L’esprit de Lewis T. 2 - Bertrand Santini et Lionel Richerand - Soleil

11 octobre 2019 0 commentaire
  • Après avoir quitté Childwickbury et le fantôme qui le hantait, Lewis monte jusqu'à Londres où il réalise son rêve d'être écrivain. L'ultime partie de ce diptyque, qui s'est fait longuement désirer, nous entraîne dans une tragédie macabre à l'issue stupéfiante.

Grâce à l’inspiration que lui a apporté le fantôme de Sarah, Lewis a enfin pu terminer son premier roman. L’ouvrage intitulé "Jonas et le fantôme de la noyée", publié par l’éminent Alistair Castle, est un véritable succès et son auteur devient très vite la coqueluche de la capitale. Grisé par sa réussite, le jeune homme se laisse aller à la débauche, oubliant sa promesse envers Sarah de retrouver le responsable de sa mort. Furieuse de se voir ainsi trahie et délaissée, la défunte use de tous les stratagèmes à sa portée pour faire payer à l’impudent son attitude méprisante. Si Lewis résiste à la folie dans un premier temps, ce sont surtout les découvertes fortuites sur son entourage londonien qui feront chanceler ses convictions autant que sa raison.

Troquant le décor champêtre de Childwickbury pour celui, plus oppressant, de Londres, Bertrand Santini nous offre un récit gothique dans toute sa splendeur. Ce second tome confirme la fin de l’innocence de son héro qui succombe face à la morale douteuse de ses congénères. La contrepartie n’en est que plus radicale, puisque Lewis se voit vider de son imagination, au point de ne plus pouvoir écrire. L’histoire relevant du mythe faustien, l’auteur s’amuse à glisser quelques références, qui, ici, ressemblent à des hommages. Comme l’apparition du personnage de Sybil charmant Lewis lors d’une soirée cabaret en chantant "Goodbye, Little Yellow Bird", rappelant la scène où Sybil Vane (interprétée par Angela Lansbury) séduit Dorian Gray dans le film éponyme d’Albert Lewin tiré du roman d’Oscar Wilde.

L'esprit de Lewis T. 2 - Bertrand Santini et Lionel Richerand - Soleil

Parallèlement au changement d’ambiance, le dessin de Lionel Richerand se fait tantôt plus acéré, tantôt plus lourd. Lewis a abandonné son visage enfantin pour un faciès aux traits plus aigus et creux, comme si la corruption de la ville et de ses habitants avait influé sur son physique. Les sourires se transforment en grimaces, les corps se tordent, les regards sont de plus en plus hallucinés. Les couleurs oscillent entre le chaud et le froid, retranscrivant parfaitement l’atmosphère des ruelles sombres de Londres, ainsi que celle des tavernes enfumées, ou des salons mondains richement ornés.

Angoissant, envoûtant, surprenant, L’esprit de Lewis aura tenu ses promesses jusqu’au bout. Un très bon diptyque à savourer, accompagné d’une boisson chaude et d’une assiette de cookies, pendant la fête d’Halloween.

(par Tahani Biernat)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Commander cet album:
BDfugue FNAC Amazon

L’esprit de Lewis T.2. De Bertrand Santini et Lionel Richerand. Edition Soleil. Collection "Métamorphose". Sortie le 2 octobre 2019. 96 pages. 19,99 euros.

Commander ce livre chez Amazon ou à la FNAC

Lire l’article sur "L’esprit de Lewis T.1"

  Un commentaire ?