Disparition de Gérard Lauzier

7 décembre 2008 14 commentaires
  • Nous apprenons avec tristesse la disparition, ce samedi 6 décembre, de Gérard Lauzier à l’âge de 76 ans. Auteur de BD, cinéaste et dramaturge, il se caractérisait par un sens aigu de la comédie et du dialogue ravageur.
Disparition de Gérard Lauzier
La course du rat (1978). Trente ans avant Beigbeder, il tournait en dérision une certaine catégorie de cadres ambitieux et sans scrupules
Ed. Dargaud

C’était un homme discret et aimable qui avait quitté le monde de la BD sur la pointe des pieds pour réussir une jolie carrière de cinéaste et d’homme de théâtre.

Né le 30 novembre 1932, il avait fait, comme Sfar, une licence de Philo, puis il avait bifurqué vers des études d’architecture, comme Loustal ou Daniel Torrès, obtenant le diplôme de l’École des Beaux-Arts de Paris. Comme Binet, il commença dans le dessin de presse. Il partit au Brésil pour trois mois et y resta six ans, de 1956 à 1964, y faisant de la publicité comme Tito Topin qu’il croisa là-bas dans la même agence.

De retour à Paris en 1965, il produit du dessin d’humour essentiellement pour des publications satiriques pour adultes. Son arrivée dans Pilote avec Lili Fatale en 1974 consacre son entrée dans la bande dessinée. Ses Tranches de vie sont une chronique acerbe –trente ans avant Beigbeder- de cette génération de cadres crétins qui compensent le stress par une drague intensive, des tamponnes mémorables et des parties fines débridées. C’est une peinture narquoise de la France du giscardisme. On lui doit une suite d’albums hilarants : La course du rat, La tête dans le sac, Souvenirs d’un jeune homme chez Dargaud ou encore Les sextraordinaires aventures de Zizi et Peter Panpan parues dans Lui, puis en album chez Glénat.

"J’ai 18 ans, et qu’ai-je fait de ma vie ? Rien !" Souvenirs d’un jeune homme (1982)
Ed. Dargaud

Le Journal de Pilote rendant l’âme et son genre d’humour devenu persona non grata chez son éditeur (il faut dire que depuis l’acquisition en 1988 de Dargaud par le groupe Ampère, futur Média-Participations, les comédies partouzeuses peuplées de créatures pulpeuses n’étaient plus trop de mise), il s’oriente vers le théâtre et adapte notamment ses BD pour les planches. Cela donne notamment Je vais craquer ou Psy.

Mais très vite, c’est le cinéma qui lui offre la notoriété avec T’empêches tout le monde de dormir, P’tit con, Mon père ce héros (ce dernier avec Gérard Depardieu) ou Le Fils du Français

Il était revenu contre toute attente à la BD en 1992, avec Portrait de l’artiste et avait reçu l’année suivante le Grand Prix du Festival d’Angoulême. En 1999, il contribua aux dialogues du film de Zidi : Astérix et Obélix contre César.

On le revoyait régulièrement à Angoulême, lors de l’inauguration de l’exposition Franquin ou encore en 1995 comme membre du jury du Prix de la meilleur BD adaptable au cinéma au Forum Cinéma et Littérature de Monaco, l’une de ses dernières tranches de vie...

Gérard Lauzier et Véronique Genest. A un moment de sa carrière, le dessinateur avait bifurqué vers le cinéma.
Photo : D. Pasamonik (L’Agence BD)

(par Didier Pasamonik (L’Agence BD))

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

 
Participez à la discussion
14 Messages :
  • Disparition de Gérard Lauzier : une bien triste nouvelle
    7 décembre 2008 19:05, par François Pincemi

    car Monsieur Lauzier fut l’un des auteurs-phares de Pilote-Mensuel. Dans des BD que les bien-pensant trouveraient aujourd’hui politiquement incorrectes, il fit un portrait au vitriol (mais oh combien hilarant) de la société d’alors. J’appréciais particulièrement sa peinture décapante des hommes situés à gauche, contre le système, mais condamnés à y rester, dans leur médiocrité. On a souvent traité (stupidement) Lauzier de machiste, alors qu’il est clair que ses jolies femmes menaient souvent les hommes à la baguette, par la braguette pourrait on même presque dire. On l’a souvent traité de réactionnaire alors qu’il attaquait toute forme de dictature.

    Je signale une petite erreur : il me semble que "T’empêches tout le monde de dormir" fut d’abord une pièce de theatre (avec Daniel Auteuil) avant d’etre un film.

    Répondre à ce message

    • Répondu par Jean-Paul Jennequin le 8 décembre 2008 à  13:35 :

      Une petite erreur dans l’un des titres. C’est Les sexplosives aventures de Zizi et Peter Panpan.

      Répondre à ce message

      • Répondu par Didier Pasamonik (L’Agence BD) le 8 décembre 2008 à  14:53 :

        Effectivement, Jean-Paul, merci de nous l’avoir signalée. C’est corrigé.

        Répondre à ce message

        • Répondu par froggy le 9 décembre 2008 à  00:26 :

          Je suis desole de vous contredire mais le titre de l’album est " Les Sextraordinaires Aventures de Zizi et Peter Panpan".

          Répondre à ce message

          • Répondu par Didier Pasamonik (L’Agence BD) le 9 décembre 2008 à  08:48 :

            Vous n’avez pas à être désolé : une erreur, ça se corrige. Merci pour votre perspicacité.

            Répondre à ce message

  • Disparition de Gérard Lauzier
    7 décembre 2008 20:04

    La bd perd un de ses auteurs de droite, mais qui savait être drôle (ça va rarement de paire).
    Chapeau l’artiste,et merci.

    Répondre à ce message

    • Répondu par jpM le 7 décembre 2008 à  22:15 :

      Davantage qu’une critique du giscardisme ses
      "Tranches de vie" ont surtout été une cinglante
      critique de la gauche caviar...Elles m’ont
      ouvert les yeux et je ne dois pas être le seul..c’est pour cela qu’elles semblaient de droite pour certains...En tous les cas un trés
      grand de l’humour en BD....

      Répondre à ce message

  • Disparition de Gérard Lauzier
    8 décembre 2008 13:52, par Jean-Paul Jennequin

    Les Tranches de vie, La Course du rat, les Chroniques de l’île grande restent de très grands bouquins, impossibles à reposer une fois qu’on les a commencés. Lauzier parlait du quotidien, des rapports entre les êtres humains, et c’était passionnant.

    Répondre à ce message

  • Disparition de Gérard Lauzier
    8 décembre 2008 19:53, par David

    Monsieur Lauzier est,à mon humble avis, l’un des plus grands humoristes... Vous me direz je ne prends pas beaucoup de risques en affirmant cela ! En plus il avait un regard... sociologique ! Il arrivait à dépeindre les rapports de force entre les hommes et les femmes, le sexe et le pouvoir, l’hypocrisie, la vanité... Certains l’ont traité de réac. Je pense qu’il était, hélas, réaliste... Je le relis avec bonheur régulièrement et je vous invite à en faire de même ; "la course du rat" et "portrait de l’artiste" sont
    des chefs d’œuvre !
    UN observateur impitoyable de nos médiocrités.
    Paix à son âme.

    Répondre à ce message

  • Disparition de Gérard Lauzier
    8 décembre 2008 22:54, par Michel Lebailly

    Un auteur très important. René Goscinny avait préfacé "ses Tranches de vie" tome 2. Sans doute n’était-il pas mécontent de saluer ainsi un auteur avec lequel il avait des adversaires communs et qui secouait avec bonheur tous les conformismes de l’époque.

    A signaler sa brillantissime collaboration avec Alexis (au dessin) autour du cow-boy "Al Crane". Publié dans le Pilote de Guy Vidal qui, si mes souvenirs sont bons, était ravi de signaler que : "même Frémion trouve ça bien !"

    Voir en ligne : http://www.librairiegoscinny.com

    Répondre à ce message

    • Répondu par François Pincemi le 10 décembre 2008 à  14:02 :

      On a souvent opposé Gérard Lauzier (plutôt de droite) à Claire Brétecher (plutôt de gauche). Cette opposition est ridicule, puisque leurs BD témoignaient de leur sens de l’observation et de leur humour, ne prétendant nullement transmettre de message politique. Cela permettait à ces auteurs de porter un regard critique sur la société.
      J’ai souvent vu Lauzier à coté de Bretecher, notamment au stand Dargaud entre 1978 et 1983. Je peux juste dire qu’une belle amitié semblait régner entre ces deux auteurs-majeurs.

      Répondre à ce message

      • Répondu par claude Leedeanton le 10 décembre 2008 à  18:05 :

        Gérard Lauzier était un ami, j’ai passé 1 semaine avec lui fin mars 2008 et nous avions émis l’éventualité de travailler ensemble sur un long métrage sur lequel je travaille, et j’avais besoin de dialoguistes, nous devions nous revoir... voici un lien ou vous pourrez nous voir ensemble ( aller dans mes photos )http://profile.myspace.com/index.cfm?fuseaction=user.viewprofile&friendID=354283417
        Je suis très affecté par cette triste nouvelle, c’était un monsieur exceptionnel !
        Claude Leedeanton ( Créneau Films Production )

        Voir en ligne : Mon ami Gérard Lauzier

        Répondre à ce message

        • Répondu le 14 décembre 2008 à  23:17 :

          Al Crane.....une Bd unique et geniale....

          Répondre à ce message

          • Répondu par ORJ le 19 décembre 2008 à  14:23 :

            Tout à fait d’accord ! La BD a perdu un des derniers grands.

            Répondre à ce message