les nuances adoptées renvoient avec justesse à l’ambiance générale du roman.

Par son recours très maîtrisé aux tons sépias, il donne aux différents protagonistes une expressivité exceptionnelle. Un travail d’une grande qualité qui, sans trahir le propos du roman, fournit une lecture singulière et prémonitoire de l’époque.

Alors que sort en librairie le troisième tome : Miroir de nos peines, on attend désormais avec impatience la conclusion de cette brillante fresque sociale et historique.

(par Patrice Gentilhomme)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Commander cet album:
BDfugue FNAC Amazon

Couleurs de l’incendie, d’après le roman de Pierre Lemaître - Par Christian de Metter – Éditions Rue de Sèvres

  Un commentaire ?