Marsault au top des ventes sur le stand Amazon à Livre-Paris

23 mars 2019 32 commentaires
  • La librairie en ligne est présente depuis 2012 à l’événement de la Porte de Versailles, mais cette année, son stand coincé entre Gallimard et le Livre de Poche a fait grincer des dents, d’autant que certains ouvrages promus sur celui-ci représentent « une certaine littérature » pas toujours fréquentable.

Notre confrère Actualitté n’a pas manqué d’ironiser en publiant sur son compte Instagram une perspective parlante où le stand de plus en plus grand du libraire en ligne s’insère entre celui du groupe Gallimard-Casterman-Flammarion et celui du Livre de Poche du groupe Hachette. Il en rajoute en publiant un article incisif où la présence d’Amazon à Livre-Paris est considérée « comme une capitulation ».

Marsault au top des ventes sur le stand Amazon à Livre-Paris
Amazon à Livre-Paris
Capture d’écran de l’Instagram d’Actualitté.com

Cette proximité a, paraît-il, mis en colère l’éditeur germano-pratin. Il faut dire que la présence d’Amazon sur le marché croît d’année en année atteignant, selon Booksquad citant une étude, 50% des ventes en ligne de livres lesquelles sont favorisées par une augmentation exponentielle des nouveautés (près de 5000 dans la BD, le livre en comptant près de 60 000) car aucun libraire ne peut en permanence conserver un tel stock alors qu’Amazon le peut.

Nous tomberons d’autant moins dans la critique facile du géant américain qu’il figure parmi les librairies où nous renvoyons nos lecteurs, considérant que pour ceux d’entre eux qui habitent des régions éloignées, Amazon est l’une des rares plateformes capables de leur rendre ce service.

Là où nous sommes interloqués, c’est en visitant le stand d’Amazon à Livre-Paris et en tombant sur l’affichage de leur « Top des ventes ». À la première place du podium, le dessinateur Marsault qui avait défrayé la chronique (notamment judiciaire) par une « non-expo » en septembre dernier, un auteur « tricard » chez bon nombre de libraires et de festivals, connu pour sa vulgarité et ses positions extrêmes, ce dessinateur coiffe au poteau Les Enfants de la Résistance de Ers & Dugomier (Le Lombard), Moi ce que j’aime c’est les monstres de la multi-primée Emil Ferris (Monsieur Toussaint-Louverture), ou encore les mangas Dragon Ball d’Akira Toriyama (Glénat) et La Magie du rangement de Marie Kondo chez Kurokawa...

Marsault, N°1 sur le stand Amazon à Livre-Paris
Photo : D. Pasamonik (L’Agence BD)

Cela pose question, car outre le fait qu’Amazon est déjà réputée pour être, selon Le Figaro un repaire de littératures conspirationnistes, c’est en réalité un algorithme qui est à l’origine de cet accessit : « Toutes les plateformes qui ont à gérer des contenus (livres, films, photos), écrit Le Figaro, utilisent des algorithmes pour faire le tri, les mettre en avant ou au contraire les censurer. Sauf que les plateformes refusent souvent de reconnaître ce manque de neutralité en prétendant qu’il ne s’agit que de « tri automatique ». Elles refusent aussi d’en rendre compte à travers la transparence des algorithmes. »

Et peut-être est-ce son exclusion chez certains libraires qui pousse de facto ses lecteurs à acheter chez le libraire en ligne boostant une audience qui favorise encore davantage son exposition par ce « tri automatique » qui l’a mis en a mis en avant à Livre-Paris. Voilà qui donne encore de l’eau au moulin de ceux qui considèrent que les GAFAM constituent un danger pour la démocratie.

(par Didier Pasamonik (L’Agence BD))

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

 
Participez à la discussion
32 Messages :
  • Sur votre site, lorsque vous présentez un album, en bas de votre article, on peut cliquer pour acheter cet ouvrage sur BDFUGUE, FNAC ou AMAZON.
    En opérant de la sorte, vous collaborez au libertarianisme franchement dangereux pour les démocraties de Jeff Bezos.

    D’autre part, avec ce présent article, vous faites de la publicité pour Marsault et ses idées plus que nauséabondes.

    Répondre à ce message

    • Répondu par Didier Pasamonik (L’Agence BD) le 24 mars à  18:21 :

      La pensée niaise, ça existe, et vous êtes en plein dedans.

      Oui, on envoie un lien sur Amazon, on a remarqué. Mais aussi sur la Fnac et BDFugue. Tous vendent Marsault et son dessin élégant comme un rot de Kronenbourg. Ce sont aussi des libertariens ?

      Nous informons nos lecteurs de cette situation car ça en dit beaucoup sur la marche du monde. Vous avez conscience qu’avec vos commentaires, vous faites de la pub pour Marsault ?

      Répondre à ce message

  • Ouai je oublie anonymement vous seriez capable de porter plainte.
    Mais quelle honte de voir un tel article ! Marsault au moins ne ferme pas les yeux quand il dessine ! Lecture peu fréquentable ? Laissez moi rire, y a que la vérité qui vous fâché chez ActuaBD. Allez chougner ailleurs, la censure est l ennemie de la démocratie ! Et ne vous en déplaise s il est en top des ventes c est qu une majorité de personnes appréciés ses œuvres, et ça ça vous fait chier vu les bouquins que vous mettez en avant type mec du PCF, qui a créer la ruine de la France ces 40 dernières années. Allez les donneurs de leçons, on vous en veut pas, plus vous détester Marsault, plus il vend, donc continuer !

    Répondre à ce message

    • Répondu par Didier Pasamonik (L’Agence BD) le 24 mars à  18:26 :

      Ils sont mignons les fanboys petits roquets ! Un dessin d’Edmond Baudoin ("le type du PCF" comme vous dites) a cent fois plus de talent, de sensibilité, d’intelligence et d’humanisme que la collection complète de votre provocateur à deux balles. Quand je vois ses dessins, je pense au contraire qu’il les ferme, ses yeux.

      Répondre à ce message

  • La libération de la pensée bien ordonnée et supervisée semble vous effrayer, en effet, à quoi devons-nous nous attendre à l’avenir ?

    Quel honte si l’humanité avait la possibilité de consommer ce qu’elle désire sans passer par le filtre de la bienveillante et abrutissante bienseillance...

    Algorithme, manipulation... sérieusement ? On manipulerait des chiffres de ventes pour que le monde entier se voit manipulé par des dessins d’un simple trublion tant humoristique qu’ironique ?

    Pathétique...

    Répondre à ce message

  • Les GAFAM ? Quesaco please ?

    Répondre à ce message

    • Répondu par Didier Pasamonik (L’Agence BD) le 24 mars à  18:28 :

      Faites un coup de Google, please. Vous serez en plein dedans.

      Répondre à ce message

    • Répondu par MatthieuV le 27 mars à  14:47 :

      GAFAM est l’acronyme des géants du Web — Google, Apple, Facebook, Amazon et Microsoft

      Répondre à ce message

  • Mais c est vraiment n importe quoi cet article. Je suis un grand lecteur de bd et marsault est vraiment un super auteur et un super artiste. Alors remballer votre stagiaire islamogauchiste et ouvrez une bonne bd avec un bonne biere. Breum à vous.

    Répondre à ce message

  • Si marsault est premier c’est peut-être pas qu’à cause d’un algorithme, mais juste le fait que les lecteurs l’aiment et achètent. On est pas tous des sjw et il faudrait l’accepter.

    Répondre à ce message

  • Ca ne vous a pas effleuré l’esprit que cette premiere place est méritée.
    Du talent, de la provoc, du mauvais goût comme on aime.
    Un auteur qui nous fait marrer tout simplement.

    Répondre à ce message

    • Répondu par Pascal Kholer le 23 mars à  22:47 :

      Peut-être au top des ventes chez amazon et pas chez Livres-hebdo (ni chez Canal-BD), parce que beaucoup de libraires BD (surtout les bons !) ne proposent pas ce type de livre (ou du moins ne le mettent pas en avant. Est ce vraiment de la BD ? Bof..plutôt du dessin d’humour, non ?).
      Si oui, il y a beaucoup de livres plus sympas sur le fond (mais certains aiment, ...) comme dans la forme (du mauvais sous-Gotlib). Donc il peut y avoir sur-représentativité chez amazon.
      De plus, en admettant que cet auteur intéresse des gens (après tout, pourquoi pas, Marine Le Pen était au second tour des dernières élections présidentielles), certains ou certaines de ses sympathisants doivent l’avoir honteuse. Donc plutôt que d’acheter ce livre en librairie physique (au risque de se faire mal voir par le libraire et ses collaborateurs), ils préfèrent l’acheter sur le net, en total anonymat ! Je peux comprendre, je préfère aussi l’achat de DVD pornos envoyés sous pli discret plutôt que d’aller trainer dans les quartiers des sex-shops bien glauques ! J’aurais peur de me faire voir par ma boulangère ou mon banquier !

      Répondre à ce message

  • Les personnes les plus dangereuses pour la démocratie sont celles qui ont la prétention de dicter ce qui doit être lu ou pensé. Que vous soyez choqué par un artiste mais pas par vos propos est incroyable. Qui plus est personne a un pistolet sur la tempe pour acheter ses œuvres ! Laissez nous en paix tyrans en puissance

    Répondre à ce message

    • Répondu par Didier Pasamonik (L’Agence BD) le 24 mars à  18:31 :

      Les personnes les plus dangereuses pour la démocratie sont les ignorants.

      Répondre à ce message

      • Répondu le 25 mars à  19:34 :

        Et les ignorants sont aussi les plus nombreux. La démocratie (démos grec) est dangereuse quand elle verse dans le populisme (populus latin).

        Répondre à ce message

  • Merci
    24 mars 01:39, par François

    Merci pour cet article salutaire. Ces entreprises algorythmées n’ont que faire de promouvoir ce type de contenu d’une médiocrité immense. Triste époque.

    Répondre à ce message

    • Répondu par jfchanson le 24 mars à  09:13 :

      L’explication est que les acheteurs n’osent pas aller l’acheter chez le libraire du coin pour ne pas passer pour des fachos et se rabattent sur internet pour se le procurer. Même phénomène avec les BD de Q.

      Répondre à ce message

      • Répondu par Henri Khanan le 24 mars à  18:37 :

        Bien sûr ! Après l’arrivée de la meute des wikephiles, celle des grands admirateurs du talent oublié de la BD !! Comme tout cela est naturel ! Quelqu’un sur actuabd est il ami avec Marsot sur FB, si oui, peut il vérifier s’il n’a pas donné de consignes au sujet de cet article ?

        Répondre à ce message

  • Marsault au top des ventes sur le stand Amazon à Livre-Paris
    25 mars 07:58, par L’homme qui venait du froid

    "Et peut-être est-ce son exclusion chez certains libraires..."
    Dans mon bled de l’est de la France, ses livres sont présents et même parfois très exposés, à la Fnac et à l’espace culturel de Leclerc. J’ignore ce qu’il faut en déduire. Ces librairies suivent-elles un phénomène initié par Amazon, ou est-ce simplement un reflet de la réalité du marché ?

    Répondre à ce message

    • Répondu par Didier Pasamonik (L’Agence BD) le 25 mars à  08:09 :

      Il ne semble pas apparaître dans les chiffres GfK publiés par Livre Hebdo. Il faut donc relativiser. Il est possible que certains libraires "neutres" ou qui rejoignent ses opinions les mettent en avant. Dieudonné fait salle comble aussi, le phénomène est comparable. Mais cela reste sans doute marginal.
      Ici, nous parlons d’Amazon qui le met en avant dans ce qui est le temple du livre parisien. C’est le signe de quelque chose.
      Le fait est qu’une médiocrité mêlée à une réputation sulfureuse fait vendre. C’est une preuve de plus.

      Répondre à ce message

      • Répondu par James Fentick le 25 mars à  09:06 :

        On peut savoir qui vous a élu grand vizir du bon goût et du talent ?
        Bientôt des autodafé avec les livres "antidémocratiques" ou "médiocres" ?

        Il a également échappé a certains que l’on peut aimer Edmond Baudoin ET Marsaut en dépit de leur totale polarité politique.

        Laissez les gens acheter ce qu’ils veulent et cesser d’imposer votre vision du monde aux autres en prétendant agir pour la "bonne cause".

        Répondre à ce message

        • Répondu par Didier Pasamonik (L’Agence BD) le 25 mars à  10:23 :

          Il vous a sans doute échappé que nous sommes un organe d’opinion. "Marsault = médiocre ; Baudoin = qualité", c’est une opinion.

          Personnellement, je préfère la position de calife, car comme dit Iznogoud, on ne peut pas renverser un homme couché ;)

          Répondre à ce message

  • Bon, je vais tout de suite dissiper tout amalgame. Je suis élu de gauche et j’achète mes albums de Marsault en librairie (habituellement Furet du Nord). Parce que j’aime bien, et qu’il n’y a aucune honte à avoir quand on sait lire entre les lignes. Voilà.
    Il y a deux catégories de lecteurs chez Marsault : ceux qui prennent tout au premier degré, notamment (en effet) des petits nazillons réacs qui pensent avoir trouvé leur maître à penser, et il y a ceux qui prennent la chose au second, voire troisième degré. Et c’est ça que la presse n’arrive pas à déterminer.
    Qu’on le veuille ou non, Marsault, c’est très souvent du second degré, de l’humour très noir, dans ses dessins (dont on adhère ou pas le style, personnellement j’aime mais je réfute ceux qui le revendiquent de Gotlib, parce que faut pas pousser non plus, hein), oui il y a des nazis, oui il y a de la violence, oui il y a du sexisme, oui il y a du racisme, mais si on lit bien, on se rend compte qu’il y a surtout de la critique des extrêmes, quels qu’ils soient.
    Vous connaissez beaucoup d’extrémistes de droite qui dessineraient Marine Le Pen en lui attribuant un hurlement de truie ? Attention, je parle de ses dessins, pas de ce qu’il a pu publier en dehors et amené devant un juge.
    Si il est premier sur Amazon, c’est aussi parce qu’une bonne partie de son lectorat sait que c’est du ènième degré mais est obligé d’acheter en ligne pour cause de boycott de nombreuses librairies, boycott par méconnaissance du sujet.

    Répondre à ce message

    • Répondu par Didier Pasamonik (L’Agence BD) le 25 mars à  10:31 :

      Peut-être n’est-ce pas le cas mais vous me semblez être un exemple typique de la rhétorique de l’extrême droite sur les réseaux sociaux :

      1/ "Je suis élu de gauche". Je ne connais aucun Klakmuf qui le soit.

      2/ Que vous trouviez plein de bonnes excuses pour trouver Marsault "second degré", c’est le viatique habituel de Soral et Dieudonné, qui ne sont pas forcément les supporters de Madame Le Pen, et cela ne vous crédibilise pas pour autant.

      Si "l’élu de gauche" qui aime Marsault donnait son nom, ce serait plus honnête et cela instruirait ses électeurs.

      Répondre à ce message

    • Répondu par Renaud Chavanne le 25 mars à  10:40 :

      Bonjour,
      Votre avis pourrait être pertinent, et judicieux. Mais pour être crédible au vu des messages apologétiques qui précèdent, il faudrait qu’il ne soit pas écrit sous pseudonyme. A l’inverse, vous déclarer élu de gauche en tenant de tels propos, sans le courage de les signer, pourrait laisser penser à un troll de plus.
      Cordialement.
      RC

      Répondre à ce message

  • Vous écrivez comme si Flammarion Gallimard et Hachette étaient des PME familiales qui luttent contre le méchant Amazon... faut pas déconner
    Et je parle même pas du danger pour la démocratie, nous sommes en ploutocratie depuis 200 ans

    Répondre à ce message

  • En allant sur le site d’amazon dans la section meilleures ventes /humour, il n’apparait pas dans les cent premiers. On peut en conclure que le petit tocard qui tenait le stand en a profité pour mettre cette bouse en premier.
    Personnellement je ne vais plus dans les librairies qui le propose surtout en tête de gondôle.Ce sont surtout des marchands de papiers sans aucune éthique.

    Répondre à ce message

  • Pour paraphraser la dernière phrase de l’article, ce qui constitue un danger pour la démocratie c’est justemment de vouloir faire censurer les idées ou les oeuvres qui nous déplaisent. La démocratie c’est d’avancer des arguments et des raisonements pour faire prévaloir son point de vue. Faire taire à tous prix ceux qui dérangent, c’est cela la véritable intolérance, comme l’ont appris à leur dépend les dessinateurs de Charlie Hebdo...

    Répondre à ce message

    • Répondu par Kyle William le 28 mars à  09:56 :

      Mais personne ne fait taire Marsault. Il est en vente libre.

      Répondre à ce message

      • Répondu par Christopher le 28 mars à  16:01 :

        Certes, mais l’auteur de cet article semble le regretter...

        Répondre à ce message