"Acte de Dieu" de Giacomo Nanni (Ici Même) : l’homme n’est pas la mesure de toute chose

20 janvier 2020 0 commentaire
  • Une bande dessinée sans héros ni intrigue mais à plusieurs voix et plusieurs récits : voilà ce que propose Giacomo Nanni dans "Acte de Dieu". Qu'il s'agisse de son dessin pointilliste ou de son écriture précise, il se démarque par des choix radicaux au service d'une idée : prendre de la hauteur.

En août 2016, le cœur de l’Italie est secoué par un puissant séisme. Comme souvent, son épicentre est localisé dans la chaîne des Apennins. Plusieurs villages sont violemment touchés et presque trois cents personnes trouvent la mort. Le phénomène n’est évidemment pas nouveau, mais impossible pourtant de s’y habituer. Car il renvoie, à chaque fois, l’homme à sa mesure : élément négligeable face aux forces telluriques, qui agissaient avant son apparition et continueront après sa disparition.

C’est d’une certaine manière le sujet de l’étonnante bande dessinée de Giacomo Nanni Acte de Dieu, parue chez Ici Même, bien qu’elle ne s’y limite pas. Le tremblement de terre et ses dégâts sont directement présentés, même s’ils n’ouvrent pas le livre, et constituent l’un des points d’orgue de la structure narrative chorale choisie par le dessinateur italien.

La première voie, qui en réalité et par définition dans une bande dessinée est lue, est celle d’un chevreuil. Égaré ou intrépide, difficile à dire. Toujours est-il qu’il erre entre une zone commerciale et une banlieue résidentielle, s’abritant dans un petit bois à deux pas de tartines de bitume. Il devient malgré lui l’attraction des environs, cible des photographes amateurs, but des familles en vadrouille, sujet de débats.

Plus loin, c’est une carabine qui prend la parole. Elle témoigne de sa vie aux mains d’un chasseur. Détails techniques et anecdotes de chasse font son miel. D’autres narrateurs, pour le moins inhabituels, apportent leur point de vue sur ces quelques jours entourant le séisme. Ainsi se compose un tableau étrange, à la fois kaléidoscope difficile à saisir dans sa globalité et description clinique d’un environnement, de ses acteurs et de ses mouvements.

"Acte de Dieu" de Giacomo Nanni (Ici Même) : l'homme n'est pas la mesure de toute chose
Acte de Dieu © Giacomo Nanni / Ici Même 2019
Acte de Dieu © Giacomo Nanni / Ici Même 2019
Acte de Dieu © Giacomo Nanni / Ici Même 2019

Pluralité des points de vue, narrateurs non humains, absence d’enjeu clairement défini : les choix narratifs de Giacomo Nanni sont à la fois rares et osés. Ils entretiennent le mystère - où veut-on donc nous emmener ? - et poussent à la lecture, voire à la relecture. Car des éléments se croisent quelques fois ou, plus fréquemment, s’étayent. Surtout, ils forment un ensemble dont la cohésion n’apparaît que peu à peu et ne se révèle totalement, de façon d’ailleurs inattendue, qu’en fin d’ouvrage.

L’étrangeté de ce tableau est en outre renforcée par le dessin de Giacomo Nanni. Composé d’une multitude de points colorés, il peut certes être qualifié de pointilliste, sans pour autant être réduit à cette désignation. Évoquant parfois les trames des vieilles bandes dessinées, ses grandes cases détourées peuvent être brisées par des lignes ou des aplats de noir, en général réservés aux êtres humains ou à leurs créations mécaniques, comme s’ils n’étaient pas plus que des ombres qu’un simple souffle ou une infime variation peuvent faire disparaître.

Les couleurs elles-mêmes déstabilisent. Franches voire saturées, souvent très contrastées, de temps à autre utilisées à contre-emploi, elles participent de la description distanciée du monde adoptée par l’auteur. L’ensemble - narrateurs, dessin, rythme, etc. - crée une impression d’objectivité. Comme si de l’alliance de la précision et de la diversité naissait un regard supérieur, globalisant, comme enveloppant le monde et les êtres qui le peuplent. Tout comme les forces - divines diront certains, naturelles affirmerons quant à nous - à l’origine du séisme qui vient détruire, au moins pour un moment, l’ordonnancement apparemment immuable de ce même monde.

Acte de Dieu ne manque donc ni de qualité, ni d’originalité, ce qui explique sa présence dans la sélection officielle du prochain Festival d’Angoulême. Et Giacomo Nanni, déjà plusieurs fois distingué en Italie mais aussi lauréat du Prix de la bande dessinée alternative à Angoulême en 2007 pour Canicola, dont il est l’un des co-fondateurs, confirme son audace, assumant des choix artistiques peu habituels.

Acte de Dieu © Giacomo Nanni / Ici Même 2019
Acte de Dieu © Giacomo Nanni / Ici Même 2019
Acte de Dieu © Giacomo Nanni / Ici Même 2019

(par Frédéric HOJLO)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Commander cet album:
BDfugue FNAC Amazon

Acte de Dieu - Par Giacomo Nanni - Ici Même éditions - postface de Gipi - édition originale : Atto di Dio, Rizzoli Lizard, 2018 - traduit de l’italien par Laurent Lombard - adaptation graphique par Filo Loco - maquette par Roberto La Forgia - 13 x 19,4 cm - 192 pages couleurs - couverture cartonnée - parution le 11 avril 2019.

Consulter le site de l’auteur.

Lire également sur ActuaBD :
- Chroniquettes - Par Giacomo Nanni - Editions Cornélius
- Quinze Italiens investissent Paris
- Les Visés – Par Thomas Gosselin et Giacomo Nanni – Cambourakis

  Un commentaire ?