Gent Rebelle : bœuf bourguignon sauce samouraï

20 juillet 2017 0
  • Les bandes dessinées médiévales historiques semblent avoir le vent en poupe ces derniers temps dans notre beau royaume de France, pour le plus grand plaisir des amateurs du genre. La dernière en date, financé et publié via la plateforme éditoriale Sandawe, "Gent Rebelle" confirme cette tendance en apportant une touche métissée supplémentaire.

L’intrigue de Gent Rebelle se déroule en 1424, dans une France en pleine guerre civile entre Armagnacs et Bourguignons. Si vous avez manqué le numéro de Secrets d’Histoire sur le sujet, le peuple français n’avait certainement pas besoin de cette brouille interne, vu que le royaume était déjà bien empêtré dans la fameuse guerre de Cent Ans contre l’Angleterre. Inutile de vous dire que l’espérance de vie était loin d’être à son plus haut niveau.

Gent Rebelle : bœuf bourguignon sauce samouraï

C’est dans ce contexte que le chevalier armagnac errant Ramsus d’Arquiel, va se retrouver à devoir libérer un village du joug de chevaliers bourguignons errants. Une noble quête qui ne correspondait pourtant pas à son train de vie d’ivrogne, mais après avoir échappé à la mort grâce au prêtre du village, notre anti-héros va en quelque sorte essayer de soustraire son âme à une future damnation.

Tel est le point de départ d’une aventure dans la plus pure tradition du récit de justicier solitaire caractéristique des westerns ou des films de samouraïs dont l’auteur, Tanguy Pietri, se revendique clairement comme fan. La filiation avec le Yojimbo de Kurosawa nous a rapidement sauté aux yeux, avec de-ci, de-là, des touches propres aux récits chevaleresques européens.

Mais le métissage de Gent Rebelle n’est pas seulement narratif, il se retrouve également dans le trait de l’auteur oscillant entre le cartoon déjanté à l’américaine pour les personnages et le manga pour les codes visuels. Résultat : un dynamisme qui ne laisse aucune pause dans le récit, ce qui est à la fois une qualité et un (petit) défaut, car l’on arrive vite à la conclusion de la quête de Ramsus.

Le regret de ne pas avoir eu le temps de s’attacher complètement à certains personnages est donc là, contrebalancé par le ton mélancolique et le sous-texte sur l’absurdité de la guerre. Gent Rebelle est donc un court mais agréable voyage dans le temps, au cœur de l’Histoire française. Il serait dommage de s’arrêter à l’aspect graphique atypique qui peut décontenancer les moins habitués.

(par Fabrice FADIGA)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Commander cet album:

BDFugue FNAC Amazon

Commander cet ouvrage sur Amazon ou à la FNAC

  Un commentaire ?