« Kuklös » par Sylvain Ricard et Christophe Gaultier - Editions Soleil

27 août 2003 1 commentaire
  • L'amateur de BD est ainsi dans ce bas monde : devant une production pléthorique, il se trouve vite blasé. Quand il découvre un nouvel artiste, un nouveau dessin ou une nouvelle façon de raconter des histoires, il oublie très vite ce plaisir éphémère pour passer à autre chose. « Toujours à l'affût de sensations nouvelles », comme disait Moebius dans {Tueur de Monde}. Mais si ce goût nouveau se répète et s'impose comme le souvenir d'un vif plaisir, alors commence l'addiction. Ricard (au scénario) & Gaultier (au dessin) avaient surpris dans {Banquise}. Ce trait échevelé, ce récit emballé à la diable... Il y avait là une vitalité certaine, des promesses. Avec {Kuklös}, le duo confirme et permet ce jugement : Ces deux auteurs-là deviendront vite inévitables.

Kuklös aurait pu être le banal récit d’une âme vouée à la haine, habitée par le plus odieux racisme. Par fétichisme pour l’ordre établi, par admiration pour un géniteur qui s’érigeait en chevalier d’une race dominatrice, plus par tradition que par conviction, le jeune Thomas adhère au Ku-Klux-Klan et met ses pas dans celui de son père. Mais l’histoire est en marche. La société accède désormais à la civilisation : elle a décidé que les « nègres » étaient des êtres humains. Ce changement brutal des règles trouble le tendron qui sent confusément depuis longtemps que ces pratiques appartiennent à un autre âge. Mais l’inertie de la haine fait qu’elles se refermeront sur lui, comme dans un piège mortel.

Lire un extrait

(par Didier Pasamonik (L’Agence BD))

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

 
Participez à la discussion
1 Message :