« Derfal le magnifique » de Roosevelt - Editions La Boîte à Bulles.

23 octobre 2003 1 commentaire
  • Un auteur brésilien habitant la Suisse publiant un nouvel album chez un nouvel éditeur parisien, est-ce bien raisonnable ? Eh, bien oui. Car le jeune Roosevelt a du talent à revendre. Son album, frais et enjoué, est une des bonnes surprises de la rentrée BD. Une petite friandise à consommer avant les grosses machines de la fin de l'année dont certaines s'annoncent indigestes.

Je ne connaissais pas ce Roosevelt, auteur pourtant de plusieurs ouvrages chez Paquet. Son éditeur le décrit comme un « artiste tombé sous le charme de la BD franco-belge… sans pouvoir la lire !  ». Et, de fait, le dessin de cet album vous a un petit air de Moebius période Major Fatal. Il a cependant dépassé cette influence pour livrer un ouvrage personnel qui raconte en filigrane sa propre expérience de l’approche d’une culture qui n’est pas la sienne. Une fois immergé dans les secrets de ses méandres, il réalise que celle-ci est très différente de celle qu’il avait imaginée. C’est ce qu’on appelle, au sens littéral du mot, un malentendu. Si le dessin est moebiusien, le thème quant à lui, fait penser à l’auteur de Fictions, Jose Luis Borgès. On a vu pire comme références.

(par Didier Pasamonik (L’Agence BD))

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

 
Participez à la discussion
1 Message :