Newsletter ActuaBD

La Forêt des renards pendus - Par N. Dumontheuil - Futuropolis

  • Une nouvelle réussite de Nicolas Dumontheuil au dessin très nerveux, avec une magnifique utilisation des nuances de noir et blanc et un découpage très rythmé, comme toujours chez cet artiste, qui rendent la lecture très fluide et agréable. Cette fable contemporaine, mais en réalité intemporelle, allie aventure, humour et démesure et constitue une des très belles surprises de cette rentrée.

Nicolas Dumontheuil avait fait une entrée fracassante dans le milieu du neuvième art avec Qui a tué l’idiot, qui reçut le prix René Goscinny en 1996 et l’Alph-Art du meilleur album à Angoulême en 1996. Depuis, il mène sa carrière en alternant des œuvres assez différentes, de Le landais volant à La colonne, en passant par Le singe et la Sirène ou Le roi cassé , mais toujours marquées par un penchant pour le loufoque et les personnages décalés. En 2007, Big Foot constituait une adaptation, très personnelle, d’un livre de Richard Brautigan. Toujours chez Futuropolis, l’auteur procède à une nouvelle adaptation littéraire, cette fois-ci tirée d’un roman d’Arto Paasilinna, auteur finlandais qui a publié une vingtaine de romans traduits en une trentaine de langues, dont le cadre est souvent un grand Nord habité de marginaux aussi fous qu’étranges.
La Forêt des renards pendus - Par N. Dumontheuil - Futuropolis
L’Aquitain et le Finlandais étaient faits pour se rencontrer, et l’on comprend bien ce qui a séduit N. Dumontheuil dans ce roman déjanté. Rafael Juntunen a réussi un braquage, dont il a tiré quatre lingots d’or, mais qui vit son complice se faire arrêter. Ledit complice, un fou sanguinaire, va bientôt sortir de prison, bien décidé à récupérer sa part du magot, là où Rafael n’a aucunement l’intention de lâcher le grisbi. Il s’enfuit donc, au nord, toujours plus au nord, au fin fond de la Laponie, dans la forêt des renard pendus, bientôt rejoint par un ex-major de l’armée complètement alcoolique et une nonagénaire lapone fuguant avec son chat sous le bras la maison de retraite dans laquelle on veut la mettre.

Ce trio mène une vie marginale et pourtant luxueuse au fin fond de sa forêt, rythmée par la venue d’un policier véreux, d’un char de l’armée, d’un renard amical, de deux prostituées au grand cœur, de l’ancien complice venu chercher vengeance, etc.

L’écueil des adaptations littéraires est bien connu : accoucher d’un album bavard. Même si certains descriptifs, surtout au début de l’histoire, peuvent l’être un peu et paraître redondants avec l’image, cela donne un petit côté désuet à ces premières pages, et dans l’ensemble cela n’est pas gênant. Cela nous permet par ailleurs de conserver le recul nécessaire pour apprécier le burlesque des situations présentées et les dialogues ne sonnent pas faux, bien au contraire. Le rythme de l’album est haletant, N. Dumontheuil ayant su élaguer la matière initiale pour n’en garder qu’une substantifique moelle trépidante, cela au détriment d’un approfondissement du caractère des personnages et de l’aspect tragique de leur folie.

(par Tristan MARTINE)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Commander ce livre chez Amazon ou à la FNAC 9782754815819

 
Participez à la discussion
4 Messages :
Newsletter ActuaBD