René Goscinny - par Fabien Tillon - Ed. Nouveau Monde

7 avril 2005 0 commentaire
  • Depuis quelques années, les travaux sur Goscinny se multiplient comme champignons sous la pluie. Il faut dire que son oeuvre continue à avoir du succès, ses personnages les plus notoires étant régulièrement portés à l'écran. Dès lors, il n'est pas inutile de s'intéresser à l'homme qui contribua à en fabriquer le mythe.

Le petit livre de Fabien Tillon retrace les grandes lignes du parcours étonnant de René Goscinny, né à Paris mais ayant passé sa jeunesse en Argentine et aux Etats-Unis, puis venant se faire publier en France, non sans un détour par la Belgique. Ses créations se résument à quatre séries principales : Lucky Luke animé par le crayon de Morris et dont il reprend le scénario à partir de l’album 11 jusqu’à son décès, Le Petit Nicolas dessiné par Sempé (créé pour le journal belge Le Moustique), Astérix, sa création la plus célèbre dessinée par Uderzo, qui continue à vivre aujourd’hui sous le crayon de ce dessinateur et enfin Iznogoud, que Tabary continue d’animer à ce jour. Il a évidemment créé des centaines d’autres personnages, mais l’activité de Goscinny ne se limite pas à ces « Petits Mickeys » : il a été tour à tour patron de presse (Il créa le Journal de Pilote), lança le premier (et sans doute le seul) vrai studio de dessin animé français "à la Disney", sans compter ses talents de chroniqueur.

Même si l’ouvrage recèle çà et là des erreurs d’appréciation qui ne seront perçues que par les goscinnologues patentés, on ne peut que saluer cette sympathique initiative qui, pour un prix extrêmement modeste (3€), offre un digest du parcours complexe d’un homme discret et dont il me semble que la biographie n’a pas encore livré tous ses secrets. Il marqua cependant d’une empreinte indélébile la bande dessinée européenne, lui apportant non seulement une définition nouvelle, mais aussi des pratiques qui font qu’elle figure aujourd’hui parmi les arts majeurs du 20ème siècle.

(par Didier Pasamonik (L’Agence BD))

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

  Un commentaire ?