Front Mission Dog Style & Dog Life, T2 – Par Yasuo Otagaki et C. H. Line – Éditions Ki-Oon

2 avril 2012 0 commentaire
  • Après le départ de ses confrères de l'île d'Huffman, Kenichi, resté sur place, continu de couvrir un conflit d'une violence extrême. Entre cruauté et beauté, une immersion en profondeur dans les horreurs de la guerre.

À nouveau découpé en deux temps, ce deuxième opus de l’adaptation du célèbre jeu vidéo éponyme continue à tenir ses promesses.

De nouveaux personnages sont mis en avant avec, pour chacun des deux principaux, une mentalité différente et un changement de point de vue sur ce déchainement de violence sophistiquée. Durant la première partie, un sergent doit couvrir le repli des troupes de l’OCU avec sa section d’infanterie, ces hommes vont servir de boucliers humains pour l’armée. Cette mission patriotique dans laquelle ils vont perdre la vie sera néanmoins couronnée de succès. Sauf pour Ren Akagi, pilote vétéran de l’armée qui, pris sous le feu ennemi, se retrouve seul en territoire hostile. En fuyant les terres contrôlées par l’USN, il sauvera au passage une jeune fille victime d’un viol collectif commis par des soldats ennemis.

Le scénario, peu bavard, est néanmoins prenant notamment dans les ambivalences attachées à tous les personnages. L’impact visuel puissant et la densité presque palpable des dessins nous plonge en immersion totale au cœur de cette boucherie digne de temps archaïques. On se demande bien où la civilisation est passée hormis dans la sophistication des armes de guerre. Les technologies de pointe sont en effet bien présentes mais ne débordent pas l’histoire, elles restent utilisées à bon escient.

En choisissant la voie d’une illustration de la guerre par un chœur et en n’attachant pas cette description à un personnage principal qui aurait du faire figure de héros contraint, Yasuo Otagaki fait avancer son manga avec retenue, en développant une vision périphérique dont le reporter aux apparitions inquiétantes, Kenichi Inuzuka, serait le fil rouge. Il arrive à faire progresser son histoire le long des pages-choc, entre vue d’apocalypse urbaine d’une grande précision et mort violente d’innocents ou de soldats. La guerre est, plus que jamais belle et bien sale malgré des armes pouvant frapper au millimètre près. Ici, sang et larmes ne nous sont pas épargnés et c’est presque un soulagement.

Un manga rondement mené, difficile aux âmes sensibles dans sa vérité et sa crudité, qui va tout de même nécessiter une accélération sensible au niveau du développement de l’intrigue principale dans les prochains tomes.

(par Vincent GAUTHIER)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Commander cet ouvrage sur Amazon ou à la FNAC

  Un commentaire ?