Nicodemus Red : Les Dragons d’Hillrude - Par Crisse et Maba - Ankama Editions

24 avril 2013 8
  • Dans un univers steampunk, une flopée d'aventuriers s'engagent dans une chasse aux dragons organisée par l'Empire, au fin fond de contrées glacières.

En 1870, alors que le peuple de Meriland s’appauvrit de jour en jour, l’Empire organise une gigantesque chasse aux dragons dans le pays glacé d’Hillrude. Mais même les locaux n’ont plus jamais vus de dragons depuis des générations. Alors : mythes ou réalités ?

À Londonsburg, les équipages sont sur le pied de guerre pour aller chasser du cracheur de feu. L’idole des faubourgs et des gens modestes, le vaillant Nicodémus Red, est plus que motivé pour ramener la créature dans son sous-marin, devant le Zeppelin de sa grande rivale, la comtesse Petrovna.

Pour l’instant, ce premier tome sert surtout à planter l’ambiance : rivalités entre équipages opposés aux codes d’honneur plus ou moins douteux, des contrées enneigées porteuses de secrets que l’on devine... brûlants, il n’en faut pas plus pour démarrer une série prometteuse certes, mais tout sauf révolutionnaire. À moins qu’à force de magouilles et de faux-semblants, le sous-texte politique esquissé ici ne se révèle plus important que prévu.

Nicodemus Red : Les Dragons d'Hillrude - Par Crisse et Maba - Ankama Editions
©Maba/Ankama Editions

Didier Crisse, ici uniquement au scénario, délaisse ses univers mythologiques pour proposer un pur récit d’aventure brassant quelques références incontournables comme les dragons, les grands vaisseaux d’aventuriers, et les découvertes de civilisations isolées en milieu inhospitalier.

Le dessin de Maba, alias Manuel Barbez, remplit son office en misant beaucoup sur ses superbes compositions enneigées. Contrebalançant certaines scènes de bataille qui laissent une impression figée, son point fort réside indéniablement dans le rendu des machineries et le character design qui, s’il est lui aussi loin d’être original, propose une galerie de personnages stéréotypés mais agréables, qu’on a envie de revoir.

Malheureusement lisses, le héros Nicodémus Red et son équipe ne sont pour l’instant pas transcendants, le bellâtre et ses amis étant relégués au second plan par les frère et soeur nordiques Gustaff et Hilda.

©Maba/Ankama Editions

Vous l’aurez compris, cette nouvelle série lançant la nouvelle collection Fantasy Factory d’Ankama, s’adresse principalement aux mordus de bandes dessinées d’aventure, recherchant un certain classicisme propre à ce genre. La combinaison des éléments steampunk, la promesse de créatures mythiques et le dépaysement des décors devraient assurer un solide socle de fans à ce nouvel univers.

Voir la bande-annonce :

(par Thomas Berthelon)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

 
Participez à la discussion
8 Messages :
  • son point fort réside indéniablement dans le rendu des machineries et le character design

    C’est quoi ça le character design ??? Pourquoi toujours des angliscismes incompréhensibles, c’est d’un snob.

    Répondre à ce message

    • Répondu le 24 avril 2013 à  18:40 :

      C’est compréhensible pour les gens qui ont écouté pendant les cours d’anglais au collège. C’est pas parce qu’on est un cancre que les autres sont des snobs.

      Répondre à ce message

      • Répondu par RObby le robot le 24 avril 2013 à  22:16 :

        Connaitre l’anglais n’apporte rien, c’est du jargon de gamers, pourquoi importer ça dans la bd.

        Répondre à ce message

        • Répondu le 25 avril 2013 à  19:11 :

          Pff, sortez de votre trou mon pauvre ami. Ce terme fut par exemple aussi le titre d’un des plus grands dessinateurs de bd, Alex toth. Travaillant aussi pour Hanna & Barbera dans les 70’s son travail était qualifié noir sur blanc de "Character-Design". Vraiment, d’être aussi ignorant du monde autour de soi pour des petites fiertés de language bien mal placées, c’est pathétique !

          Répondre à ce message

          • Répondu par Fred le 26 avril 2013 à  00:10 :

            Vraiment, d’être aussi ignorant du monde autour de soi pour des petites fiertés de language bien mal placées, c’est pathétique !

            La plus pathétique c’est que vous êtes tellement fagocité par l’english que vous ne savez même pas écrire "langage" en français (sans U donc).

            Répondre à ce message

            • Répondu le 26 avril 2013 à  18:34 :

              Bien entendu ! Vous êtes un as, bravo !

              Répondre à ce message

            • Répondu le 26 avril 2013 à  21:18 :

              vous êtes tellement fagocité

              Phagocyté, mon pauvre ami, P-H-A-G-O-C-Y-T-É....

              Répondre à ce message

    • Répondu le 10 mai 2013 à  14:26 :

      ce n’est pas snob, c’est le terme : meme Crisse en a fait un livre Characters Designers : http://www.amazon.fr/Characters-designers-Didier-Crisse/dp/2302014251/ref=pd_sim_b_2

      Répondre à ce message