Rahan, le « quinqua » des âges farouches

14 mai 2019 9 commentaires
  • Le « fils des âges farouches » a 50 ans. Ce Tarzan blond au collier de griffes de tigre et au coutelas d’ivoire publié en 1969 dans Pif Gadget une revue pour la jeunesse inféodée au Parti Communiste Français, a imprimé nos mémoires de façon durable.
Rahan, le « quinqua » des âges farouches
Le scénariste Roger Lécureux
Photo DR. Rahan.org

Créé dans le numéro 1 de Pif gadget du 3 mars 1969, Rahan, "Le Fils des âges farouches", perpétue une tradition de la représentation de la Préhistoire influencée par La Guerre du feu de Rosny-Aîné, mais aussi par Tarzan d’Edgar Rice Burroughs. Ses prédécesseurs directs sont belges : Timour de Xavier Snoeck et Sirius et Tounga D’Édouard Aidans. Timour est roux, Tarzan et Tounga sont bruns-noirs, on fera donc un héros blond.

Ce qui distingue Rahan des précédents hommes des cavernes, c’est son ton pédagogique et social. Le Parti Communiste, éditeur de Pif Gadget, était « le parti des fusillés » et portait les valeurs résistancialistes d’un journal qui se piquait de pédagogie, comme ses concurrents cathos Bayard et Fleurus Presse. Rahan se veut une bande dessinée éducative diffusant les idées socialistes du grand frère communiste diffusé sur les marchés le dimanche, L’Humanité  : collectivisme, éminence du progrès, diabolisation du profit capitaliste et de l’impérialisme, respect des femmes et de la nature, combat contre l’obscurantisme, les superstitions… Choses encore très contemporaines !

Le dessinateur André Chéret
Photo DR. Rahan.org

Son scénariste, Roger Lécureux, publie dans le journal dès 1945, à une époque où le PCF, profitant que Cœurs Vaillants, publié sous l’Occupation par Fleurus Presse, était interdit en attendant qu’une commission statue sur son degré dans la collaboration (il sera autorisé à reparaître) lance Vaillant rien que pour embêter les Cathos. Lécureux est engagé pour gérer les abonnements du journal. Puis il entre petit à petit dans l’équipe rédactionnelle pour en devenir le pilier : on lui doit de nombreuses séries : il succède à Michel Debonne, pour Fifi, Gars du maquis, puis quelques-unes des séries les plus célèbres de Vaillant et de Pif Gadget comme Les Pionniers de l’Espérance, Nasdine Hodja, Teddy Ted, Le Grêlé 7/13...

© Lécureux / Chéret

Du point de vue du dessin, André Chéret (82 ans en juin prochain) emprunte ses anatomies emphatiques à la bande dessinée américaine. C’est une des BD les plus diffusées dans les années 1970, le personnage ayant droit à son mensuel personnel, assorti comme il se doit du gadget approprié : Le coutelas ou le collier de dents de fauve en plastique.

Rahan, ayant perdu son clan lors d’une éruption volcanique, parcourt le monde afin de découvrir où se couche le soleil, croise toutes les civilisations, et trouve sa force dans un talisman donné par son père Crao. Rahan est un beau blond, blanc, sage mais capable de se défendre, un héros idéal vecteur de civilisation. Chéret en dessine plus de 3500 planches, à certains moments au rythme de 30 planches par mois. L’intégrale comporte 28 volumes et trois hors-série.

Le premier numéro de la série "Rahan".

À la mort de Lécureux en 1999, c’est le fils du scénariste qui reprend le scénario, tandis qu’à la suite d’un procès avec Pif, les auteurs récupèrent leur personnage et les histoires sont publiées, dans une nouvelle édition encore récemment, en intégrale par les éditions Soleil. Vendues à plus d’un million d’exemplaires, ces albums font que, plus de 50 ans après sa création, le fils de Crao est loin de rejoindre le « royaume des ombres. »

Documents
Le premier tome d el'intégrale qui compte 28 volumes plus des inédits aux (...)

(par Didier Pasamonik (L’Agence BD))

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Commander cet album:
BDfugue FNAC Amazon

 
Participez à la discussion
9 Messages :
  • " à certains moments au rythme de 30 planches par mois."

    9a veut dire une page par jour. Mais, André Chéret avait un ou des assistants ou pas du tout ?

    Répondre à ce message

    • Répondu par Fontaine laurent le 14 mai à  20:13 :

      Cet article est une caricature d’un anticommuniste primaire que je croyais être resté avec "l’ancien monde ". 😩😩😩

      Répondre à ce message

    • Répondu par vincent le 14 mai à  23:39 :

      Chéret a eu un temp très court des assistants mais il était obligé de pousser son crayonné pour que les encreurs puissent travailler. Ce qui prenait autant de temps pour réaliser une planche. Donc l’expérience n’a pas durée. Chéret se faisait des crayonnés très léger et son dessin était son encrage. Pour un épisode les éditions vaillant lui ont demandé un épisode en catastrophe qui a dessiné en une nuit. Il avait une facilité de création impressionnante ce qui est très rare dans le métier.

      Quand à l’article, on écrase rahan uniquement sous le fait que c’était d’obédience communiste et que tous les préceptes y étaient. Si vous avez retenu que ça de la série c’est que vous ne avez pas lue ou alors mal. Car vous auriez vu que lecureux a créé une atmosphère unique pour une série. Aussi bien d’un point de vu littéraire que d’aventures. Avec des idées absolument incroyable. Aujourdhui résonnent encore " ceux qui marchent debout " les territoires des ombres" " la tanière du soleil ". Cette recherche perpétuelle du savoir, cette obstination de tout savoir. L’accomplissement de soi tout en préservant le doute. Et je ne m’attarderai pas sur le côté écolo avant-gardiste que la série véhicule.
      Et au niveau du graphisme époustouflant de Chéret qui a inspiré une génération d’auteurs par son dynamisme, on ne dit pas grand chose ? Un dessin tellement vivant qu’il est inimitable. Malgré des anatomies parfois aléatoires le grand Burn Hogarth lors de sa venue en France en 1971 ou 72 était sur le Cul en voyant les originaux.
      Ce n’est pas pour rien que Goscinny voulait faire venir rahan dans pilote. Et que Charlier Greg et Van Hamme on travaillé avec lui. Gotlib était fan du dessin de Cheret. Il comparant sa virtuausité à celle d’Alexis. Cela je pense rentrera plus dans vos faveurs et paraîtra moins communiste.

      Répondre à ce message

  • Rahan, le « quinqua » des âges farouches
    14 mai 17:30, par Marc Rioux

    Après 50 ans vous en êtes encore à Rahan alias Pif alias PCF !!!
    Sérieux, il faut grandir un peu !!!

    Répondre à ce message

    • Répondu par Didier Pasamonik (L’Agence BD) le 15 mai à  07:39 :

      Alors selon vous, le fait de dire que Pif/Vaillant était un journal d’obédience communiste vous semble relever d’un propos anticommuniste ? Je pense plutôt que cela tient du fait historique incontestable.

      Par ailleurs, où, dans l’article est-il écrit que les valeurs défendues par Rahan et son scénariste Lécureux -qui a été longtemps rédacteur en chef de Pif- étaient négatives ? Nulle part.

      En fait, c’est vous qui donnez une valeur négative au communisme en tentant de camoufler, sous prétexte d’une admiration un peu béate pour la série, pour laquelle j’ai une sincère admiration, ce qui est une réalité de sa production.Un peu comme si vous tentiez de nier que Tintin était publié par la presse catholique.

      Vous confondez le communisme -une idéal politique- et ce que les communistes, dont le PCF, en ont fait. Rahan n’a rien à voir là-dedans. Il est mal servi par votre bigoterie.

      Répondre à ce message

      • Répondu par Marc Rioux le 15 mai à  13:11 :

        C est vous qui associé PCF avec négatif (pas moi)
        Je dis juste que Pif et le PCF ont bien une histoire commune mais que Rahan et ses aventures ne peuvent pas se résumer qu’a cela. Les valeurs de Rahan sont universelles et aussi compatibles avec les idéaux catos.
        Sur 50 ans de BD Rahan et plus de 280 aventures retenir que le PCF c est juste une faute professionnel.
        Même le Figaro n’a plus ce discourt !!!

        Répondre à ce message

        • Répondu par Pascal Kholer le 17 mai à  19:34 :

          Bien évidemment, Rahan a été édité par Pif-Gadget (ancien Vaillant) donc financé par le PCF.
          C’est de la préhistoire, mais le message (du scénario, pas du dessin) est clair. Rahan, le beau blond, tombe sur des tribus arrièrées et superstitieuses, peu au courant des rêgles physiques. Comme il aime partager les connaissances qu’il assimile sur le champ, il le fait !
          Personnellement, je ne peux m’empêcher de penser au message du Grand Frère Russe qui voulait généreusement aider bien des PVD (Cuba, Amérique Centrale, Asie du Sud-Est) envoyant ça et là instructeurs militaires et cie. Quand ce n’était pas de l’aide militaire pour résister à la dictature bourgeoise de l’époque !

          Répondre à ce message

          • Répondu par vincent le 19 mai à  23:54 :

            Propos totalement faux. Pourquoi affirmez vous des choses que tout le monde dans le métier sait fausses.

            Ce n’est pas le PCF qui finançait vaillant mais l’inverse.

            Répondre à ce message

    • Répondu par Luc Thibault le 21 mai à  04:32 :

      Je n’ai pas de message pour le moment...sauf que je lisais Rahan dans Pif dans les années ’70...j’habite au Canada...

      Répondre à ce message