Heroic Pizza – T1 à 4 - Par Augustin – Éditions Soleil

28 décembre 2008 0 commentaire
  • Au Moyen Âge, entre deux princesses à sauver, comment se restaurer rapidement ? Simple : il suffit de commander chez Heroic Pizza! Suivez les aventures rocambolesques d'un livreur de pizza confronté à des dragons affamés ou des concurrents violents, voire parfois à pire: des clients !

Albert Colin à sa vie toute tracée : il épousera sa cousine et s’occupera de la ferme familiale. Seulement voila, il s’enfuit et décide de s’engager dans l’unité d’élite d’une compagnie florissante, devenant ainsi l’un des vaillants livreurs d’Heroic Pizza, le seul et unique service de livraison de pizzas du Moyen Âge. Commence alors pour lui une nouvelle vie remplie de voyages à travers le royaume, de rencontres avec les gens qui y vivent (ou avec ceux qui les mangent), de découvertes surprenantes, comme la potion qu’il est
formellement interdit de boire quand on est un homme, ou encore de violentes rixes avec les fourbes livreurs de Burger Preux. Malheureusement pour Albert, celui-ci s’en sortira rarement indemne et très souvent mort, ou pire.

Au scénario, comme au dessin et à la couleur Augustin nous livre des aventures hilarantes tout au long des quatre albums actuellement parus. Ce jeune auteur parisien de chez Soleil a d’abord fait ses preuves dans Lanfeust Mag où son univers déjanté a reçu un accueil chaleureux de la part des lecteurs. En Janvier 2009 sortira le premier album du Blogustin, sa deuxième série humoristique parodiant ici l’univers du blog et de ses sujets abordés : "apprivoisez le gros qui est en vous", "faut il avoir peur de la mort ?" etc... Humour cynique et méchanceté gratuite garantis.

Heroic Pizza – T1 à 4 - Par Augustin – Éditions Soleil

Le style graphique d’Augustin peut surprendre au premier abord : un univers haut en couleurs où les princesses ont une couleur de cheveux assortie a celle de leurs robe taille 32 d’où débordent hanches et poitrines opulentes tandis que les chevaliers possèdent des muscles inconnus de tous les recueils d’anatomie. Mais on s’y habitue et on lui trouve un certain charme. Les anachronismes fréquents sont aussi un point fort de cette série, la seule où l’on peut voir des croisés organisés comme des GI, ou des troupes de livreurs aéroportés par dragon venant faire une campagne marketing sur les champs de bataille.

Enfin, si la plupart des gags sont en une page, l’auteur nous gratifient parfois d’une histoire plus longue et plus développée, comme le recrutement et la formation d’Albert Colin ou la survie de l’équipe sur une île presque déserte.

On déguste, on savoure, et on en redemande.

(par Nicolas Depraeter)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

  Un commentaire ?