« Les Indes fourbes » d’Alain Ayroles et Juanjo Guarnido (Delcourt) Prix Landerneau 2019

26 novembre 2019 6 commentaires
  • Hier soir a été remis le prix Landerneau des Espaces Culturels E. Leclerc. Il est revenu aux "Indes fourbes", un album paru fin août qu’ActuaBD avait qualifié de « chef d’œuvre » et qui figure aussi dans la sélection officielle du Festival d’Angoulême.
« Les Indes fourbes » d'Alain Ayroles et Juanjo Guarnido (Delcourt) Prix Landerneau 2019
« Les Indes fourbes » d’Alain Ayroles et Juanjo Guarnido (Delcourt)

« "Les Indes fourbes", déclare Régis Loisel, président de ce jury 2019 composé pour l’essentiel de votants issus des 1180 libraires des 220 Espaces Culturels E. Leclerc présents dans 50 villes en France, représente l’alliance extraordinaire de la truculence du récit d’Alain Ayroles et de la flamboyance du dessin de Juanjo Guarnido, ce qui fait le bonheur du lecteur. Une véritable prouesse graphique ! »

Le prix profite aussi d’une dotation de 6 000 €, d’une campagne de publicité dans la presse et d’une mise en avant dans l’ensemble des points de vente de l’enseigne.

Une véritable prouesse éditoriale aussi car, selon le témoignage de l’éditeur Guy Delcourt présent hier lors de la cérémonie, « le contrat a été signé en 2012 ». L’album qui devait compter environ 80 pages a aussi « explosé » jusqu’à 160 pages et fait l’objet d’une édition particulièrement soignée.

Alain Ayroles, Guy Delcourt et Michel-Edouard Leclerc, hier soir.
Photo : D. Pasamonik (L’Agence BD)

Rares aussi sont les albums qui suscitent d’entrée un aussi grand succès critique : « C’est un classique ! » s’est écrié hier soir Michel-Edouard Leclerc quand il rencontra Alain Ayroles, le scénariste de Garulfo et de De cape et de crocs (Delcourt).

De son côté, notre vénéré rédacteur en chef, Charles-Louis Detournay, n’avait pas nom plus mâché sa plume (ou son clavier) : « Il faut être bien retors pour trouver quelques défauts dans ce récit captivant à l’intrigue ultra-construite. Et même si la perfection est inatteignable par essence, soyons honnêtes, Les Indes fourbes s’en approchent de très près. Plus qu’un coup de cœur de l’année, cette réussite marquera sans aucun doute le neuvième art de son empreinte, se signalant d’ores et déjà comme l’un des meilleurs albums de la BD franco-belge (et espagnole !) classique de la décade.  »

Le jury du Prix Landerneau avait peut-être lu sa chronique…

(par Didier Pasamonik (L’Agence BD))

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Commander cet album:
BDfugue FNAC Amazon

 
Participez à la discussion
6 Messages :
  • Ça s’appelle "voler au secours du succès"...
    Et ça (re)pose la question de l’utilité d’un prix littéraire. On pourrait aussi imaginer que son rôle soit de signaler au public un livre digne d’intérêt au destin jusque là trop discret.
    Ce qui est loin d’être le cas de ce livre (par ailleurs très bien foutu).

    Répondre à ce message

    • Répondu par Henri Khanan le 26 novembre à  19:42 :

      Ils n’ont quand même pas attribué le prix au dernier Astérix, Titeuf ou Largo Winch. Oui, les Indes Fourbes a été en tête des ventes plusieurs semaines, et c’est justifié, au vu de la qualité de l’ouvrage et du temps passé par son dessinateur dessus (trois ans), sans parler du rapport qualité-prix. Les Espaces culturels Leclerc sont en phase avec la réalité des ventes dans leurs rayons, l’album a recueilli d’excellentes critiques, mais c’est un one-shot, je crois. Et je le vois mal triompher à Angoulême fin janvier, même s’il est dans la fameuse liste. Guarnido a trop de succès dans sa carrière, c’est très bien dessiné et pas assez moderne ! Et déjà trop bien vendu !

      Répondre à ce message

      • Répondu par Kyle William le 26 novembre à  22:40 :

        C’est plutôt rapide 3 ans pour un travail aussi laborieux. Avec l’essort du roman graphique, beaucoup de dessinateurs passent 3 ans sur un livre. C’est une des causes de leur précarisation.

        Répondre à ce message

      • Répondu par Capitaine Kérosène le 27 novembre à  09:38 :

        Dans votre conception d’un succès mérité (tête des ventes, temps passé et rapport qualité-prix), vous avez oublié marketing et buzz savamment entretenu.
        Pour ma part, je n’ai même pas pu terminer ce livre.

        Répondre à ce message

    • Répondu par Henri Khanan le 26 novembre à  19:44 :

      Vous trouverez sans doute votre bonheur dans le Grand Prix de la Critique ’ACBD. Là, peu de bestsellers à ma connaissance, oui ce sont sans doute des titres qui méritent d’étre encouragés....

      Répondre à ce message

      • Répondu par michael le 27 novembre à  19:17 :

        Regardez la liste des nominées de l’ACBD vous trouverez les Indes Fourbes. Et certains des nominés des Espaces Culturel vous en trouvez aussi dans la liste de l’ACBD.

        Répondre à ce message