Marny - T1 : Ma belle-mère, qu’elle se casse ! - Par Laffont et Herval - Hugo BD

14 septembre 2009 3 commentaires
  • Bien sûr, je vois déjà les boucliers qui se lèvent. Comment ? Axelle Laffont au scénario ? Encore une "people" qui s'essaye à la BD. Passe-droit, opération marketing, BD kleenex, mais à quoi va-t-on avoir affaire cette fois ? Réponse dans cette chronique.

En y regardant de plus près, pas étonnant qu’Axelle Laffont se trouve propulsée scénariste de bande dessinée. La politique éditoriale d’Hugo BD, dirigée par Jean-Baptiste Gilou, ancien directeur de collection chez Glénat et directeur général des Humanoïdes Associés, est justement d’ouvrir le secteur à des personnalités qui ont déjà une certaine notoriété... ailleurs. L’éditeur a ainsi déjà fait appel à Eve Angeli pour La revanche des blondes, et à Abdelatif Benazzi et Serge Simon, ancien rugbymen, pour Le rugby des barbares. Contrairement à ces derniers, Axelle Laffont n’est pas novice en écriture puisque c’est une partie de son activité (mais méfiance, c’était aussi le cas de Jean-Jacques Beineix chez Glénat et on connaît le résultat...). Ceci étant dit, qu’en est-il de son travail sur cet album ?

Marny est une adolescente d’une quinzaine d’années dont les parents sont séparés. Elle vit chez son père, en bonne entente avec lui. Sauf qu’il a décidé de refaire sa vie avec Astrid, une productrice dans l’audiovisuel. Bien qu’elle ait tout pour plaire, Marny ne la supporte pas. Le seul défaut qu’elle lui trouve est rédhibitoire : elle va prendre la place de sa mère à la maison. À travers cette intrigue somme toute très classique, Axelle Laffont fait évoluer la jeune Marny entre un père un peu dépassé par les évènements, Liv la meilleure copine et Paul le cousin un peu plus âgé. Clairement ciblé pour les adolescentes, Marny se lit agréablement, sans toutefois posséder ce petit grain de folie qui fait de Lou par exemple une série à part. Le dessin de Herval est à l’avenant, très bien maîtrisé, mais un peu sage.

Marny - T1 : Ma belle-mère, qu'elle se casse ! - Par Laffont et Herval - Hugo BD
Page 44
(c) Laffont - Herval - Hugo BD


Finalement, le défaut principal de l’album tient dans la couverture qui annonce plutôt un scénario placé sous le signe du gag. En réalité, Marny est une histoire plus tendre que comique, et le lecteur reste à tort un peu sur sa faim. Malgré cela, Axelle Laffont réussit son examen de passage avec le premier tome de cette série girly qui devrait plaire aux jeunes ados. Maintenant qu’elle a fait la preuve qu’elle sait construire une histoire, on n’a plus qu’à lui souhaiter de se lâcher un peu plus sur le suivant pour donner à Marny le souffle qui lui manque.

(par Thierry Lemaire)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

 
Participez à la discussion
3 Messages :