Pietrolino T1 : Le clown frappeur – Jodorowsky et Boiscommun – Les Humanoïdes Associés

29 octobre 2007 0 commentaire
  • Un visage émacié de clown triste coiffé d’un haut de forme. Une silhouette longiligne aux bras interminables et expressifs, tel est Pietrolino, le mime inventé par Jodorowsky pour rendre hommage au Mime Marceau.

Mais un hommage de son vivant. Décédé le 22 septembre 2007, alors que l’ouvrage était en cours de réalisation, le Mime Marceau pour qui Alejandro Jodorowsky écrivit des mimographes, notamment pour quelques-unes de ses pièces les plus célèbres comme Le Masque ou La Cage, connaissait ce projet et se réjouissait de se voir ainsi honoré.

L’histoire n’a rien à voir avec la vie du célèbre mime. Quoique. Il paraît que Marceau avait perdu la voix devant la barbarie nazie qui avait envoyé ses parents à Auschwitz. Le jeune juif alsacien dut se cacher durant la guerre. Ce n’est pas le cas de Pietrolino qui affronte l’occupant avec ses armes : la satire et le rire. Mais les nazis n’avaient pas le sens de l’humour. Les mains du mime, son principal outil de travail, se trouveront mutilées. Si ce premier volume est tragique, nos auteurs nous affirment que le diptyque se terminera bien pour Pietrolino, que dans le second tome, son talent sera apprécié à sa juste mesure.

Le dessin d’Olivier Boiscommun (Troll, Anges, L’Histoire de Joe, Halloween, Le Livre de Jack…) oscille entre caricature et réalisme, comme l’histoire balance entre tragédie et comédie. Ses visages sont expressifs, grimaçants même, mais conservent en toute circonstance une indéfinissable douceur.

(par Didier Pasamonik (L’Agence BD))

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

  Un commentaire ?