Nico et le coeur de Cronos - Par Edoardo Natalini - Akileos

23 janvier 2019 0 commentaire
  • Sur les Terres du Nord, deux peuples s'affrontent. D'un coté les humains, dirigés par le roi Olzon et de l'autre, les Cronocrooks, créatures extraterrestres, dont le Leader Sacré Stinter Trapp est craint et vénéré. Mélange de fantasy et de science-fiction, cette bande dessinée est un véritable festival d'aventures!

Nico, héro éponyme de cet album, est un Cronocrook, bien que ses semblables lui rappellent souvent qu’il n’en a ni l’air, ni la chanson. Outre le fait qu’il ne possède pas l’apparence de ses congénères dotés d’une peau blafarde et d’yeux étranges, Nico se distingue également par son côté doux-rêveur et son amour de la lecture qu’il pratique durant ses missions de guetteur. De quoi attiser la méfiance des autres Cronocrooks qui voient en lui une erreur de la nature et considèrent ses activités comme futiles. Seul Shinn, le fils du Leader Sacré, lui voue une amitié sans faille, ainsi que son fidèle renard Ariu.

Mais voilà que Shinn est kidnappé durant une attaque perpétrée par des soldats humains à la solde de Maître Zéo, le fils du roi Olzon. Bien décidé à le délivrer, Nico, suivi d’Ariu, part à sa recherche.

Durant sa quête, Nico prendra conscience de la haine qui anime les deux peuples et tentera d’en déceler l’origine.

Nico et le coeur de Cronos - Par Edoardo Natalini - Akileos
Nico et le coeur de Cronos © Edoardo Natalini / Akileos

A la fois scénariste, dessinateur et coloriste, Edoardo Natalini nous offre une œuvre particulièrement attachante. Tout d’abord par son style graphique qui oscille entre le Disney pour les animaux et le cartoon, voire, le manga pour les personnages. Rien d’étonnant à cela quand on apprend que ces deux univers lui ont servi de modèle dès son plus jeune âge. Un croisement qui trouve ici un bon équilibre puisqu’il permet à la fois d’obtenir un réel dynamisme des figures dans les scènes d’action, d’apporter de la douceur ou de la dureté aux traits de certains protagonistes, mais aussi d’accentuer l’effet comique des expressions faciales issues des codes du manga.

On constate un beau travail au niveau des décors et des paysages. Edoardo Natalini donne une identité à chaque peuple, via son architecture, ses habillements ou même ses accessoires. Le tout est mis en valeur par des couleurs qui servent parfaitement la narration, certaines teintes dominantes correspondant à des sentiments ou des camps (comme le rouge pour les Crooks).

Nico est un héro pour lequel le lecteur éprouvera une grande empathie ainsi qu’une forme d’identification. Terriblement humain, ses réactions sont tout ce qu’il y a de plus logiques face aux dangers et aux obstacles qui se dressent devant lui. Non dénué de courage, il trouve la force d’avancer avec ses propres moyens, à savoir, son intelligence, sa sensibilité et le dialogue. Même si parfois ça ne suffit pas...

Heureusement, il peut compter sur ses amis pour le soutenir en cas de coups durs. Ainsi croise-t-il la route d’une troupe de combattants qui va lui venir en aide et dont les membres sont aussi drôles que redoutables : la Brigade des Blaireaux. Entre Toed l’éternel optimiste, Volgov le susceptible, ou encore leur chef Léa, imprévisible à cause de ses sautes d’humeurs, il y a de quoi se réjouir ! Impossible de résister à leur "Love pose" !

Si l’humour est bien présent, l’auteur ne néglige pas pour autant les thèmes principaux de son récit. A travers le rire, se dessine la question sur la différence, mais aussi les notions du temps, de la mémoire, du changement. Sans oublier l’importance de l’art et de la culture dont Nico semble être le gardien, tandis que les humains et les Crooks la méprisent au profit de la guerre. Enfin, en révélant la cause de ce stupide conflit par un coup de théâtre, l’auteur nous indique que les humains ne sont pas forcément ceux qu’on croit.

Une bande-dessinée à la fois drôle et intelligente, porteuse de thèmes qui devraient parler autant aux jeunes qu’aux adultes.

(par Tahani Biernat)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Commander cet album:
BDfugue FNAC Amazon

Nico et le cœur de Cronos. Par Edoardo Natalini. Editions Akileos. Traduit par Marie-Paule Garcia. Sortie le 30 janvier 2019. 144 pages. 19 euros.

Acheter sur BD Fugue, FNAC, Amazon.

  Un commentaire ?