Le Journal Tintin, le Prix Raymond Leblanc, le Québec, la Chine, l’Europe et un petit train... À Bruxelles, la BD est en fête !

  • À Bruxelles, on fait la fête à la BD du 2 au 4 septembre prochain, avec l'insolence du Manneken-Pis qui arrose, souriant et imperturbable, l'adversité terroriste. Le programme est riche, festif, grand public, sans prétention et célèbre le 9e art, de Belgique et d'ailleurs, dans toute sa diversité et son excellence. Un sacré week-end en perspective !

On croyait abattre le pays de Tintin, de Spirou et Bob & Bobette ? Non mais ! Créée en 2010, la Fête de la BD revient pour la sixième fois avec un programme incroyablement riche, donnant rendez-vous à l’Europe, au Québec, au Japon, à la Chine, et à bien d’autres contrées dans une ville qui se veut la capitale du rêve européen mais aussi d’un 9e art qui a toujours su tenir son rang dans l’excellence. Des bulles roses contre la sinistrose.

Fédératrice, rassembleuse, la Fête de la BD s’est installée dans le paysage des grands festivals de BD européens d’autant plus facilement que Bruxelles est une destination touristique et culturelle prisée avec un parc hôtelier adapté à équidistance entre Paris, Londres, Amsterdam et Cologne, avec de la bière, des moules et des frites au menu !

Désormais, le Parc de Bruxelles qui hébergeait l’événement devenant trop petit, une grosse partie des manifestations se fait dans toute la ville avec, en point d’orgue une " Balloon’s Day Parade " qui, certes, doit faire bisquer ceux qui pensent que "cela ne fait pas avancer le médium" mais qui a l’avantage d’installer dans les médias des héros reconnus par tous, une mythologie populaire qui, à l’instar des super-héros américains, a aussi sa dimension identitaire.

Vive la BD québécoise libre !

C’est d’ailleurs en raison de cette forte identité que, après Taïwan et la Turquie, le Québec est l’invité d’honneur de cette édition avec, à la clé, des dédicaces, des rencontres, des expositions, des conférences et des animations notamment dédiées à la jeunesse que nous ne manquerons pas de vous relayer puisqu’ActuaBD est associé à certains débats.

Avec Delaf & Dubuc (Les Nombrils) en tête de gondole, mais aussi avec une vingtaine d’auteurs-phares dans des registres très différents, dont Michel Rabagliati, Zviane, Maxim Cyr, Freg & Makina et François Miville-Deschênes, représentant une quinzaine de maisons d’édition québécoises, c’est toute la diversité de la création de la Belle Province qui fera face au face au Palais Royal de Bruxelles.

Le Journal Tintin, le Prix Raymond Leblanc, le Québec, la Chine, l'Europe et un petit train... À Bruxelles, la BD est en fête !
Le Québec est l’invité d’honneur 2016
VisitBrussels

En complément, la "BDQ" (bande dessinée québécoise) offrira aussi au public, dans l’enceinte du festival, une exposition « 25 moments importants de la BD québécoise » qui fera découvrir un 9e art local qui remonte au début du XXe siècle tandis qu’à la Cinematek (Cinémathèque royale de Belgique), on pourra assister à la projection du film Paul à Québec, précédé d’une rencontre avec Michel Rabagliati.

Une programmation résolument internationale

"Quand la Chine s’éveillera, le monde tremblera" prophétisait Napoléon. Tant qu’il tremble d’admiration devant les œuvres exposées tout ira bien. Et c’est tout éveillée que la Chine fait acte de présence avec des "drawing shows" d’auteurs de la nouvelle génération, avec des dessins animés du cru accompagnés de leurs créateurs et deux expositions cornaquées par le Hong Kong Arts Centre.

Après les manwhas et autre Lian Huan Hua, c’est au tour des fumetti italiens de faire monstrance dans une grand expo conduite par le festival Comics & Game de Lucca, le plus vieux festival de BD d’Europe (1965, dix ans avant Angoulême) mais aussi l’un des plus fréquentés, lequel organisera aussi un spectacle vivant au cours duquel deux artistes s’affronteront en public. Les auteurs invités sont Mirka Andolfo (Contro Natura, Bombshells) et Riccardo Pieruccini (Prussiens vs Aliens).

Après les Manwhas, les Lian Huan Hua et les Fumetti, les Manhuas de la Corée du Sud seront présents avec Kim Keum Suk (Le Chant de mon père chez Sarbacane), qui réalisera lui aussi une performance graphique. Là encore, une exposition montrera le travail de leurs auteurs.

Quels mots utilisent pour la bande dessinée la Tunisie, présente à travers le Collectif Lab619, un collectif indépendant et autogéré de bande dessinée expérimentale, également présent ; Cuba qui présente une exposition dont le but est "l’initiation d’une rencontre entre la BD algérienne, bruxelloise et cubaine" ; la République tchèque qui vient faire acte de présence au travers de ses trois maisons d’édition (Meander, Baobab et Lidu) et une brochette d’auteurs qui proposeront ateliers, dédicaces et rencontres ou encore, dans les différents idiomes de l’EUNIC, l’Union Européenne des Instituts Culturels nationaux travaillant à la promotion de leur culture à l’étranger : l’Estonie, la Hongrie, la Pologne, le Portugal, le Pays basque, la Roumanie et la Turquie qui se réunissent pour promouvoir la bande dessinée européenne ? Ce sera l’occasion de le demander à chacun de la vingtaine d’artistes présents originaires de ces pays.

La « bonne » BD franco-belge

70 ans obligent, c’est le Lombard qui se taille la part du lion avec un espace de 300m² qui lui est dédié. Et derrière les piles d’albums, Andreas, Dimitri Armand, François Boucq, Clarke, Cosey, Bob De Groot, Derib, Erroc, Godi, Olivier Grenson, Mateo Guerrero, Thomas Legrain, François Miville-Deschênes, Nix, Raives, Michel Rodrigue, Turk, Roman Surzhenko, Judith Vanistendael, Warnauts, Zidrou et d’autres. Le gratin du journal Tintin ! Le Prix Leblanc et la grand fête réunissant tous les auteurs de la maison ponctueront également leur présence qui coïncide aux 30 ans du groupe Media-Participations.

Le Festival Spirou revient pour la 3e fois avec, aux côtés des Canadiens Delaf et Dubuc, une quarantaine d’auteurs dont Yoann, Zidrou, Feroumont, Kox, Dodier, Janry, Matthieu Reynès, Bercovici, qui participeront à des dizaines d’animations aux couleurs du groom, dont le deuxième numéro de la revue, Groom, sort pour l’occasion.

Dargaud qui célèbre également les 70 ans de Lucky Luke sera également de la fête avec les auteurs Vanyda, Matteo, Jordi Lafebre, Roger Ibanez, Nicolas de Hitori, Damien Vidal, Jérémie Royer, Beka, Crip, Joan Urgell, Aimée de Jongh.

Anniversaire pour anniversaire, les Éditions P’tit Louis soufflent quant à elles leurs 25 bougies avec leur best-seller « Les Aventures de Vick et Vicky », mais aussi les albums de Malo Louarn comme les séries de Dupaxon et Rona.

Les éditeurs néo-bordelais Cornélius et Les Requins Marteaux font également bonne figure, ces derniers venant en force accompagnés de Winshluss, Cizo, Felder, Bouzard, Willem, Moolinex, Morvandiau, Anouck Ricard, Morgan Navarro, Nine Antico, Bastien Vivès, Aude Picault, Hugues Micol, Guerse et Pichelin, Khattou... Le must !

S’ajouteront, dans un joyeux désordre aussi bien le label participatif Sandawe, que le héraut de la BD d’avant-garde franco-belge Fremok, que les grandes maisons d’édition Glénat, Delcourt, Panini, Urban, Kana, Joker, BDMust, Paquet, Kennes et bien d’autres.

Soit quelques centaines d’auteurs au total ! Ajoutons à cela un petit train qui relie tous les événements et les lieux BD de la capitale belge : Centre Belge de la BD, Moof, les fresques BD, etc. De quoi bien occuper son week-end ! Comment, à considérer ce programme, ne pas conclure que le Festival de BD de Bruxelles est devenu un incontournable rendez-vous de la rentrée BD ?

LE PROGRAMME DÉTAILLÉ

(par Didier Pasamonik (L’Agence BD))

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.