Actualité

La bande dessinée au Salon du Livre : tension et énergie

Par Didier Pasamonik - L’Agence BD le 16 mars 2008                      Lien  
Affluence et énergie marquent la présence de la bande dessinée au Salon du Livre de Paris cette année. Les mangas, les labels indépendants, la bande dessinée populaire, les blogs de BD affichent la vigueur du Neuvième Art en France.
La bande dessinée au Salon du Livre : tension et énergie
Afrobul au Salon
Photo : D. Pasamonik (L’Agence BD)

La tension impulsée par la présence des invités israéliens au Salon a des répercutions positives finalement. Certes, l’entrée est bien plus laborieuse que les autres années (il faut passer par un détecteur de métaux et les sacs sont fouillés à l’entrée, on se croirait dans une grande surface de Tel Aviv !) et la RATP ajoute la panique à son incapacité à gérer les affluences pourtant prévisibles à la Porte de Versailles. Mais une fois entré dans l’enceinte, la magie du Salon opère et diffuse l’énergie.

On croise les Glucksmann père & fils venus donner des leçons d’histoire soixante-huitarde à Sarkozy, une attachée de presse qui vous tombe sur le râble pour vous donner mauvaise conscience (avec raison) parce que vous n’avez pas encore chroniqué son dernier poulain, Albert Algoud conversant avec Fabien Tillon dans l’espace Manga, Bocquet et Catel qui viennent de publier chez Casterman leur dernier titre-chorale Quatuor, et même Sergio Salma, le ludion du forum d’ActuaBD.com, venu de Sinn, près de Siegen (Allemagne), pour la circonstance.

Ce qui frappe, c’est d’abord la vitalité tapageuse de l’espace Manga –avec sa mini-scène des cosplays entourée de ses stands qui donnent à cette section du Salon des airs de Japan-Expo.

Cosplay au Salon du Livre. Une fantaisie qui détonne dans un univers en général un peu compassé.
Photo : D. Pasamonik (L’Agence BD)

C’est ensuite la belle visibilité des petits labels indépendants présents grâce au soutien de la Caisse d’Épargne. On y voit notamment Ego Comme X, Warum, Paquet, Çà & là, Cornélius, et même le label Afro-bulles. Les éditions Nocturne accueillent aussi bien le théoricien de l’« avant-garde soft » Igort que Jacques Ferrandez auteur chez cet éditeur d’un charmant opus sur Miles Davis. L’espace Escale BD où le directeur du magazine dBD Frédéric Bosser reçoit le biographe d’Hergé Philippe Goddin. Bosser peut être content, le dernier numéro de dBD vient d’être tiré à 100.000 exemplaires et donné gratuitement sur le Salon. Sacrée pub.

L’espace des labels indépendants au Salon
Photo : D. Pasamonik (L’Agence BD)

Le Salon continue encore aujourd’hui et dans les prochains jours. Les amateurs de BD ne devraient pas y perdre leur temps, comme en témoigne le programme. Du bon boulot.

Frédéric Bosser et Philippe Goddin à l’Escale BD
Photo : D. Pasamonik (L’Agence BD)

(par Didier Pasamonik - L’Agence BD)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

🛒 Acheter


Code EAN :

 
Participez à la discussion
2 Messages :
  • Le DBD du salon du livre — une resucée d’articles, et par ailleurs quelque peu truffé de fautes de français (voir l’édito) — a été tiré à 40 000 exemplaires, et non 100 000. Source : les responsables du Salon du livre, listing à la main.

    Répondre à ce message

    • Répondu par BFH le 17 mars 2008 à  09:42 :

      Une "resucée" dites-vous ? Seuls deux articles déjà parus dans dBD sont ici repris : l’excellente enquête de Virginie François sur L’Association (une première à ma connaissance), et un petit dossier évoquant les albums "très grand public" et l’actuelle mode des intégrales dynamisant les fonds historiques des catalogues de certains grands éditeurs. Quant au reste, personnellement, je trouve le sommaire copieux : une passionnante enquête sur le paysage éditorial du moment, des articles consacrés au roman graphique, au genre autobiographique, au métier de directeur de collection, à l’auto-édition, au syndicat des auteurs, au phénomène des blogs d’auteurs, au comics, au manga... un dossier consacré aux séries à auteurs multiples, une interview de Marc Lévy, une autre de l’éditeur Patrick Abry, une conversation croisée entre Boucq et Benjamin, etc... le tout fort bien illustré et présenté. Au final, un hors-série gratuit de 98 pages !
      Quant au tirage, de quel listing parlez-vous ?

      Répondre à ce message

CONTENUS SPONSORISÉS  
PAR Didier Pasamonik - L’Agence BD  
A LIRE AUSSI  
Actualité  
Derniers commentaires  
Abonnement ne pouvait pas être enregistré. Essayez à nouveau.
Abonnement newsletter confirmé.

Newsletter ActuaBD