Les Voies du Seigneur – T1 : 1066, Hastings – Par David, Lassablière & Calderón – Soleil

1er mai 2009 0
  • Basé sur un concept de quatre albums pour quatre époques différentes, ce premier volet des {Voies du Seigneur} augure d'une des meilleures séries historico-fantastiques du moment. À lire absolument!

Édouard, dit le Confesseur, roi d’Angleterre, vient de succomber sans héritier. Mais avant de trépasser, il eut le temps de se choisir pour successeur son neveu Guillaume, duc de Normandie, région dans laquelle l’ancien régent avait passé une grande partie de sa vie et pour laquelle il avait développé une affection toute particulière. Pourtant, de l’autre côté de la Manche, le Witan, assemblée des nobles, n’entend pas se laisser diriger par un bâtard normand et élit pour roi Harold Godwinson, duc de Wessex. À la tête de ses armées, Guillaume va donc partir à la conquête de ce qui devait lui revenir de droit.

C’est de là que part la première trame des Voies du Seigneur, Odon de Bayeux, demi-frère de Guillaume, est incité à ralentir le débarquement des troupes du duc de Normandie par un membre influent du clergé. Le but est de permettre au roi d’Angleterre de vaincre les vikings d’Hardrada, alliés de son frère, et de s’emparer d’un parchemin qui intéresse la toute-puissante Église de Rome. L’idée, étant que Guillaume vaincrait par la suite plus facilement les troupes affaiblies d’Harold et qu’ensuite Odon mettrait à son tour la main sur le précieux document. Un plan présomptueux et complexe, dont le dernier acte se jouera à Hastings.

Inspiré de faits historiques solides et clairement résumés au début de l’album, le récit du duo d’auteurs Fabrice David [1] et Grégory Lassablière ne se résume pas pour autant à une simple retranscription des évènements autour de cette célèbre bataille d’Hastings. Au contraire les deux hommes y rajoutent toute une part bienvenue de complots et de mystères, voire même de surnaturel avec l’utilisation par Odon d’une huile miraculeuse destinée à ralentir le débarquement de son frère en Angleterre. Ils se sont appliqués aussi à retranscrire une image concrète et solide des deux personnages au centre de cet album : Guillaume et Odon de Bayeux. Le premier apparaît comme un homme cruel et fourbe, mais excellent tacticien militaire, alors que son frère prend l’image ternie d’un homme d’église pêcheur et manipulable.

Les Voies du Seigneur – T1 : 1066, Hastings – Par David, Lassablière & Calderón – Soleil

Du côté du dessin, On retrouve dans les planches de Jaime Calderon un souci et une précision du détail hallucinant, rappelant celles de Jean-Yves Mitton dans l’excellente série Vae Victis. Aidé par un trait précis et agréable, Ces scènes de bataille sont d’une beauté et d’une efficacité impressionnantes. Une qualité graphique à souligner et à valoriser pour ce jeune auteur espagnol, dont c’est le premier album à paraître en France.

Certainement le meilleur des premiers tomes parus chez les éditions Soleil depuis le début de l’année, cette série est à découvrir absolument et cela que vous soyez ou non un fervent amateur d’histoire.

(par Olivier Wurlod)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Commander cet album sur Internet

[1le scénariste de Servitude

  Un commentaire ?