La Disparue - Clara, n°3 - Chauzy et Lapière - Casterman

6 août 2002 0 commentaire
  •  Loin des clichés du polar traditionnel, Chauzy et Lapière ont créé, avec Clara, un personnage de privé humain, sensible et fragile. Une jeune femme qui a hérité du bureau de détective à la mort de son père, qui n'était vraiment pas faite pour ça, mais qui assume, aidée par une équipe de voisins compréhensifs et folkloriques.

En ce moment, c’est la galère. Clara n’a plus un sou en poche, pas de clients, elle a vendu tous les objets de valeur du bureau de son défunt père. Téléphone coupé (appels entrants uniquement !), loyer impayé... Bref, mauvaise période.

"Vous croyez aux coïncidences ?", lui demandera bientôt Sune Olesen. Qui ?

Le client providentiel, bien sûr. Le type mignon qu’elle avait croisé dans un magasin de disques et qui, comme par enchantement, s’est présenté à son bureau quelques heures plus tard pour lui demander ses services.

Voilà donc notre chère Privée embarquée dans une drôle d’histoire. Avec seulement quelques indices en poche et l’aide apparemment bienveillante d’Olesen, Clara aura pour mission de découvrir pourquoi Sophie Manghien manque à l’appel depuis maintenant plus de trois semaines.

Elle va finir par le découvrir. Malheureusement pour elle, car à ce moment précis, elle sera tombée dans le même piège que la disparue.

(par Patrick Albray)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

L’intrigue, forte, prenante, subtilement menée, n’est pourtant pas la principale qualité de cet album. La fine peinture psychologique des personnages, le pittoresque des uns et la perversité psychopathe de l’autre, l’écriture nerveuse, soignée, la sensibilité profonde de l’héroïne, sont autant de points forts qui font de cette oeuvre l’une des meilleures séries policières du moment. Et le dessin de Chauzy, les personnages bizarres à qu’il adore donner vie, colle impeccablement à ces scénarios. Quelques jolies trouvailles graphiques et un superbe travail dans le jeu des regards, toujours incroyablement expressifs.

Lire un extrait

  Un commentaire ?