March comes in like a lion T7 & T8 - Par Chica Umino - Kana

31 mars 2018 0 commentaire
  • Entre de magnifiques portraits de personnages et la conclusion de l’arc narratif des brimades scolaires, Chica Umino signe de nouveau des tomes denses, éprouvants et émouvants, entre lumière et ombre, qui confirment la dimension exceptionnelle du titre.
March comes in like a lion T7 & T8 - Par Chica Umino - Kana

Cette nouvelle session débute par le portrait de Junkei, celui qui a battu Harunobu et qui fut ensuite vaincu par Rei en finale. Nous découvrons un gars au fond gentil mais qui broie du noir depuis qu’il a atteint un seuil (5e dan) qu’il n’arrive pas à dépasser. En plus du shôgi, il élève des pigeons, et le voir travailler ainsi, avec l’histoire de son pigeon favori disparu, se révèle très touchant. Un beau portrait comme sait si bien les faire Chica Umino.

Après un chapitre léger au restaurant avec Rei accompagné des trois sœurs Kawamoto, sans oublier le grand-père, nous continuons sur le shôgi avec la finale d’un tournoi auquel accède Shimada... au grand désespoir du Président ! En effet Shimada va affronter Sakutarou... pour une finale avec deux vieux croulants ! Autant dire que l’affiche ne fait pas rêver et ne va pas attirer les sponsors. C’est pourquoi le Président décide d’organiser une rencontre spéciale entre Rei, nouveau Roi des Jeunes Talents, et Sôya ! Un développement inattendu, histoire d’attirer les sponsors et renflouer un peu les caisses !

© 2008 Chica Umino / HAKUSENSHA

Nous revenons ensuite sur l’intrigue de Hina avec enfin son dénouement ! L’enchaînement s’avère étonnamment fluide et naturel, alors que le récit apparaît soudainement très rapide et qu’au fond, l’évolution ne vient pas de l’action de Hina mais du corps enseignant qui se réveille "enfin". En effet tout part de la professeure principale de Hina qui fait une dépression. La classe est alors reprise par un professeur qui a l’expérience des brimades. Toute la séquence est étonnante et très émouvante, avec un épilogue bouleversant mettant en scène Chiho, l’amie de Hina, jadis persécutée. Chica Umino fait une nouvelle fois preuve d’un travail sidérant de simplicité et de justesse sur un propos pourtant très difficile.

L’arc des brimades clos, suit une mise en lumière de deux joueurs de shôgi restés un peu dans l’ombre jusqu’à présent, mais pour des raisons bien différentes : Sôya, le Meijin (titre le plus élevé du shôgi) et Sakutarou, le joueur de rang A le plus âgé (66 ans).

Le match entre Rei et Sôya fut très intéressant mais il est rapidement passé sous ellipse pour nous proposer quelque chose de franchement inattendu : les deux joueurs rentrent par le même train mais ce dernier s’arrête en route dans une gare à cause d’un typhon.

© 2008 Chica Umino / HAKUSENSHA

Une courte soirée sous la pluie qui semble précipiter Rei dans un rêve éveillé, suivi tout le long par une sorte de dieu silencieux en la personne de Sôya, dont le secret est finalement révélé au lecteur, expliquant son comportement étrange, ses réponses génériques, parfois décalées, aux journalistes, bref tout.

Une séquence étonnante joignant le merveilleux à la réalité la plus banale. Un tour de force narratif de la part de Chica Umino qui réussit à rendre son personnage de « Dieu du Shôgi » encore plus pénétrant même une fois ses secrets dévoilés.

Et c’est presque sans transition que s’enchaîne le match pour un titre prestigieux entre Sakutarou et Shimada, le match des vieux ! Le premier a déjà remporté ce tournoi quatorze fois tandis que pour le second il s’agit du premier titre qu’il a la possibilité de décrocher.

© 2008 Chica Umino / HAKUSENSHA

Le focus apporté sur Saku grâce à une mise en images magnifiques permet de ressentir le poids de l’âge, le fait qu’il soit le dernier « survivant » de son époque, bref tout ce que représente pour Saku le fait de refuser la retraite. Chica Umino signe une autre très belle séquence, entre émotion, symbolisme et suspense : jusqu’au bout difficile de savoir qui l’emportera !

Nous terminons sur les sœurs Kawamoto avec un cours sur la préparation de Dango en vue d’un festival et mais surtout sur une visite à Chiho, à la ferme. Une visite douce-amère car elle met en évidence que le chemin de guérison de la jeune fille est encore long. Le festival nocturne quant à lui permet de terminer sur une note plus joyeuse, porteuse d’espoir.

© 2008 Chica Umino / HAKUSENSHA

(par Guillaume Boutet)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Commander cet album:
BDfugue FNAC Amazon

March comes in like a lion T7 & T8. Par Chica Umino. Traduction Misato Raillard. Kana, collection "Big Kana". Sortie le 8 décembre 2017 & le 16 mars 2018. 176 pages & 184 pages. 7,45 euros.

Commander le tome 7 chez Amazon ou à la FNAC

Commander le tome 8 chez Amazon ou à la FNAC

March comes in like a lion sur ActuaBD :
- Lire la chronique des tomes 1 & 2,
- Lire la chronique des tomes 3 & 4,
- Lire la chronique des tomes 5 & 6.

Chica Umino sur ActuaBD :
- Lire la chronique du tome 10 de Honey and clover

  Un commentaire ?