Édimbourg, les Lothians et le Fife - Par Floc’h - Louis Vuitton Travel Books

20 avril 2015 9 commentaires
  • Pour découvrir l'Écosse, ses traditions, ses paysages et son histoire, qui mieux que le -trop rare- Floc'h pouvait assurer à Louis Vuitton Travel Books un tel niveau d'excellence?

C’est la plus au nord des trois nations qui constituent la Grande-Bretagne. Elle a toujours été distincte des autres et, aujourd’hui encore, une grande partie de ses citoyens aspirent à l’indépendance. C’est la terre d’origine du professeur Mortimer. Avec ses légendes : son Monstre du Loch Ness qui enchanta aussi bien Astérix en voyage chez les Pictes que Chick Bill, ses châteaux mystérieux qui ont séduit Tintin lui-même, ses écrivains (Walter Scott, Conan Doyle, Robert-Louis Stevenson, excusez du peu !), son élégance vestimentaire faite de tartans colorés, de kilts frondeurs et de ces très smart vestes en tweed dont raffolait Ric Hochet, l’Écosse a produit une imagerie à nulle autre pareille.

Floc’h s’en saisit avec l’élégance qui lui est coutumière. Ce dessinateur qui est un des fondateurs -et même en quelque sorte un théoricien- du mouvement de la Ligne claire est sans doute celui qui, avec des gens comme Yves Chaland, ont porté son esthétique à son plus haut raffinement.

Édimbourg, les Lothians et le Fife - Par Floc'h - Louis Vuitton Travel Books

Il est saisissant de voir avec quelle aisance il passe du réel à sa synthèse, de l’anecdote à l’icône, avec un sens de la composition, une volupté du trait, une intelligence spatiale et une pureté de la couleur qui servent la lisibilité avec une simplicité géniale. Une maîtrise qui aurait sans aucun doute épaté Hergé et Jacobs eux-mêmes et qui laisse à penser que la Ligne claire, un temps décriée, a encore de beaux jours devant elle.

On saluera au passage la qualité inouïe de ces publications de Louis Vuitton Travel Books qui, toujours sur le thème du voyage, offrent aux meilleurs illustrateurs de notre époque (parmi lesquels Jirô Taniguchi, Lorenzo Mattotti, Jean-Philippe Delhomme...) ces moments d’évasion qui sont autant de bijoux graphiques réalisés avec passion. Une réussite qui justifie son prix élevé de 45€.



(par Didier Pasamonik (L’Agence BD))

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Commander cet album chez Amazon ou à la FNAC

Floc’h expose (et vend) les dessins de son carnet de voyage “Édimbourg” dans la collection Louis Vuitton Travel Book.à la Galerie Barbier et Mathon à Paris, du 6 au 20 mai 2015. Le vernissage en présence de l’artiste aura lieu le mercredi 13 mai 2015 à partir de 19h.

Galerie Barbier et Mathon
10 rue Choron
75009 Paris

Le site de la galerie

 
Participez à la discussion
9 Messages :
  • En tant que libraire spécialisé, je fréquente régulièrement votre site d’information et je dois avouer que je suis toujours irrité par ces liens commerciaux qui permettent de commander les albums chroniqués sur Amazon ou fnac.com... Franchement, vous n’avez rien trouvé de mieux que ces deux enseignes pour promouvoir les livres de qualité ? Contentez vous donc d’un : "vous trouverez ce livre dans toutes les bonnes librairies".

    Répondre à ce message

    • Répondu par Didier Pasamonik (L’Agence BD) le 20 avril 2015 à  23:19 :

      Vous avez le droit d’être irrité mais rappelez-vous que vous venez sur ce site sans payer le moindre écot. Un peu comme le client qui viendrait dans votre boutique et qui lirait vos BD en s’assoyant tranquillement et qui repartirait sans rien avoir acheté. Ce serait un peu irritant aussi, je suppose.

      Alors oui, nous disposons de la possibilité de vendre un peu d’espace publicitaire et, par ailleurs, de faire des accords d’affiliation avec deux enseignes de librairie qui nous reversent un (vraiment petit) pourcentage sur les ventes qu’ils obtiennent par notre truchement. C’est aussi un service que nous offrons au lecteur éloigné, qu’il habite la Lozère ou une capitale étrangère.

      Pourquoi ces libraires et pas d’autres ? Parce qu’ils sont puissants, pérennes et fiables, tant pour l’étendue de leur offre, que pour la qualité de leurs livraisons ou pour la remise des comptes. Beaucoup de sites y ont recours, et même certains éditeurs de BD...

      Il vous est loisible d’annoncer sur notre site à un prix très modique (on fait des prix pour les libraires) et d’y mettre un lien directement sur votre propre e-boutique. Si vous avez d’autres idées, n’hésitez pas à nous le faire savoir.

      Répondre à ce message

  • Ce dessinateur qui est un des fondateurs -et même en quelque sorte un théoricien- du mouvement de la Ligne claire

    Si Floc’h est un fondateur de la ligne claire, que dire de Hergé, Jacobs, Martin, Franquin, Tillieux ?

    Répondre à ce message

    • Répondu par Didier Pasamonik (L’Agence BD) le 21 avril 2015 à  08:04 :

      Parce que vous mélangez tout (Franquin, sérieusement...) et que votre définition de la Ligne claire est floue sinon bancale. Nous nous sommes longuement expliqués sur ce sujet dans l’article "Flous et nettetés de la Ligne claire" paru sur ActuaBD.com.

      Répondre à ce message

      • Répondu le 21 avril 2015 à  18:58 :

        Franquin époque Mauvaise tête c’est de la ligne claire.

        Répondre à ce message

        • Répondu le 22 avril 2015 à  22:02 :

          Vous confondez ligne claire et style Atomium (bien que ces deux concepts n’aient été nommés et théorisés que dans les années 80- avant on parlait d’école de Bruxelles et d’école de Charleroi- et que donc Hergé ignorait qu’il faisait de la ligne claire et Franquin qu’il pratiquait le style Atomium).

          Répondre à ce message

          • Répondu le 23 avril 2015 à  00:55 :

            La mauvaise tête date de 1954 alors que l’Atomium date de l’exposition universelle de 1958. Comment Franquin pouvait-il faire référence à quelque chose qui n’existait pas encore ?

            Répondre à ce message

            • Répondu le 23 avril 2015 à  17:09 :

              Vous lisez trop rapidement : j’ai bien précisé que les concepts ligne claire et atomium datent du début des années 80. Donc, en 54, Franquin ne faisait ni de la ligne claire, ni de l’atomium. Il faisait du Franquin et je crois, ayant eu la chance fêlé rencontrer, qu’il se foutait des étiquettes !

              Répondre à ce message

              • Répondu le 26 avril 2015 à  02:20 :

                "La chance de le rencontrer". Foutu #@# !!! Correcteur automatique !

                Répondre à ce message