L’inscription - Par Chantal Montellier - Actes Sud BD

20 septembre 2011 4 commentaires
  • Redevenue très active dans le domaine de la BD, Chantal Montellier signe un roman graphique à l'esprit très 1970, qui évoque les fictions balançant entre enfer et évasion, telles que Alice au pays des merveilles, 1984, Brazil ou même le S.O.S. Bonheur de Van Hamme et Griffo. Parfois très chargé mais brandissant une belle audace graphique.

Intrigante, cette « inscription »... Mais dans quel monde Chantal Montellier nous entraîne-t-elle ? Celui d’une société, parfois très proche de la France des années 2000 (vous savez : « Travaillez plus »...), parfois semblable à une époque ancienne, pleine de convenances sclérosantes.

Soit Caroline Montbrasier (initiales CM, ça ne vous rappelle rien ?) et son questionnement lancinant : il faudrait travailler, trouver une place dans la société, montrer sa bonne volonté. Une solution : l’inscription. Une sorte d’entretien personnalisé visant à connaître ses qualités, puis un travail stable... Mais Caroline s’aperçoit qu’on l’a piégée, et que les propositions du rond de cuir de service n’ont rien de respectable. Animatrice de service de téléphone rose. Quelle réussite !

L'inscription - Par Chantal Montellier - Actes Sud BD

Pour arriver à ce cauchemar loufoque et haut en couleurs, Montellier, fidèle à son inspiration poétique et politisée (Mai 68 est toujours en filigrane), passe par de multiples étapes. L’héroïne navigue du rêve au réel, échange avec des personnages tantôt concrets, tantôt venant de classiques de la littérature. Plusieurs fois, Lewis Carroll fait irruption dans le récit avec ses légendaires personnages de l’univers d’Alice. Régulièrement, le spectre du président français Sarkozy émerge, l’occasion de séquences ironiques bien amenées.

Certes, suivre le fil d’un album aussi dense n’est pas toujours évident. Cependant, les couleurs finement distillées et une mise en page très dynamique et pleine de surprises donnent un joli tonus à L’Inscription.

Et il est assez roboratif de croiser une inspiration d’une telle liberté, joyeusement contestataire et qui proclame sans fausse pudeur son ancrage à gauche.

(par David TAUGIS)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

 
Participez à la discussion
4 Messages :