La Suisse censure L’Écho des Savanes

6 février 2009 62 Actualité par Olivier Wurlod
  • Le numéro de février de {L’Écho des Savanes} a-t-il franchi un pas dans la provocation avec ce dessin de Willem où une femme décapitée voit son cou pratiquer une fellation et son corps se soulager sur un chien? La réponse des distributeurs suisses ne s'est pas faite attendre.

Vallora qui approvisionne la Suisse alémanique l’a censuré, Muriel Jarp, journaliste pour Le Matin ayant écrit que : « plusieurs scènes sont couvertes de feutre noir, et une page a été arrachée. » Du côté Romand, la réaction suscitée par certains dessins du magazine a été encore plus violente, puisque le distributeur Naville a lui choisi de retirer bel et bien ce numéro de la revue française de la vente.

Les deux distributeurs impliqués se servent de la loi suisse pour justifier leur décision et principalement de l’article 197 du Code Pénal Suisse qui interdit toutes représentations sexuelles avec enfants, animaux, excréments ou violence : « La loi est formelle, a déclaré Jean-Christophe Faré, directeur de Naville Presse à Genève au Matin, le distributeur est coresponsable et il peut être condamné. »

Du côté de la loi, les avis sont partagés. Il existe en effet une exception à cet article du Code Pénal. En cas de valeur culturelle avérée, il n’entrerait pas en cause. Peut-on l’attribuer à ce cas particulier ? l’avocat Patrick Stoudmann explique que : « Si on estime que la BD est un art et que l’histoire est digne d’intérêt, il y a valeur culturelle. » En fait tout est question d’interprétation, mais selon le juriste suisse, le risque de poursuites dans cette affaire semble mince : « Ce sont surtout des précautions que prend le distributeur. »

Claude Magiorri, le rédacteur en chef du magazine, et Willem ont naturellement réagi aux prise de positions des distributeurs suisses. Le premier rappelant que « Des excréments, il y en a plein dans les sales blagues. Mais censurer une blague parce qu’elle est grasse, c’est comme empêcher le sel d’être salé ! » et le deuxième émet des regrets pour ses lecteurs, mais jure qu’il ne va rien changer : « j’ai l’habitude de travailler en toute liberté ! »

La Suisse censure L'Écho des Savanes

En mars, L’Écho des Savanes devraient être de retour dans les kiosques suisses. Toutefois, Naville a inscrit le magazine dans sa liste noire. Désormais, ses contenus seront systématiquement et méticuleusement surveillés et analysés.

Pudibonderie malvenue ou prise de position courageuse ? Les avis divergent sur les dispositions appliquées par les distributeurs suisses face à des dessins au goût finalement relativement douteux. Si le débat est relancé sur les limites dans la provocation, L’Écho des Savanes semble bien avoir atteint celle des Suisses !

(par Olivier Wurlod)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

 
Participez à la discussion
62 Messages :
  • La Suisse censure L’Écho des Savanes
    6 février 2009 16:31, par olivier

    Ce dessin est écœurant et dépourvu d’humour, car Willem n’est jamais drôle. Vuillemin, lui, l’est. Du coup, on lui pardonne souvent sa grossièreté.

    Répondre à ce message

  • La Suisse censure L’Écho des Savanes
    6 février 2009 16:43, par TIM

    Le dessin est répugnant. La liberté de la presse a bon dos.

    Répondre à ce message

    • Répondu le 18 février 2009 à  10:37 :

      Je suis entièrement d’accord avec votre message, trop c’est trop et la liberté de la presse a effectivement bon dos. Mais comme il y aura toujours des partisans de ce genre de littérature, sauf à sanctionner durement, pénalement et financièrement je ne vois pas très bien ce que des êtres sans moralité vont comprendre ??? La provoc est toujours d’actualité au contraire du bon goût qui souvent doit peiner pour être reconnu...
      Bonne journée, jacques

      Répondre à ce message

  • La Suisse censure L’Écho des Savanes
    6 février 2009 17:01, par Jocelyn Jalette, Québec

    Trop c’est trop !

    À mon avis cela devient facile et un manque de talent que de vouloir provoquer pour provoquer. Où est le message là-dedans ? Si ce n’est celui d’un très mauvais goût gratuit !
    Répugnant ! Le vrai courage c’est de faire des caricatures sur les fous de Dieu musulmans pour en dénoncer la folie aveugle et l’utilisation de Mahomet par des extrémistes, comme le fit Charlie Hebdo. ÇA, c’est du courage !

    Répondre à ce message

    • Répondu le 6 février 2009 à  19:10 :

      Charlie Hebdo, auquel collabore depuis un bail Willem que vous conspuez ? Ha, ha !

      Répondre à ce message

      • Répondu par Martial de Besac le 7 février 2009 à  09:17 :

        Je te signale que Willem a immédiatement signé la pétition pro-siné et qu’il était encore récemment chez Mermet avec Pierre Carles pour parler de Choron.
        la proximité entre val et willem est difficile à établir.

        Répondre à ce message

    • Répondu par Alex le 6 février 2009 à  19:50 :

      "Où est le message là-dedans ?"

      Vous avez raison, je ne vois pas de messages ici. Le mieux serait de mettre au sommaire d’un magazine un tableau avec les différents messages délivrés à telle ou telle page. Pour les gens qui veulent lire des "messages" je veux dire.

      "Le vrai courage c’est de faire des caricatures sur les fous de Dieu musulmans pour en dénoncer la folie aveugle et l’utilisation de Mahomet par des extrémistes, comme le fit Charlie Hebdo."

      Ah oui, ça c’est le courage ! Faire écho à la droite nationaliste danoise dans une campagne de démonisation... Vous n’avez visiblement pas toutes les informations en main... ce n’est pas très étonnant, Charlie-Hebdo ne les avait pas non plus -ou choisit de les ignorer (qu’en sais-je ?)

      Répondre à ce message

    • Répondu par Gael Violet le 17 février 2009 à  20:32 :

      Ah, oui alors, "ÇA, c’est du courage !"
      Comme disait Desproges à tous ceux qui osaient courageusement être contre Pinochet à moins de 10000 bornes de Santiago.

      Charlie Hebdo s’est surtout fait une pub monstrueuse, en publiant des dessins qui l’avaient déjà été dans le pays par France Soir, et dont la teneur était (pour certains, cf Post Scriptum ci-dessous) à peu près aussi intéressante que ceux de l’exposition Le Juif et la France.

      Bien sûr, je ne vois pas au nom de quoi on les empêcherait de publier des caricatures, mêmes ignobles - je suis voltairien pour ce qui est de la liberté d’expression. Néanmoins, quand, quelques mois plus tôt, un dessinateur de BD grec a été condamné (par contumace, heureusement) dans son pays pour avoir osé représenter un Jésus hippie qui marche sur l’eau à cause d’un abus de foin des Indes, je ne me souviens pas d’avoir eu l’occasion de constater l’incroyable courage de Val et sa clique. Évidemment, défendre la liberté de parole est moins in quand il ne s’agit pas de s’en prendre aux méchants musulmans.

      Je propose donc une redéfinition des termes qui mettra tout le monde d’accord : la liberté d’opinion s’arrête là où s’arrête la critique de l’Islam.
      Comme ça, nos grands penseurs modernes (Finkielkraut, BHL ou Houellebecq) pourront continuer à éructer tranquillement sous le regard admiratif des journalistes. Et Jocelyn pourra continuer à citer Charlie Hebdo en exemple de vrai courage. Et on pourra continuer à trouver normal qu’un journaliste nous assène ses goûts dans un article parlant de censure, et normale cette censure elle-même, puisqu’elle ne s’en prend pas aux musulmans.

      PS Pour ce qui est des caricatures du Jyllands-Posten, la palme du (vrai) courage est détenue par le dessinateur qui a envoyé cette "caricature de Mohammed" où l’on voit un petit Mohammed hilare écrivant au tableau une phrase en arabe, qui dit à peu près "le Jyllands-Posten est une bande de provocateurs d’extrême droite". Courage mesuré, certes, puisque bien évidemment ses journalistes ne lisent pas l’arabe.

      Répondre à ce message

      • Répondu par Journaleux le 17 février 2009 à  20:59 :

        "Charlie Hebdo s’est surtout fait une pub monstrueuse, en publiant des dessins qui l’avaient déjà été dans le pays par France Soir, et dont la teneur était (pour certains, cf Post Scriptum ci-dessous) à peu près aussi intéressante que ceux de l’exposition Le Juif et la France."

        On ne sait pas si c’est la mauvaise foi ou la bêtise qui vous égare, ou les deux. Charlie Hebdo a publié ces caricatures, ainsi que l’Express, parce que le rédac chef de France Soir s’était fait lourder. La pub, ce sont les Islamistes qui l’ont faite en attaquant seulement Charlie Hebdo et ni France Soir, ni L’Express.

        Quand on est ignorant à ce point, il vaut mieux s’informer auprès des journalistes qui savent, eux.

        "Néanmoins, quand, quelques mois plus tôt, un dessinateur de BD grec a été condamné (par contumace, heureusement) dans son pays pour avoir osé représenter un Jésus hippie qui marche sur l’eau à cause d’un abus de foin des Indes, je ne me souviens pas d’avoir eu l’occasion de constater l’incroyable courage de Val et sa clique. Évidemment, défendre la liberté de parole est moins in quand il ne s’agit pas de s’en prendre aux méchants musulmans."

        Vous mélangez tout sans discernement. Charlie en a parlé de cette affaire, bien sûr. Aucune ambassade n’a été brûlée, il n’y a eu aucun mort à la suite de ce "scandale". Votre haine anti-Charlie Hebdo s’exprime enfin. Je vais m’achetez Charlie Hebdo, tiens, rien que pour les soutenir. S’ils sont détestés par les cons, c’est que c’est des gens bien !

        "Je propose donc une redéfinition des termes qui mettra tout le monde d’accord : la liberté d’opinion s’arrête là où s’arrête la critique de l’Islam. Comme ça, nos grands penseurs modernes (Finkielkraut, BHL ou Houellebecq) pourront continuer à éructer tranquillement sous le regard admiratif des journalistes. Et Jocelyn pourra continuer à citer Charlie Hebdo en exemple de vrai courage. Et on pourra continuer à trouver normal qu’un journaliste nous assène ses goûts dans un article parlant de censure, et normale cette censure elle-même, puisqu’elle ne s’en prend pas aux musulmans."

        Putain la bave. Et on ressort Finkelkraut, BHL ou Houellebecq, Monsieur Toviel. Gnagnagna. Charlie Hebdo contre Siné. Elles ne vous passent pas, les flatulences ? Lisez Siné Hebdo, ça soulage !

        "PS Pour ce qui est des caricatures du Jyllands-Posten, la palme du (vrai) courage est détenue par le dessinateur qui a envoyé cette "caricature de Mohammed" où l’on voit un petit Mohammed hilare écrivant au tableau une phrase en arabe, qui dit à peu près "le Jyllands-Posten est une bande de provocateurs d’extrême droite". Courage mesuré, certes, puisque bien évidemment ses journalistes ne lisent pas l’arabe."

        Hé oui, on a affaire à un arabisant distingué, attention ! Tas de journalistes ignares qui ne parlent pas l’arabe couramment.

        Répondre à ce message

        • Répondu par Gael Violet le 17 février 2009 à  21:26 :

          Dites, je vous signale que mon message se trouve juste au dessus du vôtre sur la page. Ergo, vous n’êtes pas obligé de le reproduire (à chaque fois, cf votre "réponse" plus bas) in extenso. Certes je vous accorde que citer ses sources est à l’honneur d’un journaliste, mais ici ce n’est ni nécessaire, ni pratique.

          Répondre à ce message

  • La Suisse censure L’Écho des Savanes
    6 février 2009 18:16, par Licor

    Un manque de talent, Willem ?
    On croit rêver !

    Répondre à ce message

    • Répondu par olivier le 6 février 2009 à  21:10 :

      Mais non, vous ne rêvez pas ! Willem est sûrement le plus mauvais de la bande de Charlie ou l’Écho. Il aurait dû s’arrêter depuis longtemps... où plutôt, il n’aurait jamais dû commencer.

      Répondre à ce message

  • C’est pas un dessin d’humour, c’est un acte de psychopathe. Les éditeurs qui osent publier ça devraient l’accompagner chez le psychiatre.

    Répondre à ce message

  • Merci la Suisse
    6 février 2009 19:00, par GeeBee

    Ce dessin de Willem est encore plus à ch... que ceux qu’ il commet d’ habitude. Je lui cherche encore un intérêt...

    Répondre à ce message

    • Répondu le 6 février 2009 à  21:46 :

      Eh bien, c’est la foire aux crétins, ce site... Heureusement Willem garde toute se raison graphique...

      Répondre à ce message

    • Répondu par Moynot le 7 février 2009 à  00:34 :

      Le fait que vous ne compreniez pas n’est, en soi, pas un jugement, contrairement à ce que vous semblez croire. Si ce n’est sur vous-même. (Cela vaut aussi pour les autres mal-comprenants.)

      Répondre à ce message

    • Répondu par mmarvin le 7 février 2009 à  04:04 :

      L’intéret ? il est simple. C’est un baromètre. Il sert à montrer quel est ton seuil de tolérance face à des concepts mal vus dans notre société comme la mort, le sexe et les excréments.

      Personnellement, je trouve ce dessin mauvais. Mais je ne l’interdirai pas au nom d’une morale quelconque.

      Mais bon, les personnes qui se disent tolérantes ne le sont en fait que pour les personnes et les opinions qui leurs ressemblent...

      Répondre à ce message

  • La Suisse censure L’Écho des Savanes
    6 février 2009 19:21, par Alex

    "face à des dessins au goût finalement relativement douteux"

    Merci Mr Wurlod de recentrer mes goûts. Et si... ce que vous jugez d’un goût douteux n’est peut-être que le reflet de vos a-priori moraux. Ce sont les vôtres, rien que les vôtres. Ne l’oubliez pas quand vous transmettez une information.

    Répondre à ce message

    • Répondu le 6 février 2009 à  23:55 :

      Monsieur Alex, même les journalistes (et surtout eux) ont le droit d’avoir une opinion. Que ce soit dans Le Figaro ou dans Libération. Pensez-y quand vous lisez une information.

      Répondre à ce message

      • Répondu par Alex le 7 février 2009 à  01:35 :

        Mon boucher a le droit d’avoir une opinion aussi, même un coiffeur, un chauffeur de taxi... ils ne s’en privent pas d’ailleurs. D’un journaliste j’attend une analyse.

        Répondre à ce message

        • Répondu le 7 février 2009 à  13:13 :

          On voit dans quelle estime vous tenez votre boucher, votre chauffeur de taxi et votre coiffeur. Vous estimez sans doute que le graphistes et les PDG ont le droit d’avoir des opinions, mais pas les journalistes que vous ravalez au rang de coiffeurs ou de bouchers... Jolie vision du monde.

          Moi d’un journaliste, j’attends une information d’abord.

          ActuaBD publie le dessin de Willem, ce qui est déjà une prise de position qui ne prend pas les lecteurs pour des crétins.

          Vous êtes tellement dépourvu de jugement que vous ne pouvez pas analyser ce dessin par vous-même ?

          Répondre à ce message

          • Répondu par Alex le 7 février 2009 à  22:49 :

            Je passe rapidement sur le contenu de votre message dont la seule valeur est de démontrer que le "politiquement correct" est une remise en cause profonde, que vous ne semblez ni mettre en exercice ni maîtriser ("On voit dans quelle estime vous tenez votre boucher...", "les journalistes que vous ravalez au rang de coiffeurs ou de bouchers..."). On appréciera à sa juste valeur la profondeur de la remise en question...!

            "Vous êtes tellement dépourvu de jugement que vous ne pouvez pas analyser ce dessin par vous-même ?"

            Si je n’ai pas d’informations suffisantes, je ne peux être à même d’analyser une situation. Dans le cas qui nous concerne : Mr Wurlod nous parle de "dessins au goût finalement relativement douteux". Quel goût ? Suis-je censé de facto partager les goûts de Mr Wurlod ? Et sur quelle base se fait cette assertion ? Culturelle, religieuse, historique, ethnique ? On aurait pu noter, par exemple, l’appartenance de Willem aux mouvements provos néerlandandais dans les 60’s. Ou la bd de Crumb ("She-Devil" approx). Une histoire de femme sans tête que Flakey Foont fornique coupablement ?! Allons plus loin, dans les années 20 le surréaliste Max Ernst inventait le collage en nous gratifiant d’un ouvrage de près de 200 pages intitulé "la femme 100 têtes". C’est donc en effet la mise en image d’un fantasme typiquement masculin. Willem est qq’un de très cultivé, un géant du dessin. Il ne pouvait pas ignorer ce passif artistique. Ce qui vous choque a toujours été choquant, revoyez ce que Crumb dit de sa bd dans le docu de Terry Zwigoff.

            En résumé, Mr Wurlod fait exactement ce que les Suisses viennent de perpêtrer. Il utilise son exposition médiatique, son pouvoir, pour nous présenter sa vue du monde. Toutes proportions gardées, je suis convaincu que cela tient plus pour Mr Wurlod d’un manque d’attention dans l’exercice de ses fonctions.

            Répondre à ce message

            • Répondu le 8 février 2009 à  00:00 :

              Vous pouvez étaler les références que vous voulez. Il faut vraiment être malade pourvoir un abus de pouvoir médiatique dans ce qui n’est qu’une simple opinion.

              Car vous accusez Mr Wurlod d’un délit d’opinion, ce qui n’existe pas dans une société démocratiquement constituée. Il a quand même bien le droit de trouver ce dessin de bon ou de mauvais goût. Il a fait son travail de journaliste : il vous a donné l’information, publiant l’objet du litige, expliquant les arguments de part et d’autre. Au final, il trouve ce dessin choquant et il l’est ; il le trouve de mauvais goût, et il l’est. Et il n’aurait pas le droit d’exprimer son avis ? Et pourquoi ? Parce Crumb a choqué avant Willem ? Parce que Willem est Provo ?

              Vous cherchez seulement à faire le malin, en fait.

              Répondre à ce message

              • Répondu par Alex le 11 février 2009 à  01:30 :

                Ok, je vous offre des références, je joue au malin... Qu’offrez-vous ? Un sentencieux " ce dessin est de mauvais goût et c’est comme ça". Pas encore lu d’arguments de votre part... ni de références. Un jugement péremptoire. On a compris votre opinion, présentez-nous les arguments.

                Répondre à ce message

              • Répondu par Gael Violet le 17 février 2009 à  19:58 :

                Donc, il va falloir tout reprendre à la base. Personnellement, je n’en ai pas le courage. Je tiens quand même à faire valoir ces quelques points :

                Premièrement, discuter, comme ailleurs dans ces "réactions", de ce que l’on attend des journalistes ne m’intéresse pas. Je n’attend rien des journalistes, qui ne sont que de gentils toutous qui font là où leurs employeurs leur disent de faire.

                Deuxièmement, si toutefois je me prend à rêver d’un monde où le travail des journalistes correspond un peu à leurs prétentions, alors, c’est bel et bien de "références", et pas de "simple opinion", dont il s’agit. L’opinion, c’est bien pratique, ça évite d’avoir à argumenter, là où le jugement et les "références" que vous vouez aux gémonies permettent certes une mise en perspective, mais au prix d’un travail critique harassant. Et quel journaliste voudrait perdre son temps à argumenter ce qu’il nous assène.
                Est-ce que je suis supposé être intéressé par ce que M. Tartempion, journaliste au Cassoulet Libéré, pense de quoi que ce soit, en particulier s’il pense que ses (pauvres) goûts se justifient d’eux-mêmes et que ce serait une insulte à sa liberté de journaliste de les argumenter ?

                Troisièmement, accuser M. Willem de délit de mauvais goût n’est pas meilleur que d’accuser M. Wulrod de délit d’opinion. En outre, personne n’accuse M. Wulrod de délit d’opinion, il a le droit d’être aussi philistin qu’il le veut. En revanche, il serait bien inspiré de ne pas nous les faire partager, ses opinions. Contrairement aux chauffeurs de taxis et aux coiffeurs, il a un potentiel de nuisance énorme, par sa seule qualité de journaliste. La décence voudrait qu’il n’en profite pas.
                Il n’est nul besoin d’être "malade" pour comprendre comment les limites du bon goût sont tracées pour nous par tous les Wulrod de la terre. Et c’est, bien entendu, le vrai rôle de "l’information" bien comprise.

                Au final, il trouve ce dessin choquant, et comme le dit Alex, il ne l’est que pour les gentils censeurs qui trouvaient choquant Man Ray, Crumb, et que sais-je encore, DAF de Sade, Pierre Louÿs, Desproges, etc., en admettant que tout ça leur dise quelque chose.

                Répondre à ce message

                • Répondu par Journaleux le 17 février 2009 à  20:42 :

                  "Je n’attend rien des journalistes, qui ne sont que de gentils toutous qui font là où leurs employeurs leur disent de faire."

                  Comme vous faites pour le vôtre, d’employeur, je suppose. Ca doit être frustrant, hein ?

                  "Deuxièmement, si toutefois je me prend à rêver d’un monde où le travail des journalistes correspond un peu à leurs prétentions, alors, c’est bel et bien de "références", et pas de "simple opinion", dont il s’agit. L’opinion, c’est bien pratique, ça évite d’avoir à argumenter, là où le jugement et les "références" que vous vouez aux gémonies permettent certes une mise en perspective, mais au prix d’un travail critique harassant. Et quel journaliste voudrait perdre son temps à argumenter ce qu’il nous assène. Est-ce que je suis supposé être intéressé par ce que M. Tartempion, journaliste au Cassoulet Libéré, pense de quoi que ce soit, en particulier s’il pense que ses (pauvres) goûts se justifient d’eux-mêmes et que ce serait une insulte à sa liberté de journaliste de les argumenter ?"

                  Incroyable, cette bave haineuse contre les journalistes. Je ne sais pas quelle est votre profession (si vous en avez une) mais je ne vous souhaite pas le même traitement.

                  Je ne sais pas si votre cassoulet est libéré, mais en tout cas là, il se lâche ! Un journaliste 1/ Ca informe 2/ Ca analyse si ça en vaut la peine. Ici, c’était pas trop nécessaire, le dessin de Willem était assez parlant.

                  "Troisièmement, accuser M. Willem de délit de mauvais goût n’est pas meilleur que d’accuser M. Wulrod de délit d’opinion. En outre, personne n’accuse M. Wulrod de délit d’opinion, il a le droit d’être aussi philistin qu’il le veut. En revanche, il serait bien inspiré de ne pas nous les faire partager, ses opinions. Contrairement aux chauffeurs de taxis et aux coiffeurs, il a un potentiel de nuisance énorme, par sa seule qualité de journaliste. La décence voudrait qu’il n’en profite pas. Il n’est nul besoin d’être "malade" pour comprendre comment les limites du bon goût sont tracées pour nous par tous les Wulrod de la terre. Et c’est, bien entendu, le vrai rôle de "l’information" bien comprise."

                  En fait, vous êtes un petit fanboy. On touche à votre Willem et voilà que vous allez nous menacer d’arrêter de respirer. C’est pathétique.

                  "Au final, il trouve ce dessin choquant, et comme le dit Alex, il ne l’est que pour les gentils censeurs qui trouvaient choquant Man Ray, Crumb, et que sais-je encore, DAF de Sade, Pierre Louÿs, Desproges, etc., en admettant que tout ça leur dise quelque chose."

                  Il y a une chose de trouver un dessin choquant et une autre de le censurer. Mr Wurlod, cher Monsieur Viotel, il a publié le dessin de Willem. Ce n’est donc pas un censeur. CQFD.

                  PS. Modérez-vous sur le cassoulet, ça ne sent pas bon.

                  Répondre à ce message

                  • Répondu par Gael Violet le 17 février 2009 à  21:17 :

                    Bien entendu, vous ne répondez pas sur le fond (dois-je y voir une déformation professionnelle, "Journaleux" ?), qui était l’incroyable manque d’intérêt d’asséner ses goûts sans se donner la peine d’argumenter. Vous ne répondez pas, mais vous illustrez assez bien.

                    "Un petit fanboy", c’est amusant comme expression. Je ne suis pas particulièrement fan de Willem. En outre, ce qui est pathétique, c’est de feindre de croire que ma réaction n’est qu’un caca nerveux d’un fan prêt à "arrêter de respirer" pour son idole, même si il est vrai que ça diminue grandement l’effort qui vous est nécessaire pour me répondre. Pour ceux qui voudraient savoir de quoi il est question ici, lisez (si ce n’est déjà fait) "L’Art d’avoir toujours raison" de Schopenhauer ; les techniques employées ici par Journaleux y sont évidemment décrites (m’accuser de haine quand il ne s’agit finalement que de mépris, par exemple, tout en déversant des propos réellement haineux, ou prêter des intentions à son interlocuteur quand rien ne permet de les supposer - je n’ai rien dit qui suggère un jugement sur Willem. Je le fais maintenant, tiens : j’aime bien son dessin, pour les excellentes raisons déjà évoquées - plus bas - par "Philippe" et " Sergio Salma").

                    Quant à mon employeur (je passe sur la suspicion de n’en avoir aucun, serais-je un méchant chômeur ? Eh bien oui), c’est curieux comme ligne de défense. Ma (supposée) soumission serait la justification de celle des journalistes ? Allons bon.

                    Sur le "final", j’avoue une maladresse dans l’expression. La fin de mon message prêtait à confusion : il n’était pas dans mes intentions de le traiter de censeur. En fait, le traiter de philistin me suffit.

                    Répondre à ce message

  • L’ensemble de ces commentaires est affligeant, on voit bien le retour en arrière des mentalités, morale petite bourgeoise de coincés du cul, c’est le sarkozysme en marche. En marche arrière toute !

    Répondre à ce message

    • Répondu le 6 février 2009 à  22:15 :

      bien d’accord ! En France, ça commence a sentir rudement mauvais...

      Répondre à ce message

    • Répondu le 6 février 2009 à  23:49 :

      C’est assez fabuleux ce qu’un dessin peu faire causer. Regardez bien le dessin et surtout son texte. Ensuite lisez bien les commentaires. Tout y passe les barbus, Sarko, la Liberté... Vive internet, les forums et son cortège de démocrates bondissants !

      Répondre à ce message

      • Répondu le 7 février 2009 à  03:00 :

        Ce qui est fabuleux c’est surtout de voir des jugements de valeur lapidaires s’immiscer dans ce qui à la base est un problème d’éthique. En quoi le prétendu manque de talent de Willem concerne son propos dans ce dessin et la censure qui en découle ? Admettons que ce dessin vous choque, bon, il vous faut pas grand chose. Pour autant cela vous autorise-il à balancer des jugements péremptoires sur toute l’oeuvre de Willem ? Libre à vous de ne pas être consensuel, certes. Libre à Willem aussi. (Essayez de ne pas prendre ce dessin au pied de la lettre, non, l’artiste ne prône évidemment pas les pratiques présentées, j’ai du mal à croire qu’on en discute tellement ca me semble évident. A moins qu’il n’y ai un peu de mauvaise foi ? "Chic, une occasion de lapider ce sale gauchiste même pas de chez nous" ? Quand on lit l’Echo on peut se douter que le contenu n’a aucune prétention tout public, s’il suffit de mélanger sexe mutilation zoophilie et coprophagie pour vous choquer je peux vous trouver pire en 15 secondes sur Google. Pour l’interprétation débrouillez-vous, quelques indices : distance ironie provoc esthétique etc)

        Répondre à ce message

      • Répondu le 7 février 2009 à  09:29 :

        Expliquez-nous un peu mieux, monsieur l’initié tellement moins démocrate bondissant que les autres... que je rigole !

        Répondre à ce message

    • Répondu par Martial de Besac le 7 février 2009 à  09:22 :

      Complètement d’accord avec ce que tu écris. Tous ces commentaires font peur et une telle inclture de l’immense oeuvre de Willem fait pleurer.
      Ces messieurs ont besoin de messages dans les dessins, leur rire leur fait peur, ils veulent être sûr de rire pour la bonne cause.

      Répondre à ce message

    • Répondu par peter le 7 février 2009 à  09:31 :

      Que vient faire Sarko là-dedans ? Je vous rappelle que c’est en Suisse que frappe la censure et non en France, de plus je pense que les sarkozystes sont moins sectaires et plus tolérants que la plus part des bien-penseurs de la "gôche morale" qui ont importé en France le politiquement correct, cette pensée très liberticide. Pour en revenir au dessin, il sera toujours moins répugnant que le contenu des coffres des banques suisses.

      Répondre à ce message

    • Répondu par Sergio Salma le 7 février 2009 à  11:13 :

      Sarkozy président de la Suisse ?!

      Répondre à ce message

    • Répondu par Fred Boot le 7 février 2009 à  11:40 :

      Marche arrière ou pas, merci en tout cas à ActuaBD d’avoir publié le dessin incriminé pour permettre à chacun de se faire une opinion. Pour ma part, elle n’a pas changée : Willem est un grand de l’illustration, il est unique et il est nécessaire.

      Répondre à ce message

  • La Suisse censure L’Écho des Savanes
    7 février 2009 04:47, par Philippe

    A mon tour de participer au grand choeur des moralistes :
    - ce qui est répugnant dans ce bas monde, c’est le secret bancaire suisse qui permet le blanchiment d’argent des trafics d’armes et de prostitution.
    - ce qui est écoeurant dans ce bas monde, c’est le trafic d’organes, le vol d’yeux, de reins et la réduction du corps humain à une marchandise.
    - ce qui est avilissant dans ce bas monde, ce sont les audiences de la téléréalité et l’approbation putative de l’exploitation des individus.

    Willem ne blanchit pas d’argent, Willem ne trafique pas d’organes, Willem n’exploite personne et n’incite personne à le faire.
    Vive Willem et son droit le plus strict à une représentation outrancière des hypocrisies quotidiennes, répugnantes, écoeurantes et avilissantes de notre bas monde !

    Répondre à ce message

    • Répondu par luc le 7 février 2009 à  13:12 :

      tout à fait d’accord !

      Répondre à ce message

    • Répondu le 7 février 2009 à  13:30 :

      Mais où donc voyez vous la "représentation outrancière des hypocrisies quotidiennes, répugnantes, écoeurantes et avilissantes de notre bas monde" dans ce dessin thrash ou gore, sans aucun humour ? Il y a suffisamment de violence, de mutilation et de sang en ce bas monde pour qu’un artiste évite de les représenter sans cesse.

      Répondre à ce message

      • Répondu par Philippe le 7 février 2009 à  21:21 :

        Allez... les paupières aux forceps : il ne vous aura pas échappé que ce dessin prend place dans le numéro de février de l’Echo des savanes et que dans quelques jours, ce sera la saint-Valentin.

        Déjà les vitrines de tout et n’importe quoi dégoulinent des petits coeurs autocollants et de bons sentiments, des femmes à poil sur des affiches de 12m2 nous vendent des parfums, des bagues, des chaussures, des voyages, que sais-je encore. Ces publicités sous-entendent toutes que dernière chaque cadeau, chaque attention, il y a une bonne partie de baise en jeu.

        C’est ce racolage commercial, avilissant, asservissant, écoeurant qui se fait au nom de l’amour qui est une hypocrisie quotidienne.

        Ce que l’on nous exhibe sur le bord des routes, dans le métro, dans les rues et les vitrines, ce sont des corps, ce que l’on suggère c’est que le sexe se négocie, le tout sous couvert d’amour.

        Et ce que dénonce Willem, de manière outrancière pour pousser dans sa logique extrême cette débauche d’images, c’est précisément cette hypocrisie. C’est ce que nous dit le petit chien de l’image, qui se fait chier sur le museau.

        Cette "naïveté" dont vous semblez faire preuve me fait peur. C’est la même qui voyait à Angoulême des images pornographiques là où il y avait la dénonciation d’une domination raciale manifeste.

        Répondre à ce message

        • Répondu le 8 février 2009 à  15:03 :

          Merci pour cette explication du dessin, je n’aurai jamais imaginé de moi-même que Willem critiquait la saint-Valentin. Ceci dit, êtes vous sérieux quand vous dites "Ces publicités sous-entendent toutes que dernière chaque cadeau, chaque attention, il y a une bonne partie de baise en jeu.". Je ne vois dans cette opération commerciale que l’occasion pour les commerçants de remplir leur tiroir-caisse, comme à l’occasion de la fête des mères où de Halloween, où il n’y a pas de message sexuel à ma connaissance.

          Répondre à ce message

        • Répondu par L.P. le 8 février 2009 à  17:29 :

          Et pour combattre cette "pourriture sociale", il faudrait aller encore plus loin dans l’ignonimie ? Alleeeez ! Voilà un alibi bien facile pour avoir le droit de jouer les "salles gosses". Tout comme la peine de mort n’empêchera pas les meurtriers, la vulgarité graphique n’a aucun pouvoir sur la vulgarité sociale. Elle n’en est qu’un défouloir psychologique, la possibilité de vomir sa haine et son mal-être. Seuls l’exemple et l’action peut avoir un effet sur les hommes.

          L’erreur de la censure réside bien souvent dans la divulgation encore plus grande (comme ici ou avec le prophète) de ce que les censeurs auraient voulu cacher. Ce dessin aurait dû rester dans les méandres obscurs d’un journal spécialisé "toujours plus gore, provocateur et méprisant" puisqu’il y a un public pour ça et que la loi capitaliste du "besoin et du marché" doit être respectée, même en faveur des extrêmistes de gauche ;) .

          Répondre à ce message

          • Répondu par Fred Boot le 9 février 2009 à  00:59 :

            Oh oui, pour critiquer faisons de gentils dessins, ne brusquons personne, ne montrons rien qui ne soit joliesque.

            Ce dessin, c’est de la colère et non de la provocation. Pourquoi Willem devrait-il faire acte de bienséance pour exprimer son propre dégoût ? Dans un société où l’on croit que l’artiste crée uniquement par plaisir et pour le plaisir, il est alors facile de le traiter de psychopate et j’en passe. Quant à l’humour, il se doit aujourd’hui d’être cool, pas prise de tête, autant dire aussi pertinent qu’un courant d’air. C’est sûr qu’avec ce vieux Willem, il y a comme un choc des cultures. :)

            Il est juste l’un des plus talentueux par le trait et radicaux par le propos. Ce n’est pas un illustrateur "moyen", il n’y a rien de plus nul que le "moyen". Il donne tout. Il a passé sa vie à montrer le pire de l’humain, le plus attroce, avec un dessin qui ne soit ni naïf ni esthétisant : il n’a jamais cherché de connivence avec les sujets qu’il dénonce. Dans ce dessin, Willem est bien plus proche du clébard se prenant de la merde en pleine gueule, et qui prend la parole, que du type monstrueux.

            Il faut juste faire un petit effort pour comprendre cela (le texte et sa provenance ont une grande importance).

            Répondre à ce message

            • Répondu par L.P. le 9 février 2009 à  11:59 :

              J’ai le droit de ne pas aimer l’art et l’alibi qui le sous-tend. Je peux comprendre les raisons de cette colère impuissante. J’ai dit qu’elle pouvait s’exprimer à destination de ceux qui ont envie de l’accueillir et de la partager, dans un journal libre. J’ai regretté que les censeurs suisses aient sévi, acte totalement contreproductif.

              Je n’ai jamais dit que ce type d’expression artistique était mauvais et qu’il fallait virer "bisounours", juste qu’en tant qu’acte politique, il avait trouvé ses limites : on baigne dans le révolutionnaire et le transgressif depuis des années sans que cela change quoi que ce soit dans les faits et sans que cela améliore les mentalités (prenez cela comme ma névrose personnelle ;) ). J’ai juste réagi à l’association de ce dessin avec la "vulgarité sociale" que représenterait la St Valentin : j’y ai donc vu un acte politique, et pas qu’un cri de colère. En tant que tel, pourquoi pas ? Mais uniquement dans des journaux choisis.

              Répondre à ce message

  • La seule faute de goût, c’est la mise en page faite par l’écho et notamment la typo du nom de Willem dans une fausse tâche d’encre. Pour le reste, c’est la grande classe !

    Répondre à ce message

    • Répondu par Jocelyn Jalette, Québec le 7 février 2009 à  22:02 :

      " la grande classe ".... ??? Hé, bien j’aimerais bien voir ce qu’est manquer de classe pour vous, ô courageux commentateur anonyme.

      Voilà bien ce que je déplore de l’internet : n’importe qui défend n’importe quoi ( c’est-à-dire ce dessin inommable, je persiste et je signe !) J’aimerais au moins que ceux qui osent trouver acceptable un tel dessin abaissant pour les femmes aient le courage (devrais-je dire, les couilles...) de signer leur nom complet et leur coin de pays comme on le fait dans les journaux. Ceux qui ont encore une trace d’honneur écriront leurs vraies coordonnées ! C’est ma dernière intervention, pour moi ce dessin n’en valait pas la peine, j’avoue m’être laissé prendre au piège de l’hyper-provocation. BRAVO à son auteur là-dessus !

      Répondre à ce message

      • Répondu par Sergio Salma le 8 février 2009 à  18:54 :

        Bonjour Jocelyn.
        Sans vouloir me faire l’avocat de Willem qui n’a pas besoin de moi, j’ai quand même envie de me mêler à ce débat. Je trouve qu’il soulève des thèmes très délicats et que les premiers posts m’alertent surtout sur les petits pugilats écrits qui sont le pire qui puisse arriver.

        Les dessins de Willem sont à classer ,qu’on les apprécie ou pas, dans une catégorie particulière. Celle des Topor, Steadman ou autres caricaturistes satiriques qui ont instinctivement une vision très outrancière de ce qui les entoure. Il y a des cinéastes, des peintres ,des musiciens qui jouent dans ces registres ; des oeuvres non décoratives en résultent et il faut se garder de juger...les jugements des autres.

        C’est votre post au sujet du plaisir que ressent un autre intervenant devant le travail(si !si ! c’en est un)et des qualités qu’il y trouve qui me fait réagir. Vous n’y voyez qu’agressivité et laideur. Certes, ce n’est pas joli mais la laideur est volontaire. Le sujet veux-je dire. Il y là un choix. Willem dans sa vie de tous les jours ne doit pas se livrer (enfin j’espère !) à de telles excentricités meurtrières mais quand il se met sa table les choses surgissent. Il ne s’agit pas d’une psychopathie comme semble l’indiquer un autre "spectateur" mais d’une expression. Noire, glauque, terrible d’accord. Mais comprenez que les termes que vous utilisez sont ceux qu’utilisent souvent des personnes qui déplacent le problème. Pour caricaturer à mon tour, ce sont les amateurs d’impressionnisme( beauté, douceur, couleurs ) contre les amateurs d’expressionnisme( violence, crudité ). Or, pour preuve que l’esprit peut créer tant de choses étranges, un peintre comme Van Gogh (toujours lui) a créé des tableaux qui parfois se rapprochaient d’un genre et parfois de l’ autre. Il y a des cerisiers au printemps plein de finesse et de contemplation dessinés par la même personne qui a jeté son désarroi en torturant des visages, leur infligeant des déformations grotesques ou en exagérant des traits, des mouvements.

        Le dessin de presse ou l’illustration empruntent de milliers de pistes. Les dessinateurs ont une latitude énorme et chacun pourra s’exprimer dans sa sphère sans s’opposer à d’autres. En clair des personnalités "soft" et délicates ne sont pas les ennemis d’artistes au tempérament volontiers plus provocateur.

        Avant de tenter de vous convaincre de quoi que ce soit, sachez que d’en avoir fréquenté peut me faire affirmer que souvent on est très surpris. Les dessins trash ou très violents peuvent être le fait de dessinateurs à l’opposé de l’humeur que leurs travaux véhiculent. Et vice versa. Il y a aussi des cas de personnes noires et hard qui produisent des choses tout aussi sombres.
        Tout est possible.

        Ce qui est choquant avec ce dessin de Willem n’est pas le fond de sa pensée ni le ton qu’il utilise ; ce qui provoque ce haut-le-coeur il me semble c’est que vous êtes tombée dessus par surprise. Votre site ActuaBD a pris un risque en le publiant. Non pas qu’il y aie là une forme d’ héroïsme mais il faut noter tout de même la vocation tout-public des visuels (habituellement ). mais en relatant cet acte de censure (autre débat concomitant)l’article pour être bien compris se devait d’exposer les faits de manière complète.

        Cette apparition a donc décuplé la véhémence. Si vous étiez dans une boutique, que la couverture d’un livre vous attirerait autant qu’elle vous repousse, vous sauriez à quoi vous en tenir. Ici , il y une projection "à froid" qui visiblement fait des dégâts.

        Pour terminer, sachez que je comprends votre réprobation. Autant on a le droit d’aimer , autant on a le droit de détester. En revanche ,vous ne pouvez pas reprocher à d’autres de goûter et apprécier ce genre de dessin. Là, vous montrez une intolérance qui n’est pas bienvenue. Détestez Willem tant que vous voudrez mais ne vous chamaillez pas avec ceux qui n’ont pas le même avis que vous sur la question.

        Quid de Reiser ? Tomi Ungerer ? Ces artistes multiformes eux aussi , les classez-vous aussi dans ce tiroir" choses à brûler" ?
        Vous ne les montreriez évidemment pas à vos enfants ou à vos parents, vous n’offririez pas un recueil à un ami, une amie pour son anniversaire, d’accord. Mais ne pensez-vous pas que parfois, le dessin, la peinture, la bande dessinée ou tout autre chose peuvent avoir d’autres vocations . Vous n’allez pas voir un seul genre de films, vous n’écoutez pas que de la musique douce .

        Il y a dans la presse française des supports qui ont rendu possible la publication des travaux de Willem. J’espère que vous ne trouvez pas ça désolant.Et surtout ne vous réjouissez pas de ce qui vient de se passer en Suisse. Même si on peut comprendre qu’un "fonctionnaire" zélé puisse mettre son veto craignant d’abord pour sa place à lui, on ne peut que s’alerter de voir poindre( et là c’est un peu le comble) des restrictions alors que ce dessin est publié dans un support qui a un parcours parfaitement balisé depuis belle lurette.

        Si on emprunte ces chemins dangereux, l’époque et le climat général poussent à la frilosité, on en arriverait bien vite à interdir bien des artistes en les taxant de perversité, d’atteinte à la morale . On aurait vite fait d’instaurer des limites, des garde-fous , des frontières. Et puis, pour se faciliter la tâche , comme d’autres censeurs l’ont fait à d’autres époques ,on baptiserait art généré tout ce qui ne va pas dans le sens de nos convictions, notre religion ou notre drapeau. Brrr !

        Il y a une poésie et une vision de l’humanité dans les idées de Willem (entre autres) qui ne sont pas "attendues", loin d’être consensuelles. J’y vois beaucoup plus de tendresse et de compassion que dans bien des créations à l’aspect plus politiquement correct.

        Répondre à ce message

        • Répondu par Jocelyn Jalette, QUébec le 11 février 2009 à  15:13 :

          Je ne pensais pas reparler de ce dessin, mais je comme le débat dérive vers la question de la droite et de la censure, je me sens obligé de préciser quelques petites choses :

          1) Je souligne que, malgré mon commentaire, il n’y a toujours que vous et moi (en passant êtes-vous l’auteur de Nathalie ?) qui signons nos vrais noms complets.

          2) Je suis de gauche et surtout pas Sarkoziste, Mais ça ne m’empêche pas de trouver de très mauvais goût ce dessin et, jamais je n’ai dit que j’étais d’accord avec la censure. Je reconnais le droit à ce dessin de paraître. La décision Suisse est bête car ce dessin paraît dans un journal pour public averti.

          3) Cependant, je crois que la gauche fait fausse route en brandissant la liberté d’expression pour justifier n’importe quelle cochonnerie. On perverti alors la liberté d’expression qui n’est pas faite pour diffamer les autres, mais essentiellement pour pouvoir critiquer le pouvoir en place sans être inquiété de ses opinions. Lorsque on pousse les limites inutilement, pour de la simple provoc’ , c’est là que l’on donne des arguments aux censeurs de la droite qui ne cherchent que des occasions pour imposer une censure. Le 11 septembre 2001, en est l’exemple, on s’en sert maintenant pour limiter nos libertés individuelles dans plusieurs domaines.

          4) Dernier point : ce dessin affreux avait-il à être reproduit sur internet sur un site accessible à tous ?

          Répondre à ce message

  • La Suisse censure L’Écho des Savanes
    7 février 2009 19:42, par florian

    Tous ces commentaires, ça me rappelle une citation de Bernard Shaw adressée à la sortie d’un concert de musique classique à une dame qui croyait malin de s’exclamer : "décidément, je n’aime pas du tout Beethoven". Il lui a répondu : "Mais madame, ce que vous dite n’a strictement aucun intérêt".

    Je le tiens d’un internaute sain d’esprit dans un autre forum.

    De Willem, je recommande : La Paix dans le Monde, L’Atalante, collection "Comme un accordéon", 2002.

    Répondre à ce message

    • Répondu par June le 8 février 2009 à  00:40 :

      J’ajouterais le 30x40 paru chez Futuropolis (canal historique) il y a déjà moultes années, démonstration flagrante du talent du bonhomme, qui n’a pas attendu un énième dessin dans un canard somme toute assez médiocre pour mettre l’homme le nez dans sa propre merde.
      Comment peut-on douter de sa bonne foi de virulent pourfendeur de notre bêtise crasse ? Ca serait fermer les yeux sur des décennies entières ou ce zozo n’aura eu de cesse de balancer du jus de citron sur nos rétines, dans nos cerveaux endoloris par cette même réelle pornographie permanente qu’on se coltine même lorsque l’on ne la demande pas.
      Vouloir pourfendre le vaillant soldat Willem est pathétique, crétin, et surtout, d’une tristesse absolue.
      Retournez vite vers Faizan !

      Répondre à ce message

  • La Suisse censure L’Écho des Savanes
    9 février 2009 08:51, par PPV

    Moi cela ne me surprend pas que Charlie Hebdo ou L’Echo des Savanes repoussent de plus en plus loin les limites de ce qui publiable et ce qui ne l’est pas. Cela participe au même phénomène que la multiplication des programmes de téléréalité : plus loin on va, plus on vend ! Et nul doute qu’un jour en prime time sur TF1 ou verra un concours de celle qui fera la plus belle fellation. Ce serait inédit, alors ben oui, pourquoi pas ? Et comme il est politiquement correct de se dire politiquement incorrect (Bruckner) pourquoi se gêner ?

    Répondre à ce message

    • Répondu par Fred Boot le 9 février 2009 à  14:17 :

      Les livres signés Willem ne sont pourtant pas des best-sellers, loin de là. Il ne manie pas le putassier ou le voyeurisme comme le prouvent certaines réactions de rejet. Ce n’est pas non plus un rebel à la petite semaine : il n’a pas attendu 2009 pour aller aussi loin. Enfin, bref, l’ignorance est un confort.

      Répondre à ce message

      • Répondu par asacem le 11 février 2009 à  13:59 :

        Ca fait trente ans que Willem fait ce type de dessin dans la grande presse française (Libération) et qu’il publie des recueils chez bon nombre d’éditeurs, petits et grands.

        Ce qui est inquiétant, c’est de voir remis en cause, voir conspué, un travail qui a depuis longtemps sa place et sa valeur dans le paysage graphique français.

        Je vois dans ces réactions, et dans cette censure, comme d’autres intervenants, une chute du baromètre de la tolérance à la représentation, mais peut-être que le "public" de ce site n’est pas celui de Libération, encore moins de l’Echo des Savanes.

        Quoiqu’il en soit, ne qualifions pas de "politiquement incorrect" le travail d’un auteur qui n’a jamais transigé quant à la crudité, et c’est tant mieux. Qu’il y ait une normalisation du politiquement incorrect ne justifie en rien un acte de censure.

        Répondre à ce message

  • La Suisse censure L’Écho des Savanes
    11 février 2009 12:36, par Flocon

    Hé n’exagérons rien, ce que propose willems n’est rien d’autres qu’une pratique sexuelle commune.
    Du moins par certaines minoriés sexuelles.
    Si cette image choque c’est uniquement parce que certaines personnes n’osent affronter leurs orientations profondes : "cachez ce sein que je ne saurais voir !"

    Répondre à ce message

  • La Suisse censure L’Écho des Savanes
    16 février 2009 17:07

    On ne voit absolument pas ce que ces excréments viennent faire là si ce n’est pas pallier au manque d’imagination de l’auteur. C’est stupide !
    On espére que l’affaire n’en restera pas là et que l’amende sera tellement lourde que le scatologue en sortira ruiné !

    Répondre à ce message

    • Répondu par LO le 16 février 2009 à  21:35 :

      Si on mettait à l’amende les réactions anonymes les plus débiles, le type qui s’est exprimé au dessus devrait peut-être réclamer un prêt à long terme à son banquier. Heureusement nous vivons encore dans des pays où la liberté d’expression est presque préservée. Plus généralement, un petit paquet de réactionnaires se sont exprimés ici, à moins qu’il ne s’agisse que d’un très petit nombre de personnes répétant à l’envie leurs propos fétides, comme des bon petits soldats. Signe des temps ?
      Un grand merci à Sergio Salma pour ses efforts pédagogiques.

      Répondre à ce message

      • Répondu par olivier le 17 février 2009 à  10:07 :

        Ce n’est pas parce que vous signez "LO" qu’on sait qui vous êtes. Pas d’Hypocrisie ! Vous aussi, vous êtes anonyme !

        Répondre à ce message

    • Répondu le 16 février 2009 à  22:38 :

      Mais la scatologie comme la coprophilie et l’ondinisme sont des pratiques érotiques extrèmement répandues, elles ont donc tout à fait leur place dans un sujet Saint Valentin, il est bien question d’amour et de complicité dans de telles pratiques.

      Répondre à ce message

      • Répondu par François Pincemi le 17 février 2009 à  11:23 :

        Je suppose qu’il faut lire le dernier post sur le mode ironique, car pour moi ces pratiques particulières (pour ne pas dire déviantes) ne sont le fait que d’une minorité. Qu’en pensent les féministes les moins aigries ?

        De plus, la Saint-Valentin est la fête des relations courtoises entre hommes et femmes, l’idéal pour permettre aux timides de déclarer la flamme qu’ils entretiennent parfois en secret au plus profond de leur coeur. Petit diner romantique aux chandelles, weekend à Venise ou à Bruges, les idées ne manquent pas pour cette circonstance annuelle !

        Nos amis allemands ont le Frauentag, survivance d’une tradition moyenageuse : ce jour là, les femmes ont tous les droits, et partent à la chasse au bel homme !! Et ceux ci n’ont pas le droit de refuser leurs avances !! Même les femmes mariées ont le droit d’avoir une aventure ce jour là, sans que cela puisse etre cause de divorce. Il serait temps d’étudier la mise en place de ce jour en France, dans le cadre de l’harmonisation européenne. Dommage que les technocrates de Bruxelles preferent étudier l’épaisseur de la tranche de saucisson made in Europa !!

        Répondre à ce message

        • Répondu par Flocon le 18 février 2009 à  12:45 :

          L’Homme (comme le femme) est un être sexué et n’en deplaise aux derniers tintinophiles la sexualité récréative fait partie de nos moeurs en tant qu’humain.
          Les "déviations" sexuelles ne sont condamnées que par certains bigots et il est tout à fait normal d’apprendre et d’expérimenter en matière sexuelle, ne fut ce que pour ne pas mourir idiot.
          C’est pourquoi je ne trouve rien de choquant deans cette illustration érotique.
          c’est l’expression naturelle de sentiments humains sexués.

          Répondre à ce message

  • La Suisse censure L’Écho des Savanes
    25 février 2009 16:06

    il faut arrêter ces délires ok c’est space mais pas de quoi en faire un fromage allons calmez vous et n’achetez plus cette revue si a chaque fois qu’un dessinateur doit s’expliquer ou si quelqu’un doit être choqué on le sai il faut pas s’étonner et la contrairement a ce que j’ai pu lire il s’agit pas de la liberté de la presse ou du fait d’avoir signé telle ou telle pétition il s’agit d’un pays la suisse qui a censuré avec du scotch ou carrément arraché la page, ah c’est sur que si en suisse on est un peut lent a la réaction et qu’on destine la revue aux goss alors la ya souci en effet c’est comme si en france on censuré tout et n’importe quoi QUE LES GENS QUI SONT OFFUSQUE SAUTE LA PAGE ET EVITE DE CE DECHAINER SUR CE GENRE DE FORUMS ET MEME MIEUX GARDER VOTRE ARGENT Longue Vie a L’echo des Savanes et a tout ce qui est crade

    Répondre à ce message

    • Répondu le 9 janvier 2011 à  15:05 :

      Presque un an apres je tombe sur cet article, etant un ancien lecteur de lecho des savannes je dois dire que ce dessein de Willem ma fait plutot marrer meme si il est, il faut le reconnaitre, bien "hardcore" :))
      Mais bon... il existe des "connards" (je ne parle pas des Suisses qui sont tres sympas) qui trouvent merveilleux de publier des caricatures offensantes envers les musulmans dans les journaux au nom "de la liberté d expression" mais qui trouvent normal d interdire le dessein de Willem parsqu il est "choquant". C navrant...
      Si ce dessein est "choquant" alors il faut aussi interdire les peintures de "Bacon" dans les musées peu etre... voir toute forme de provocation ?

      Répondre à ce message